L’Etat veut condamner les bouquetins du Bargy !

L’Etat veut condamner les bouquetins du Bargy !

bouquetin-110Le préfet de Haute-Savoie a déclaré le 29 septembre qu’il allait “déposer auprès du CNPN un dossier en deux volets : un volet abattage total et un volet réintroduction du bouquetin sur le massif du Bargy, sur une base assainie”
Dans son interview sur France Bleu lundi dernier, il a indiqué que “l’avis du CNPN est consultatif”, ce qui est vrai, et qu’il lirait ses recommandations puis prendrait ses responsabilités, si cet avis était négatif.

Il a ensuite précisé « si les recommandations sont négatives, cela veut dire viser une réintroduction du bouquetin après un vide sanitaire et préalablement un abattage total ». 

Nous contestons avec la plus grande fermeté tout à la fois cette chronique d’une mort annoncée, de la part d’un représentant de l’Etat, et le fait qu’il explique avant examen qu’il ne tiendra pas compte de l’avis du CNPN s’il ne va pas dans son sens, masquant aussi qu’il ne tient pas compte non plus dans ses décisions des avis de l’ANSES, du Groupe National Bouquetin, du Conseil Scientifique de l’ONCFS ainsi que du Syndicat majoritaire des professionnels de l’environnement. 

Cette attitude tout à fait méprisante du préfet de Haute-Savoie est une injure aux démarches de concertation, aux groupes d’experts et à la participation démocratique dans nos instances. 

bouquetin-R.CollangeEt que penser de la volte-face du préfet, qui avait demandé très officiellement à la ministre de l’Ecologie, le 3 septembre dernier, la préservation des jeunes bouquetins sains, et qui le 29 septembre, déclare qu’il n’y a pas d’autre solution que de tous les abattre ? 

Se pose alors la question de savoir si cette annonce est propre à Monsieur le Préfet de Haute-Savoie, ou s’il s’agit de l’avis très politique de la ministre de l’Ecologie, qui n’a pas réagi à cette déclaration scandaleuse. 

La solution du préfet n’est pas la bonne

Les experts épidémiologistes affirment que l’application des méthodes de l’élevage domestique à la faune sauvage est une erreur et ne fonctionnera pas. 

Nous prenons très au sérieux la brucellose et nous partageons nous aussi l’objectif que l’on en vienne à bout. Mais pas au prix d’une éradication des animaux sains du Bargy. 

Nos propositions peuvent être entendues, à notre avis, par toutes les parties prenantes soucieuses de préserver un équilibre naturel dans nos montagnes, à savoir : 

  • Préserver les bouquetins sains, en les identifiant grâce au test de dépistage in situ dont la fiabilité a été démontrée à 100%
  • Tester sur les animaux préservés le vaccin employé actuellement sur le cheptel domestique et vérifier qu’il peut être efficace dans le cas des bouquetins. 

Gardons en vie les animaux sains, enrayons la brucellose, et préservons une montagne où cohabitent le pastoralisme et les bouquetins.

Dernier articles de presse

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]

27.09.2022

Pétition contre le déterrage au Sénat : nous demandons neutralité et transparence !

Communiqué de presse du 27 septembre 2022 Le 21 septembre, le Sénat a pris acte du succès de la pétition « Pour l’interdiction du déterrage des blaireaux » déposée par l’ASPAS en mars dernier signée par 104 745 citoyens et soutenue par de nombreuses associations. La balle est maintenant dans le camp de la Commission des affaires […]