Et si on réintroduisait les lynx sur le Mont Ventoux ?

Et si on réintroduisait les lynx sur le Mont Ventoux ?

Suite au scandale provoqué par l’affaire du safari-chasse de chamois sur le Mont Ventoux (lire notre article), l’ONF tente de justifier la chasse aux chamois sur ce secteur, en prétextant les dégâts que provoqueraient ces animaux sur les « bourgeons des sapins pectinés » (lire l’interview de David Gavalda sur le site de France 3)…

On connaît ce discours bien rodé des forestiers, de mèche avec les chasseurs qui payent le droit de venir chasser dans les forêts domaniales : « sans régulation cynégétique des cervidés, les forêts ne peuvent pas se régénérer ». Concernant le chamois, l’argument ne tient pas : toutes les études montrent que leur impact sur la flore est quasi nulle ! D’ailleurs, dans le contrat qui lie les chasseurs à l’ONF dans la forêt du Mont Ventoux, il est écrit noir sur blanc que le chamois « reste à un niveau de population acceptable et ne génère pas de dégâts forestiers importants ».

Surtout, les experts sylvo-cynégétiques oublient (font exprès d’oublier) un (gros) détail : en présence des grands prédateurs, les ongulés se dispersent, leurs populations sont naturellement régulées, et c’est toute la biodiversité qui en profite.

Encore faut-il accepter la présence de ces prédateurs, qui entrent en concurrence directe avec les chasseurs ! Et qui contraignent les éleveurs à une protection plus efficace de leurs troupeaux. C’est pourtant la solution la plus naturelle et la plus écologique.

Le loup est naturellement revenu sur le Mont Ventoux, où il se nourrit surtout de cerfs et de chevreuils, mais il est moins à l’aise pour chasser les chamois, qui sont plus à même de se réfugier dans des zones escarpées.

Pour contenir les chamois, il est un autre prédateur, plus agile et varappeur que le loup, qui aurait toute sa place dans ce massif : le lynx boréal. Hélas, son retour naturel en Drôme et Vaucluse n’est pas pour tout de suite. Cependant, avec un peu de pédagogie et surtout une forte volonté politique en faveur de la biodiversité, on pourrait tout à fait imaginer un programme de réintroduction du grand félin dans ce secteur.

En effet, on estime qu’un lynx prélève environ 60 ongulés sauvages sur une année, sur un territoire d’environ 10 000 hectares (chevreuil et chamois essentiellement). En prenant en compte les densités de population de grand gibier sur le Mont Ventoux, l’idée d’une réintroduction mériterait une étude et une réflexion approfondie. Même s’il faut s’attendre, à n’en pas douter, à un véto de la part des chasseurs…

N.B : à l’heure où nous écrivons ces lignes, nous apprenons qu’un lynx aurait été abattu dans les Vosges… Malgré les efforts des associations locales, le lynx – victime de nombreux actes de braconnage depuis sa réintroduction au début des années 1980 – n’a malheureusement jamais réussi à se développer correctement dans ce massif. 

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]