La peste porcine, le virus qui tue les sangliers et affole les chasseurs

La peste porcine, le virus qui tue les sangliers et affole les chasseurs

Détecté chez des sangliers en Belgique en septembre 2018, le virus de la peste porcine africaine (PPA) a suscité un véritable affolement en France, par crainte que des animaux infectés aient traversé la frontière. La propagation dans l’Hexagone de cette maladie, inoffensive pour l’homme mais très contagieuse entre sangliers et cochons domestiques, aurait un impact économique et sanitaire catastrophique, dans la mesure où 40% de la viande porcine produite est destinée à l’exportation. Mais c’est le monde de la chasse qui serait directement impacté, puisque c’est leur « gibier » qui pâtit.

Bien qu’aucun cas de PPA n’ait été (officiellement et jusqu’à présent) relevé en France, la réponse des autorités a été sans appel, avec la mise en place d’une « zone blanche de dépeuplement » de 141 km² sur une vingtaine de communes des Ardennes et de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle, et la pose d’une clôture d’encerclement pour contenir les animaux. Objectif : exterminer tous les sangliers se trouvant dans ce secteur, qu’ils soient sains ou malades. Pour cela, l’armée a même été réquisitionnée pour rabattre les animaux lors des battues !

Les chasseurs à la source du problème  

En févier 2019, les autorités belges annonçaient l’arrestation de deux personnes du monde de la chasse soupçonnées d’être à l’origine de la contamination, suite à un trafic de sangliers importés de l’Europe de l’Est. En Wallonie, le transport de sangliers pour la chasse est formellement interdit, de même que la chasse en enclos. Ce qui n’est pas le cas de la France. D’où l’hystérie du monde de la chasse, chez nous, à l’égard de la PPA, sachant que chaque année des milliers de sangliers transitent par camion et sont introduits dans des enclos de chasse privée, en toute légalité. Et que certains s’échappent. Et que d’autres sont lâchés en pleine nature, en toute illégalité cette fois : une pratique marginale, mais réelle !

Il est troublant aussi de noter la réaction de certains chasseurs appelés à participer aux battues d’éradication dans la zone blanche, à qui l’on offre 100 euros par sanglier tué ; certains disent avoir la « boule au ventre », non pas parce qu’ils doivent tuer des sangliers, mais parce qu’ils ont peur qu’il n’y en ait plus à tirer la saison prochaine !

L’hystérie qui agite le monde de la chasse est d’autant plus forte qu’il y a eu des antécédents, en France. Dans les années 2000, l’importation de sangliers et de lièvres provenant de pays de l’est de l’Europe est fortement suspectée d’être à l’origine de l’introduction de la brucellose à « Brucella suis 2 », une bactérie qui affecte désormais la quasi-totalité des populations de sangliers de France continentale. En 2012, des sangliers atteints de tuberculose bovine (Mycobacterium bovis) ont été découverts dans un parc de chasse marnais, révélant ainsi le manque de contrôles sanitaires à l’égard d’animaux importés de pays étrangers.

Une crise qui pourrait à terme profiter aux sangliers ?

Vue la gestion calamiteuse du dossier « sanglier » par les chasseurs depuis plusieurs décennies (hybridation avec des cochons domestiques, agrainage, etc.), on peut comprendre leur embarras face à l’éventualité d’une épidémie de PPA en France. Mais n’oublions pas que dans cette crise, ce sont les sangliers les premières victimes.

Toutefois, l’issue pourrait à terme bénéficier à nos amis les cochons sauvages, si le gouvernement se donnait un peu de courage : certaines pratiques de chasse méconnues du grand public, telles l’importation et l’élevage de sangliers pour des chasses en enclos privés, pourraient être interdites en cas de scandale sanitaire. Il est tout de même difficilement compréhensible qu’on nous parle sans cesse de surpopulation de sangliers en France, et que l’on autorise en parallèle de tels agissements !

En attendant, les sangliers ne se laissent pas faire, comme en témoignent les nombreux accidents relevés pendant la saison 18/19, où des animaux acculés ont blessé leurs bourreaux…

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]