L’État autorise l’effarouchement des ours malgré 97% d’opposants !

L’État autorise l’effarouchement des ours malgré 97% d’opposants !

Malgré la mise en garde des scientifiques du CNPN, malgré une écrasante majorité d’opposants au projet, les “mesures expérimentales” d’effarouchement contre les ours reprennent cet été dans les estives pyrénéennes.

En avril, l’ASPAS vous avait invité à participer à la consultation public pour exprimer votre mécontentement. Le résultat est sans appel : 97 % des 2056 avis traités sont CONTRE ce projet ! Parmi ces citoyens, “plusieurs personnalités, vétérinaires, experts, anciens membres de comités ou conseils scientifiques” qui regrettent “l’absence d’une ‘analyse comparative des avantages et inconvénients du projet par rapport à ce qui se pratique dans les autres pays européens dotés de populations d’ours bruns'”, peut-on lire dans la synthèse des avis, publiée par le ministère de la Transition écologique.

Aucune donnée n’avait été fournie quant à l’efficacité ou non de ces mesures en 2019, et cette année encore, le Conseil national de protection de la nature (institution rattachée au ministère de l’Écologie) avait émis un nouvel avis défavorable à l’unanimité (0 pour, 27 contre, 0 abstention) !

L’ASPAS, qui préconise depuis des années l’application du triptyque de protection (bergers / chiens / parcs de regroupement électrifiés), partage entièrement la conclusion des scientifiques, pour qui “La reconduction de cet arrêté dont l’efficacité est contestable, voire dangereuse à terme pour la conservation de l’ours brun et plus généralement de la faune sauvage, traduit une tendance inquiétante à vouloir chasser les ours des zones d’estive, y compris potentiellement dans un Parc National, alors qu’il est possible d’assurer la cohabitation de l’ours et du pastoralisme moyennant une bonne protection des troupeaux. Ceci est à l’opposé des objectifs initiaux du plan ours.”

Suite au braconnage d’un ours en Ariège, le 9 juin 2020, l’ASPAS et d’autres associations appellent l’État à prendre ses responsabilités, et à mieux garantir la protection de ce grand prédateur dont la population demeure très fragile dans le massif pyrénéen (environ 50 individus).

 

 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]