Maire de Valaire, elle prend un arrêté contre le déterrage des blaireaux

Maire de Valaire, elle prend un arrêté contre le déterrage des blaireaux

Ce n’est une goutte d’eau enlevée à un océan de cruauté, mais une décision courageuse d’une élue qui, à l’instar de Daniel Cueff, ce maire breton qui a interdit les pesticides sur sa commune, pourrait bien faire des émules dans les rangs des élus locaux engagés dans la protection de la biodiversité.

Catherine Le Troquier, adhérente ASPAS, est maire du village de Valaire, qui compte moins de 100 habitants. Le 13 septembre 2019, elle a publié un arrêté interdisant la pratique de la vénerie sous terre du blaireau sur tout le territoire de sa commune.

 

Valaire est situé en Loir-et-Cher, aux portes de la Sologne, un territoire tristement célèbre pour ses grands domaines de chasse privés ; la décision de Mme le Maire est donc d’autant plus forte sur le plan symbolique, en ce qu’elle offre à ces mustélidés méconnus et mal-menés un oasis de tranquillité.

Contrairement aux chasseurs, qui n’ont fourni aucune sérieuse argumentation pour justifier leur pratique du déterrage de blaireaux dans ce département – au point que la préfecture a préféré retirer son arrêté autorisant une période complémentaire de déterrage pour la saison 2019-2020, cédant à la pression de nos associations qui se tenaient prêtes à l’attaquer en justice (lire ici) – , l’élue de Valaire a reçu le soutien d’un avocat spécialisé pour blinder son arrêté avec un argumentaire long de 6 pages !

La préfecture du Loir-et-Cher a certes la possibilité d’engager un recours pour faire annuler cette décision locale (dans les 2 mois après son entrée en vigueur), mais l’ASPAS soutient à 100% cette initiative salutaire de Catherine Le Troquier, pleinement engagée pour la biodiversité sur les quelques 7 km2 que compte la commune de Valaire. Elle permet à l’espèce blaireau de sortir de l’ombre des sous-bois pour le devant de la scène médiatique, et être ainsi mieux acceptée par des citoyens de mieux en mieux informés sur le caractère discret et inoffensif de cet animal aux mœurs nocturnes. Mais qui subit pourtant toujours la barbarie du déterrage, 8 mois sur 12, dans la grande majorité des départements de France.

Avis aux maires de France !

Vous êtes maire en France, et vous souhaitez vous aussi faire interdire la pratique barbare du déterrage sur votre commune ?

N’hésitez pas à contacter l’ASPAS qui vous accompagnera dans cette démarche. Nous tenons notamment à votre disposition un dossier d’expert qui  fait un point sur cette pratique, et qui surtout donne de solides arguments pour demander son interdiction.

#STOPdéterrage !

Les Français sont à une très grande majorité favorables à l’interdiction du déterrage, et 73% n’imaginaient pas que la vénerie sous terre existait encore, selon un sondage IPSOS de 2018 !

> Des outils pour dire STOP à cette chasse barbare !

Demandez aux côtés de l’ASPAS l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles.

JE SIGNE LA PETITION

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]