Éradiquer les renards… Le plan morbide du maire et des chasseurs de l’Île aux Moines (56)

Éradiquer les renards… Le plan morbide du maire et des chasseurs de l’Île aux Moines (56)

L’Île aux Moines, dans le golfe du Morbihan, « envahie par les renards ». C’est le titre d’un article de presse quelque peu loufoque, publié le 14 octobre dans Ouest France, où l’on apprend, entre autres, qu’un poney aurait été attaqué et que « la biodiversité de l’île est menacée ».

Mais difficile de savoir si ce sont bien des renards les coupables, puisqu’un témoignage surréaliste (de chasseur ?) évoque une espèce qui serait croisée avec des chiens ou des loups…

Bref, un drôle de papier qui n’apporte aucune donnée sérieuse à part l’information selon laquelle 22 « renards » ont déjà été « maîtrisés » (entendez tués) par les chasseurs.

22 quadrupèdes sur une île grande de 310 hectares, où vivent à l’année plus de 600 bipèdes autochtones qui peuvent circuler en voiture, auxquels il faut rajouter plusieurs milliers de touristes pendant la saison estivale. En somme une île assez fortement marquée de l’empreinte humaine.

Selon la Mairie (qui n’apporte aucune preuve), ces « renards » auraient été introduits illégalement sur l’île. L’Île aux Moines est la plus grande des îles du Morbihan, et ne se trouve qu’à 450 mètres de distance du continent. Avec une si faible distance, il n’est pas impossible d’imaginer qu’un renard puisse nager jusqu’à l’île. Mais le fait est qu’on n’en sait rien.

Ce qu’il est par contre facile de vérifier, c’est l’existence d’une association de chasse sur l’île, classée dans la rubrique « loisirs adultes » du cahier des activités de la commune entre les boules et la planche à voile.

En faisant une petite recherche sur YouTube « chasse île aux moines » on tombe vite sur la vidéo d’une chasse aux lapins filmée en direct, en 2015. On y voit un chasseur qui taquine son chien avec un cadavre de lapin, un autre qui tire sur un piquet en bois, puis vers la 11e minute, on aperçoit un faisan qui passe au-dessus des arbres. Il y a donc sur l’île au moins des lapins et un faisan… et des chasseurs. Lapins et faisans sont des espèces chassables. Et tout à fait comestibles pour les renards. On ne va pas tirer de conclusions hâtives, mais on peut suspecter que la présence de renards sur l’île gâche sans doute un peu la fête de ces « 1ers écolos insulaires de France », qui ont moins de cibles à tirer s’ils cohabitent avec des prédateurs naturels.

Or, si les renards sont classés espèce SOD* dans le Morbihan, ils sont « protégés » sur les îles du département, pour la simple et bonne raison que sur les îles, il n’y a officiellement… pas de renards. Le maire Philippe Le Bérigot et les chasseurs ont donc demandé une autorisation exceptionnelle auprès de la préfecture pour éradiquer ces visiteurs indésirables. Ce qui laisse quelque peu songeur quant à l’utilité des lois de protection animale en France…

*Espèces SOD : espèces susceptibles d’occasionner des dégâts. Une liste établie tous les 3 ans par le ministère de la Transition écologique.

Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]