Loup : Estrosi nous raconte des fables

Loup : Estrosi nous raconte des fables

020400qq7Devant l’assemblée générale des chasseurs des Alpes-Maritimes, tout acquis à sa cause, Christian Estrosi ment grossièrement sur le retour des loups en France. Il nous prend pour des enfants, mais lui-même mériterait une petite fessée de la part de l’État…

Bien chauffé devant des chasseurs acquis d’avance, notre courageux motodidacte l’affirme : « En 1992 le loup a été réintroduit artificiellement par des fonctionnaires de l’État et par des gardes du parc de Mercantour ». Une action qui serait illégale puisque comme pour toute espèce protégée, une autorisation du Ministère de l’écologie est requise. Cette accusation est donc très grave puisqu’elle remet en cause l’honnêteté d’un établissement public ainsi que celle des agents qui y travaillent. De l’aveu même de la sous-préfète Sylvie Cendre, présente lors de cette assemblée à Tourrette-Levens, « M. Estrosi n’apporte aucune preuve[1] » de ses affirmations. Et pour cause !

Loup2-R.Blackbourn

Cette affabulation du député maire de Nice n’est pas récente. Déjà en 2003 il avait convaincu l’Assemblée Nationale de lui confier la présidence d’une « commission d’enquête sur les conditions de la présence du loup en France et l’exercice du pastoralisme dans les zones de montagne ». Ladite commission n’a bien évidemment pas pu démontrer l’allégation d’une réintroduction. De toute évidence, le loup, qui avait colonisé une bonne partie de l’Italie, a simplement traversé la frontière entre l’Italie (Piémont) et la France (Mercantour).

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ». Les personnages politiques les plus démagos le savent, et médiatisent impunément leurs mensonges grossiers, qui satisfont les anti-loups sans jamais apporter de solution intelligente à l’indispensable cohabitation entre l’homme et la nature. Les associatifs aimeraient entendre une réaction claire et forte des responsables du parc du Mercantour et de sa tutelle, le Ministère de l’écologie.

[1] Propos rapportés dans un article de Nice Matin du 27 avril.

 

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]