Vendée : avant le 17 octobre, refusez le déterrage des blaireaux !

Vendée : avant le 17 octobre, refusez le déterrage des blaireaux !

Jusqu’au 17 octobre, les citoyens sont invités à participer à la consultation publique concernant un arrêté autorisant une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux en Vendée, à partir du 15 mai 2020.

Pour participer, écrivez à pref-participationdupublic@vendee.gouv.fr

L’ASPAS appelle évidemment à dire NON à ce projet d’arrêté, et propose ci-dessous une petite analyse par l’absurde des arguments des chasseurs, repris par la Préfecture dans la formulation du projet d’arrêté ainsi que sa note de présentation : 

« Considérant l’absence de prédateur naturel au blaireau en Vendée »

=> En a-t-il besoin ?

« Considérant que les populations de blaireaux sont actuellement dans un état de conservation favorable »

=> Si c’est le cas, très bien, laissons-les donc vivre en paix ! Mais la vérité est plutôt qu’on n’en sait rien, aucune étude fiable et précise ne permet d’estimer le nombre de blaireaux en France, et encore moins en Vendée. Les seules études sérieuses qui ont été réalisées prennent uniquement en compte le nombre de terriers et non pas le nombre exact de blaireaux, d’autant plus que certains terriers peuvent être inoccupés.

« Considérant la prévention des dégâts agricoles et aux infrastructures »

=> Donc l’idée est de tuer les blaireaux AVANT qu’ils commettent des soi-disant dégâts qui ne sont même pas chiffrés… Imaginez si on appliquait cette logique aux chasseurs AVANT qu’ils ne fassent des blessés avec leurs fusils ! Une sorte de justice d’anticipation…

« Considérant l’importance de la régulation du blaireau face au risque sanitaire »

=> Il n’y a pas de tuberculose détectée en Vendée, et dans son dernier rapport d’août 2019 l’ANSES rappelle que « l’élimination préventive des blaireaux et des autres espèces sauvages n’est en aucun cas justifiée dans les zones indemnes »… Rappelons que les zones indemnes, ce sont 96 % du territoire français !

« Considérant la biologie du blaireau et le sevrage des blaireautins entre mi-avril et mi-juin, avec un pic-mi-mai »

=> Il y a donc clairement un risque que la vénerie sous terre à partir du 15 mai s’effectue sur les blaireautins non sevrés… L’argument se contredit lui-même ! 

« Les risques de collision avec les véhicules sont nombreux (…) Le risque de sécurité publique liée aux collisions existe et doit être limité par la régulation de l’espèce »

=> « Doit être limité » : c’est un argument d’autorité intenable qui évacue sans discussion possible les alternatives à la destruction (ex : passages à faune en-dessous et au-dessus des routes, clôtures, sensibilisation des automobilistes…). Si cette logique « tuer avant qu’ils ne se fassent tuer par des voitures » était appliquée à tous les animaux sauvages susceptibles d’occasionner des collisions, il n’y aurait plus d’animaux, puisque tous les animaux libres et sauvages sont susceptibles de traverser une route !

Rappelons enfin que le blaireau est inscrit à l’annexe III de la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe, dont la France est signataire. Cette Convention comprend notamment un article 7 qui dispose que chaque Etat doit prendre “les mesures législatives et réglementaires appropriées et nécessaires pour protéger les espèces de faunes sauvages”

Pour participer, écrivez à pref-participationdupublic@vendee.gouv.fr

 

#STOPdéterrage !

Les Français sont à une très grande majorité favorables à l’interdiction du déterrage, et 73% n’imaginaient pas que la vénerie sous terre existait encore, selon un sondage IPSOS de 2018 !

> Des outils pour dire STOP à cette chasse barbare !

Demandez aux côtés de l’ASPAS l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles.

JE SIGNE LA PETITION

Dernières actualités

22.05.2024

Un loup dans un Parc national, quel scandale !

Près du village d’Altier en Lozère, en plein cœur du Parc national des Cévennes, la vidéo de ce qui semble être un loup poursuivi par une voiture sur une route de montagne est devenue virale sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne, le 19 mai 2024. Comme à leur habitude, chasseurs, bergers et […]

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]