Condamné par les sénateurs, le loup sera-t-il sauvé par les députés ? Les associations veulent y croire.

Condamné par les sénateurs, le loup sera-t-il sauvé par les députés ? Les associations veulent y croire.

cap-loup cadreÀ l’occasion de l’adoption du projet de loi d’avenir pour l’agriculture, les sénateurs ont voté le 14 avril dernier un amendement qui fait du loup, espèce pourtant strictement protégée, une espèce similaire à celles classées « nuisibles ». Le loup pourra ainsi être tué à l’occasion de « battues administratives aux animaux nuisibles » ordonnées par le préfet pour une durée de 6 mois, dès la première prédation sur un troupeau domestique ! Et des zones dites « de protection renforcée » seront créées, dans lesquelles l’abattage de loups sera autorisé. Il s’agit donc de véritables zones d’exclusion de l’espèce.

Ce vote des sénateurs est une trahison

Cet amendement est contraire au statut d’espèce protégée au niveau national, contraire à la convention de Berne et à la Directive Habitat au niveau européen, contraire à la notion même de conservation du loup, et enfin contraire à toute idée de cohabitation entre les activités humaines et la biodiversité. Ce vote des sénateurs relève d’une grande incompétence sur le dossier, et d’une volonté très grave de mettre à mal le statut de protection de cette espèce.

La cohabitation entre l’élevage et le loup est une question de volonté

Peut-on imaginer que la France ne soit pas techniquement capable d’organiser l’élevage ovin dans les espaces ruraux de façon compatible avec la conservation du loup ? La cohabitation entre le pastoralisme et le loup est évidemment possible et avérée lorsque l’élevage est pratiqué de façon responsable, par des éleveurs accompagnés par les pouvoirs publics.

Y a-t-il encore une volonté de protéger la nature en France ?

La méconnaissance et la volonté de destruction manifestée ici par les sénateurs est la même que celle ayant entraîné autrefois l’éradication du loup dans notre pays. Ces sénateurs sont-ils conscients des conséquences de leur amendement ?

Les députés devront se montrer plus responsables que les sénateurs

Le projet de loi adopté par le Sénat doit maintenant être soumis à l’Assemblée Nationale. Nous demandons solennellement aux députés de voter contre ce projet en l’état. Nous demandons aux responsables politiques de garantir la cohabitation entre le pastoralisme et les prédateurs naturels. Nous demandons aux représentants des citoyens français de respecter les engagements européens de la France en matière de protection du loup, et d’être à la hauteur des enjeux de conservation de la biodiversité dans notre pays.

 

 Les associations fondatrices de CAP Loup :

Bandeau logos 7 fondatriceswww.cap-loup.fr

 

 

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]