Lettre ouverte à S. Royal sur le commerce international des espèces menacées

Lettre ouverte à S. Royal sur le commerce international des espèces menacées

Madame la Ministre, au nom des associations soussignées, nous attirons votre attention sur la prochaine Conférence des Parties (CoP17) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), qui se tiendra du 24 septembre au 5 octobre 2016, à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Tout d’abord, nous accueillons favorablement les propositions déposées par l’Union européenne, visant notamment à restreindre le commerce international d’espèces menacées comme le macaque de Barbarie (Macaca sylvanus), la chèvre du Caucase (Capra caucasica), le requin-renard à gros yeux (Alopias superciliosus), le requin-renard commun (Alopias vulpinus), le requin-renard pélagique (Alopias pelagicus), le requin soyeux (Carcharhinus falciformis), les espèces de raies Mobula (Mobula spp.) ou encore le perroquet gris du Gabon (Psittacus erithacus). À ce titre, nous vous prions de croire en notre engagement afin d’assurer le succès de ces propositions.

Par ailleurs, nous souhaitons attirer votre attention sur les autres propositions dont l’Union européenne n’est pas l’auteur.

elephantsParmi les vingt-huit membres de la Coalition pour l’Eléphant d’Afrique, onze d’entre eux, appuyés par leurs homologues, ont déposé une proposition visant à transférer toutes les populations d’éléphants d’Afrique (Loxodonta Africana) vers l’Annexe I. Si elle est adoptée, cette importante proposition rendrait sa cohérence à l’interdiction du commerce international de l’espèce et viendrait la renforcer. Elle conforterait par ailleurs les autorités chinoises dans leurs réflexions en faveur d’une fermeture de leur marché domestique. Elle s’inscrit aussi dans la continuité des efforts menés par la France en faveur de la protection des éléphants aux côtés des pays africains. À ce titre, nous applaudissons votre décision d’interdire tout commerce d’ivoire en France et d’inviter les Etats membres de l’Union européenne à suivre cet exemple. Il est alors impératif que la France soutienne la proposition déposée par la Coalition pour l’Eléphant d’Afrique ainsi que quatre autres documents de travail relatifs à la fermeture des marchés intérieurs pour l’ivoire, à la gestion et la destruction des stocks d’ivoire, à la suppression d’un mécanisme de prise de

décisions pour un processus de commercialisation future de l’ivoire, et à la restriction du transfert d’éléphants sauvages vivants aux programmes de conservation in situ.

En outre, nous saluons votre décision de ne plus délivrer de permis d’importation pour les trophées de lions et vous invitons à soutenir la proposition visant à transférer toutes les populations africaines de lions vers l’Annexe I et à encourager les autres Etats membres de l’Union européenne à faire de même. En effet, alors que le nombre de lions a chuté de 43% ces 20 dernières années et que l’espèce n’occupe plus que 8% de son aire de répartition historique, le commerce international des parties et produits de lions n’a, quant à lui, cessé d’augmenter.

Nous vous demandons également de soutenir les quatre propositions visant à transférer les huit espèces de pangolins (Manis spp.) à l’Annexe I. Les pangolins sont considérés comme étant les mammifères sauvages les plus trafiqués et sont particulièrement sensibles à la surexploitation. Plus d’un million de ces animaux auraient été collectés illégalement pour alimenter la demande asiatique ces dix dernières années. À ce jour, il est impossible de distinguer à l’oeil nu, l’appartenance spécifique des écailles et de la viande faisant l’objet de commerce c’est pourquoi il est devenu essentiel d’interdire le commerce international de toutes les espèces de pangolins (quatre espèces africaines et quatre asiatiques).

D’autre part, nous vous exhortons à vous opposer aux propositions du Canada visant à transférer les sous-espèces endémiques de couguars d’Amérique du Nord (Puma concolor coryi et Puma concolor couguar) et le faucon pèlerin (Falco peregrinus) de l’Annexe I à l’Annexe II et à supprimer le bison des bois (Bison bison athabascae) de l’Annexe II.

La CoP17 est une occasion unique pour la France de démontrer son engagement en faveur d’un renforcement du niveau de protection des espèces menacées d’extinction de sorte que le commerce international ne menace pas leur survie.

Nous comptons sur votre soutien et vous prions de croire, Madame la Ministre, en l’expression de nos salutations distinguées.

logos-lettre-ouverte

Dr. Joanna Swabe, Directrice exécutive, Humane Society International/Europe
Christophe Marie, Directeur du Bureau de protection animale et Porte-parole, Fondation Brigitte Bardot
Madline Reynaud, Directrice, ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages)
Allain Bougrain Dubourg, Président, LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux)
Céline Sissler-Bienvenu, Directrice, IFAW France et Afrique francophone
Muriel Arnal, Présidente fondatrice, One Voice

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]