Renard pendu : la barbarie ordinaire de nos campagnes

Renard pendu : la barbarie ordinaire de nos campagnes

Partagée des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux, la photo du renard pendu à Aiglun, dans les Hautes-Alpes, en a scandalisé plus d’un. A tel point que la presse régionale s’est emparée de l’info : le Dauphiné LibéréD’Ici, Nice Matin… ainsi que La Provence qui n’hésite pas à parler « d’acte barbare » et « d’extrême violence ».

L’ASPAS salue cette indignation généralisée, qui est le signe que le vent tourne en France : grâce aux réseaux sociaux, les citoyens sont de plus en plus sensibilisés aux atrocités commises contre la faune sauvage et alors que les objecteurs de conscience sont de plus en plus dans le viseur de l’État, rien n’est entrepris contre ceux qui provoquent ouvertement les citoyens les plus sensibles à la nature et à la souffrance animale…

Il n’est, hélas, pas si rare de découvrir de telles mises en scène macabres dans les campagnes françaises, là où sévissent des groupes d’individus restés ancrés dans la certitude de leurs croyances fantasques et moyenâgeuses. Voleur de poules, vecteur de maladies… Malgré une évolution timide des mentalités et des pratiques, pour une majorité de chasseurs « un bon renard reste un renard mort ». Par provocation, par fierté, certaines personnes aiment exposer de façon morbide et choquante le fruit de leurs « prélèvements ».

Des histoires comme celle de ce renard pendu, l’ASPAS en connaît des dizaines. Il y a quelques jours à peine nous avons été alertés par une adhérente qui a été interloquée de voir à Doizieux (43), en pleine rue, différents cadavres d’animaux considérés comme « nuisibles » (renards, fouines…) exposés à la vue de tous. La photo d’un autre renard, pendu par la queue cette fois-ci à Paray-le-Fresil (03) à côté d’un arrêt de bus scolaire, a beaucoup circulé également sur le web ces derniers jours. Un flou juridique entoure ces pratiques obscènes pourtant moralement condamnables.

Des renards, il s’en tue environ 600 000 chaque année en France, 12 mois sur 12 (par tir, piégeage, déterrage, battue administrative…). Et ce nombre n’intègre pas les milliers victimes de collisions routières. S’il suffit d’une photo d’un individu pour sensibiliser les quelque 60 millions de Français non-chasseurs aux atrocités commises dans nos campagnes, tant mieux !

Les nombreux atouts écologiques du renard

© F. Cahez

Nous avons aujourd’hui toute la littérature scientifique à disposition pour réhabiliter les renards, pourtant toujours classés parmi les « espèces susceptibles d’occasion des dégâts » : il protège les cultures des paysans, il nettoie la nature des proies malades, il freine la propagation de la maladie de Lyme qui affecte les humains… Les renards ont toute leur place dans l’écosystème. Quant aux poules, il suffit de bien fermer la porte du poulailler, le soir, et d’installer une clôture suffisamment imperméable.

Grâce à l’action du Collectif Renard Grand Est, dont fait partie l’ASPAS, une question écrite à destination de la ministre de l’Ecologie Mme Elisabeth Borne a été publiée au Journal Officiel le 31 décembre 2019, portée par le député de Meuthe-et-Moselle Xavier Paluszkiewicz (LREM), pour dénoncer le caractère obsolète et non scientifique des classements d’animaux anciennement appelés « nuisibles », grandement établis sous la pression du lobby chasse. Nous attendons la réponse de la Ministre avec grand intérêt.

Car ce qui dérange le plus les chasseurs, en vérité, et qui explique l’acharnement du monde cynégétique contre goupil, est que le petit prédateur leur fait concurrence en s’attaquant aux faisans, perdrix, lièvres et autres « petits gibiers » qui sont élevés par millions chaque année, dans le seul but d’être relâchés pour mourir sous le plomb des fusils. Le renard chasse pour survivre, le chasseur pour se faire plaisir…

En 2020, comment peut-on encore sacrifier la biodiversité pour subvenir aux petits plaisirs égoïstes de certains bipèdes ?

Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

22.05.2024

Un loup dans un Parc national, quel scandale !

Près du village d’Altier en Lozère, en plein cœur du Parc national des Cévennes, la vidéo de ce qui semble être un loup poursuivi par une voiture sur une route de montagne est devenue virale sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne, le 19 mai 2024. Comme à leur habitude, chasseurs, bergers et […]

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]