Loup : Estrosi nous raconte des fables

Loup : Estrosi nous raconte des fables

020400qq7Devant l’assemblée générale des chasseurs des Alpes-Maritimes, tout acquis à sa cause, Christian Estrosi ment grossièrement sur le retour des loups en France. Il nous prend pour des enfants, mais lui-même mériterait une petite fessée de la part de l’État…

Bien chauffé devant des chasseurs acquis d’avance, notre courageux motodidacte l’affirme : « En 1992 le loup a été réintroduit artificiellement par des fonctionnaires de l’État et par des gardes du parc de Mercantour ». Une action qui serait illégale puisque comme pour toute espèce protégée, une autorisation du Ministère de l’écologie est requise. Cette accusation est donc très grave puisqu’elle remet en cause l’honnêteté d’un établissement public ainsi que celle des agents qui y travaillent. De l’aveu même de la sous-préfète Sylvie Cendre, présente lors de cette assemblée à Tourrette-Levens, « M. Estrosi n’apporte aucune preuve[1] » de ses affirmations. Et pour cause !

Loup2-R.Blackbourn

Cette affabulation du député maire de Nice n’est pas récente. Déjà en 2003 il avait convaincu l’Assemblée Nationale de lui confier la présidence d’une « commission d’enquête sur les conditions de la présence du loup en France et l’exercice du pastoralisme dans les zones de montagne ». Ladite commission n’a bien évidemment pas pu démontrer l’allégation d’une réintroduction. De toute évidence, le loup, qui avait colonisé une bonne partie de l’Italie, a simplement traversé la frontière entre l’Italie (Piémont) et la France (Mercantour).

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ». Les personnages politiques les plus démagos le savent, et médiatisent impunément leurs mensonges grossiers, qui satisfont les anti-loups sans jamais apporter de solution intelligente à l’indispensable cohabitation entre l’homme et la nature. Les associatifs aimeraient entendre une réaction claire et forte des responsables du parc du Mercantour et de sa tutelle, le Ministère de l’écologie.

[1] Propos rapportés dans un article de Nice Matin du 27 avril.

 

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]