L’État abat nos loups, l’ASPAS demande une trêve pour Noël

L’État abat nos loups, l’ASPAS demande une trêve pour Noël

Le loup est un personnage fort de nos rêves, de notre culture, de nos contes de Noël. Dimanche, un jeune mâle a été tué lors d’une battue au grand gibier, dans la vallée de la Gordolasque (Alpes-Maritimes), suite à une autorisation accordée par les pouvoirs publics. Le soi-disant ministère de l’Écologie et les préfets mettent délibérément en péril cette espèce protégée vulnérable, en ordonnant un véritable abattage massif.

À ce jour, près de 400 tirs de loups ont été ordonnés en France : une quarantaine de tirs dits « de prélèvement », et plus de 350 dits « de défense », sur une population estimée seulement à 250 individus ! 7 animaux ont été officiellement abattus, d’autres probablement blessés, sans compter les tirs « d’effarouchement » et le braconnage qui chaque année fait disparaître en douce plusieurs dizaines de loups.

Il s’agit du cinquième loup tué en quelques mois dans les Alpes-Maritimes, la population lupine locale est clairement menacée. Ce nouvel abattage ne réglera pas les problèmes des éleveurs et de la filière ovine, mais il prive les Français de l’un de leurs animaux les plus mythiques.

Après l’émoi suscité par les nombreux abattages de loups en France, l’ASPAS a reçu des milliers de message de soutien et d’encouragement dans son action pour protéger cette espèce sauvage et faire respecter le droit. Elle a d’ailleurs déjà déposé une plainte contre l’État français devant la Commission Européenne.

Aussi pour faire entendre les voix des citoyens très majoritairement favorables* à la présence de ce grand prédateur, l’ASPAS demande au ministère de l’Écologie de renoncer à cette tuerie organisée.

L’ASPAS tient à rappeler que le loup est non seulement une espèce protégée mais également un élément très important pour les équilibres biologiques. En aucun cas l’ASPAS n’acceptera l’éradication du loup. Elle attaquera en justice ces mesures inadmissibles auprès des Tribunaux afin de faire respecter la loi et la nature.

À travers un courrier adressé au ministre de l’Écologie, l’ASPAS en appelle désormais à la responsabilité de nos dirigeants, qui devraient être les garants des lois et des engagements internationaux.

Télécharger la brochure ASPAS :
Campagne pour la connaissance et la protection du loup

*Source : Sondage IFOP, commandé par l’ASPAS et One Voice, du 24 au 27 septembre 2013, sur un panel de 1000 personnes représentatives de la population française.

Dernier articles de presse

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]

27.09.2022

Pétition contre le déterrage au Sénat : nous demandons neutralité et transparence !

Communiqué de presse du 27 septembre 2022 Le 21 septembre, le Sénat a pris acte du succès de la pétition « Pour l’interdiction du déterrage des blaireaux » déposée par l’ASPAS en mars dernier signée par 104 745 citoyens et soutenue par de nombreuses associations. La balle est maintenant dans le camp de la Commission des affaires […]