Exprimez-vous contre la destruction des renards dans l’Oise

Exprimez-vous contre la destruction des renards dans l’Oise

Renard- F.CahezLe préfet de l’Oise consulte le public sur le projet d’arrêté autorisant la destruction des renards, sous forme de chasses ou de battues administratives par les 14 lieutenants de louveterie nouvellement nommés sur la période du 1er janvier 2015 au 30 avril 2015.

Le projet d’arrêté est consultable ICI.

Vous pouvez participer en envoyant votre avis via le formulaire proposé sur ce site internet.

ATTENTION : La consultation est ouverte jusqu’au6 janvier 2015.

La position de l’ASPAS est la suivante :

Vous pouvez préciser « En tant qu’habitant(e) de l’Oise / ou de la commune XXX », je m’oppose à cet arrêté, pour les raisons développées ci-après :

– Le projet autorise la destruction massive des renards sur l’ensemble des communes du secteur du lieutenant de louveterie concerné, sans limiter cette possibilité aux seules zones éventuellement concernées par des dégâts. De plus, aucune limite quantitative n’est fixée, et ce alors qu’aucun étude ne permet d’apprécier l’état des populations de renard dans le département. Ce projet est donc contraire au principe d’une « battue administrative », mesure exceptionnelle qui ne peut être ordonnée que « chaque fois qu’il est nécessaire » c’est-à-dire devant répondre à une nécessité d’ordre public (article L.427-6 du code de l’environnement).

– Le renard est chassé dans le département pendant toute la période d’ouverture, il est également classé « nuisible » dans le département, et à ce titre peut être piégé, enfumé et déterré toute l’année. Aucun dégât attribué au renard n’est d’une ampleur telle que soient justifiés de nouveaux modes de destruction, par tir de nuit et battues.

– Les dégâts que le renard peut parfois causer aux poulaillers peuvent être évités par l’installation d’un système de protection adéquat.

fenetre-renard– Aucun motif sanitaire ne justifie une telle mesure. La régulation des renards n’est d’aucune utilité, voire contre productive, dans le cadre de la lutte contre l’échinococcose alvéolaire, la leptospirose et la gale. Le Ministère a ainsi précisé, dans la note de présentation du 26 juin 2012 sur l’arrêté ministériel du 2 août 2012 que “Cette espèce a souvent été proposée au classement pour des raisons épidémiologiques. Ce motif est difficilement recevable. Il n’y a plus de risque de transmission de la rage actuellement. En ce qui concerne l’échinococcose, la réduction des populations de renards n’est pas un moyen d’éviter sa prolifération, ni de prévenir la contamination vers l’homme.

– Le motif de protection du gibier n’est pas plus recevable. Le renard est un prédateur autochtone, il ne peut lui être reproché de s’attaquer à ses proies naturelles ni à des animaux d’élevage peu adaptés à la vie sauvage et qui sont des proies faciles. Ces destructions ne peuvent se faire en faveur d’un loisir comme la chasse, les battues ayant pour vocation de protéger l’intérêt général et non des intérêts privés.

– Loin d’être nuisible, le renard fait partie intégrante de notre patrimoine naturel. Il est un auxiliaire précieux des cultures. Un renard peut consommer à lui seul, chaque année des milliers de rongeurs, y compris ceux qui causent des dommages aux récoltes ou qui transmettent des maladies. Il est ainsi une alternative naturelle aux traitements chimiques toxiques.

– Tel que rédigé, le projet est illégal en ce qu’il prévoit une application dès le 7 janvier, soit le lendemain de la fin de la consultation publique. L’article L. 120-1 du code de l’environnement précise en effet « Le projet de décision ne peut être définitivement adopté avant l’expiration d’un délai permettant la prise en considération des observations déposées par le public et la rédaction d’une synthèse de ces observations. Sauf en cas d’absence d’observations, ce délai ne peut être inférieur à quatre jours à compter de la date de la clôture de la consultation. 

Vous pouvez exprimer votre opinion en adaptant avec vos propres mots les observations formulées l’ASPAS. Un avis personnalisé aura en effet plus de poids que plusieurs réponses à la consultation reprenant le même modèle, au mot près.

Nous comptons sur votre mobilisation,
merci d’avance pour votre participation.

                                                                  L’équipe de l’ASPAS

NB : Tout dysfonctionnement de la messagerie de la préfecture n’est pas du fait de l’ASPAS. Nous vous invitons à renouveler ultérieurement votre participation en cas de message d’erreur.

Dernier articles de presse

20.09.2022

6 ONG saisissent la justice contre le déterrage des blaireaux en région AURA

La pression monte d’un cran concernant la vènerie sous terre du blaireau en région Auvergne-Rhône-Alpes. Plusieurs associations de protection des animaux et de l’environnement* ont uni leurs forces et viennent de déposer pas moins de 8 recours contre l’ouverture dès le printemps de la période complémentaire de déterrage, pratique de chasse barbare déjà autorisée de […]

14.09.2022

Mission Sécurisation de la Chasse du Sénat : un rapport indécent

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Mission Sécurisation de la Chasse du Sénat : les associations de victimes de la chasse et de défense des animaux dénoncent un rapport indécent et demandent une action gouvernementale rapide. En décembre 2021, le succès de la pétition « Morts, violences et abus liés à la chasse : plus jamais ça ! […]

08.09.2022

Déterrage de blaireaux : la carte de France de l’horreur

Les associations ASPAS et AVES révèlent l’édition 2022 de la carte de France du déterrage : dans de nombreux départements, des chasseurs continuent d’arracher des familles entières de blaireaux de leur terrier pour les tuer, et ce dès le 15 mai sur simple autorisation du préfet. L’espoir d’un changement est cependant permis : grâce à l’accumulation de […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

09.05.2022

Le 15 Mai, Journée Mondiale des Blaireaux

COMMUNIQUÉ – Pour améliorer les connaissances sur le blaireau et alerter sur la cruauté de la chasse par déterrage, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) consacre une Journée Mondiale à ces petits mammifères injustement persécutés en France. Avec le soutien de nombreuses associations partenaires, des animations sont proposées partout à travers le pays, […]