La guerre contre le loup est déclarée

La guerre contre le loup est déclarée

Les défenseurs de la nature
trahis par leur ministre 

Le gouvernement déclare ouverte la destruction d’une espèce protégée, y compris avec des armes de guerre destinées aux snippers. Une décision grave qui méprise les lois, la biodiversité et les instances de consultation. C’est une première terriblement inquiétante pour tous les citoyens qui espèrent encore préserver la nature. Comme pour les ortolans, l’ASPAS contre-attaque au niveau européen.

Aujourd’hui, le CNPN (Conseil national de protection de la nature) examine le « nouveau plan loup ». Mais avant même la consultation obligatoire de cette instance, Delphine Batho et le député Christophe Castaner, président du Groupe National Loup, ont déjà annoncé l’abattage de 24 loups pour l’année 2013, soit 10% de la population française ! On constate le peu de cas que la ministre de l’écologie fait de la protection de la nature, mais également des instances de consultation. Gageons que la consultation publique ne servira à rien…

Le ministère de l’Écologie n’en est pas à ses premières dérives. Le 21 septembre 2011, un loup est abattu en toute illégalité dans les Alpes de Hautes Provence. Le 4 mars, à la demande de l’ASPAS, le tribunal administratif de Marseille annule – mais trop tard – l’arrêté préfectoral de tir de loup[1]. Après cette amère victoire, l’ASPAS va demander dédommagement pour destruction du loup, qui reste, en droit français et européen, une espèce… protégée.

En 2012, 195 autorisations de tir de loup ont été délivrées par les préfets, soit une autorisation pour 0,78 loup ! Mais comme nos  chasseurs, louvetiers et autres gardes ne sont pas arrivés à réaliser le tableau promis, les grands moyens sont lancés. L’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) formera des chasseurs afin de rendre leurs tirs « plus performants », notamment avec des armes de guerre. L’une d’elles a déjà été offerte en grande pompe par l’ONCFS aux louvetiers drômois en présence du sous-préfet de Die. Celui-ci a délivré une dérogation pour l’utilisation de cette arme normalement réservée aux militaires. Il s’agit d’une carabine Tikka de calibre 7×64 équipée d’une lunette à amplification nocturne destinée aux snippers en zone de guerre !

Les séances d’abattage se feront de jour, et désormais de nuit, toute l’année, y compris en période de reproduction de l’animal. Le loup, espèce légalement protégée, est tombé dans une situation pire que s’il était classé « gibier », et même « nuisible » ! Devant ces signes du ministère, des plans de tirs sont déjà réclamés un peu partout, y compris maintenant en zone de plaine. L’éradication du loup est désormais encouragée.

L’ASPAS dénonce la démission totale du ministère de l’écologie, et apportera ces nouveaux éléments à la Commission Européenne qui instruit déjà sa plainte pour non respect des réglementations européennes.

 Télécharger le tableau comparatif entre l’ancien protocole et le nouveau projet loup

[1] Celui de la préfète des Alpes-de-Haute-Provence du 31 Août 2011. Mais ce n’est pas le premier arrêté annulé grâce aux actions juridiques de l’ASPAS.

Dernier articles de presse

21.06.2024

L’extrême droite, une menace pour le Vivant

Depuis plus de 40 ans, l’ASPAS se bat sans relâche pour faire reconnaître les droits des animaux sauvages et défendre l’expression de la nature dans toute sa diversité, toutes ses spécificités. Fière de son indépendance financière et politique, qui lui garantit une totale liberté d’action et de ton, l’ASPAS ne peut aujourd’hui rester silencieuse face […]

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]