L’État autorise l’effarouchement des ours malgré 97% d’opposants !

L’État autorise l’effarouchement des ours malgré 97% d’opposants !

Malgré la mise en garde des scientifiques du CNPN, malgré une écrasante majorité d’opposants au projet, les “mesures expérimentales” d’effarouchement contre les ours reprennent cet été dans les estives pyrénéennes.

En avril, l’ASPAS vous avait invité à participer à la consultation public pour exprimer votre mécontentement. Le résultat est sans appel : 97 % des 2056 avis traités sont CONTRE ce projet ! Parmi ces citoyens, “plusieurs personnalités, vétérinaires, experts, anciens membres de comités ou conseils scientifiques” qui regrettent “l’absence d’une ‘analyse comparative des avantages et inconvénients du projet par rapport à ce qui se pratique dans les autres pays européens dotés de populations d’ours bruns'”, peut-on lire dans la synthèse des avis, publiée par le ministère de la Transition écologique.

Aucune donnée n’avait été fournie quant à l’efficacité ou non de ces mesures en 2019, et cette année encore, le Conseil national de protection de la nature (institution rattachée au ministère de l’Écologie) avait émis un nouvel avis défavorable à l’unanimité (0 pour, 27 contre, 0 abstention) !

L’ASPAS, qui préconise depuis des années l’application du triptyque de protection (bergers / chiens / parcs de regroupement électrifiés), partage entièrement la conclusion des scientifiques, pour qui “La reconduction de cet arrêté dont l’efficacité est contestable, voire dangereuse à terme pour la conservation de l’ours brun et plus généralement de la faune sauvage, traduit une tendance inquiétante à vouloir chasser les ours des zones d’estive, y compris potentiellement dans un Parc National, alors qu’il est possible d’assurer la cohabitation de l’ours et du pastoralisme moyennant une bonne protection des troupeaux. Ceci est à l’opposé des objectifs initiaux du plan ours.”

Suite au braconnage d’un ours en Ariège, le 9 juin 2020, l’ASPAS et d’autres associations appellent l’État à prendre ses responsabilités, et à mieux garantir la protection de ce grand prédateur dont la population demeure très fragile dans le massif pyrénéen (environ 50 individus).

 

 

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]