L’ASFA et l’ASPAS demandent l’arrêt de la chasse d’un oiseau mondialement menacé

L’ASFA et l’ASPAS demandent l’arrêt de la chasse d’un oiseau mondialement menacé

110grvIl y a un an, la chasse de la Grive à pieds jaunes avait été suspendue par le Tribunal administratif de Basse-Terre suite à la saisine de l’ASFA (L’Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles) et de l’ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages). Cette nouvelle avait été vivement saluée par les naturalistes et acteurs de la conservation de la nature en France et dans les îles de la Caraïbe, et avait été plébiscitée par le grand public à travers les réseaux sociaux. Pourtant, cette année, le préfet a décidé de reconduire la chasse de cet oiseau. L’ASFA et l’ASPAS demandent l’abrogation de ce nouvel arrêté et la protection intégrale de cette espèce menacée, inscrite sur les listes rouges mondiale et nationale de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Les deux associations ont saisi le Tribunal administratif de Basse-Terre, l’audience a lieu aujourd’hui !

Rappelons que cette espèce endémique des Petites Antilles n’est plus présente que sur 3 îles dans le monde : Dominique, Guadeloupe et Montserrat (elle a récemment disparu de l’île de Sainte-Lucie). Elle est protégée sur l’ensemble de son aire de répartition sauf en Guadeloupe, où le préfet persiste à vouloir autoriser sa chasse. Pourtant, aucune nouvelle étude ne permet à ce préfet de contredire l’évaluation de l’UICN, qui fait autorité en la matière. D’autant que l’imprégnation par le chlordécone (insecticide très rémanent, perturbateur endocrinien et reprotoxique, largement répandu en Guadeloupe) est apparue comme un nouveau facteur de menace pour l’espèce, en plus de la destruction des habitats forestiers et de l’expansion de certaines espèces envahissantes.
 
GRIVE-A-PIEDS-JAUNES-CopyLe préfet autorise la destruction de 4 500 grives à pieds jaunes soit 10 % de la population estimée en Guadeloupe sans aucune connaissance de la dynamique de l’espèce et ne fixe que très peu de mesures de contrôle de ces captures. Pire encore, l’ensemble de la gestion de cette espèce est laissée à la Fédération départementale des chasseurs.

Ce constat serait moins alarmant si la Guadeloupe était dotée d’un schéma départemental de gestion cynégétique qui, bien que rédigé par et pour les chasseurs, permet au moins d’avoir une idée de la gestion qu’ils entendent appliquer à une espèce.

Et maintenant, pour le plaisir de quelques-uns, la chasse de cette espèce mondialement menacée, l’État français se désengage complètement de ses responsabilités en matière de préservation de la biodiversité, même la plus riche et la plus fragile, quitte à violer les conventions internationales qu’il a signées.

 
logos

Dernier articles de presse

12.01.2023

Mort de Morgan Keane : un verdict au parfum de révolte  

La mort de Morgan Keane, confondu avec un sanglier dans le Lot le 2 décembre 2020, a marqué le début d’une grande offensive citoyenne contre l’insécurité liée à la chasse, initiée par des proches de Morgan réunies au sein du collectif « Un Jour Un Chasseur ». L’ASPAS avait décidé de se porter partie civile […]

09.01.2023

Insécurité à la chasse : chasseurs 1, les autres 0

Alors que 4 Français sur 5 sont favorables au dimanche sans chasse, jour où l’on compte le plus grand nombre d’accidents liés à ce loisir, l’État préfère renforcer les intérêts d’une minorité dangereusement armée : l’appli-gadget permettant de signaler les chasses en cours est non seulement anti-démocratique, elle est aussi à l’avantage des chasseurs qui […]

02.01.2023

8 Français sur 10 réclament le dimanche sans chasse

Alors que le gouvernement tarde à faire ses annonces concernant la sécurisation de la chasse (maintenant prévues le 9 janvier), un sondage IFOP réalisé par sept associations de protection de la nature dont l’ASPAS révèle une nouvelle fois que 78% des Français sont favorables à ce que le dimanche devienne un jour sans chasse. Face […]

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]