La préfecture interdit la Marche blanche pour l’ours tué par balles

La préfecture interdit la Marche blanche pour l’ours tué par balles

Avec cette interdiction, annoncée ce jeudi 18 juin, la violence d’une poignée d’anti-ours extrémistes empêche donc l’expression de la majorité des citoyens. Ils tuent nos ours, ils nous empêchent de le dénoncer.

Le 9 juin 2020, un ours mâle âgé de 4 ans a été retrouvé tué par balles, en Ariège. Cet attentat contre une espèce protégée, passible de 3 ans de prison et de 150 000 € d’amende, a généré une onde de choc immense, partout en France.

Cette indignation collective, qui a ému jusque dans les couloirs du ministère de la Transition écologique ne rendra certes pas la vie de l’ours. Mais elle est un signal très encourageant, qui démontre une fois de plus l’attachement des Français, dans leur grande majorité, y compris les Pyrénéens, à ces grands mammifères dont la population demeure hélas extrêmement fragile. Le dernier comptage révélé par l’Office Français de la Biodiversité, en avril 2020, fait en effet état d’une cinquantaine d’individus seulement.

Un crime a été commis contre la nature et il reste à espérer que justice sera faite.

En attendant, nous, associations de protection de la nature, bergers et éleveurs prônant la cohabitation avec l’ours, citoyens de tous bords sensibles au respect du vivant sous toutes ses formes, avions prévu d’appeler à une Marche blanche samedi 20 juin, à Foix, en Ariège. Le rendez-vous devait être fixé à 10h devant la préfecture.

Hélas, cette marche mémorielle et pacifique n’aura finalement pas lieu. Alors que toutes les dispositions avaient été prises pour assurer la sécurité de l’évènement et répondre aux demandes de Mme la Préfète, celle-ci a décidé d’interdire le rassemblement. De crainte qu’elle ne soit perturbée par quelques individus engagés dans une guerre contre la vie sauvage ?

L’ASPAS regrette profondément que l’Etat, qui a pourtant annoncé vouloir porter plainte suite à la mort de l’ours, cède aussi facilement à la pression de la petite mafia anti-ours qui sévit dans les montagnes ariégeoises.

Cette décision malheureuse n’enlève cependant rien à notre détermination : si la marche blanche ne peut avoir lieu ce samedi, d’autres actions pacifiques se tiendront inexorablement dans les semaines à venir, tant que les auteurs de ce crime ne seront pas condamnés et qu’une réelle politique de protection de l’ours ne sera pas mise en place.

Contre le respect de la vie sauvage, le parti de la violence sera toujours perdant !

Contact : presse@aspas-nature.org

Dernières actualités

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]

09.02.2024

“GOUPIL” n°156, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce premier Goupil de l’année 2024, outre un gros dossier central consacré à la chasse et à ses nuisances, vous découvrirez nos dernières actions pour les loups, les ours, les blaireaux, les bouquetins du Bargy, les oiseaux menacés dans les Antilles et bien d’autres espèces encore… Avec, comme d’habitude, vos rubriques juridiques préférées (coin […]