La préfecture interdit la Marche blanche pour l’ours tué par balles

La préfecture interdit la Marche blanche pour l’ours tué par balles

Avec cette interdiction, annoncée ce jeudi 18 juin, la violence d’une poignée d’anti-ours extrémistes empêche donc l’expression de la majorité des citoyens. Ils tuent nos ours, ils nous empêchent de le dénoncer.

Le 9 juin 2020, un ours mâle âgé de 4 ans a été retrouvé tué par balles, en Ariège. Cet attentat contre une espèce protégée, passible de 3 ans de prison et de 150 000 € d’amende, a généré une onde de choc immense, partout en France.

Cette indignation collective, qui a ému jusque dans les couloirs du ministère de la Transition écologique ne rendra certes pas la vie de l’ours. Mais elle est un signal très encourageant, qui démontre une fois de plus l’attachement des Français, dans leur grande majorité, y compris les Pyrénéens, à ces grands mammifères dont la population demeure hélas extrêmement fragile. Le dernier comptage révélé par l’Office Français de la Biodiversité, en avril 2020, fait en effet état d’une cinquantaine d’individus seulement.

Un crime a été commis contre la nature et il reste à espérer que justice sera faite.

En attendant, nous, associations de protection de la nature, bergers et éleveurs prônant la cohabitation avec l’ours, citoyens de tous bords sensibles au respect du vivant sous toutes ses formes, avions prévu d’appeler à une Marche blanche samedi 20 juin, à Foix, en Ariège. Le rendez-vous devait être fixé à 10h devant la préfecture.

Hélas, cette marche mémorielle et pacifique n’aura finalement pas lieu. Alors que toutes les dispositions avaient été prises pour assurer la sécurité de l’évènement et répondre aux demandes de Mme la Préfète, celle-ci a décidé d’interdire le rassemblement. De crainte qu’elle ne soit perturbée par quelques individus engagés dans une guerre contre la vie sauvage ?

L’ASPAS regrette profondément que l’Etat, qui a pourtant annoncé vouloir porter plainte suite à la mort de l’ours, cède aussi facilement à la pression de la petite mafia anti-ours qui sévit dans les montagnes ariégeoises.

Cette décision malheureuse n’enlève cependant rien à notre détermination : si la marche blanche ne peut avoir lieu ce samedi, d’autres actions pacifiques se tiendront inexorablement dans les semaines à venir, tant que les auteurs de ce crime ne seront pas condamnés et qu’une réelle politique de protection de l’ours ne sera pas mise en place.

Contre le respect de la vie sauvage, le parti de la violence sera toujours perdant !

Contact : presse@aspas-nature.org

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]