Chasse au pigeon ramier en Ardèche : les associations interpellent le préfet

Chasse au pigeon ramier en Ardèche : les associations interpellent le préfet

Monsieur le Préfet, vous avez réuni, le 12 octobre 2016, à la demande de la Fédération Départementale des chasseurs de l’Ardèche, la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage pour modifier l’arrêté préfectoral  du 9 juillet 2015 fixant la liste des animaux classés nuisibles dans le département de l’Ardèche jusqu’au 30 juin 2016 et pour étudier le classement nuisible du pigeon ramier dans le département.
La demande présentée par la FDC de l’Ardèche et non par le monde agricole met en avant des
déclarations de dégâts sur des parcelles agricoles.

Le représentant de la LPO et de la FRAPNA a détaillé lors de cette réunion notre position défavorable à un tel classement et a refusé de participer au vote que vous avez demandé. Nous sommes en attente du compte-rendu de cette réunion.

ramier-500Le classement nuisible d’une espèce d’oiseau déjà chassable doit répondre à l’un des trois critères suivants :

– atteinte à la santé et à la sécurité publique,
– atteinte à la protection de la flore et de la faune,
– atteinte aux activités agricoles, forestières et ou aquacoles.

En cas d’atteinte aux activités agricoles, les dégâts doivent être avérés et significatifs et constatés par l’autorité compétente. Des solutions alternatives doivent en outre être mises en place et testées au préalable.

Juridiquement rien ne permet aujourd’hui de classer le pigeon ramier nuisible en Ardèche. Tout
nouvel arrêté est donc susceptible de contestation auprès du Tribunal Administratif.

Nous ne sommes pas dupes. La demande de la FDC de l’Ardèche est une demande politique appuyée par plusieurs élus du département. Vous avez vous-même précisé cela lors de la réunion de la CDCFS du 12 octobre.

Le combat pour faire stopper les chasses dites de printemps (en réalité une violation de la directive européenne « Oiseaux ») en Ardèche a duré du début des années 1980 aux années 2010.

Nous dénonçons l’inscription du pigeon ramier comme nuisible à la seule fin de chasser des oiseaux migrateurs en route pour leur lieu de nidification. Les associations dont la LPO ont gagné devant les tribunaux à de nombreuses reprises. Les heurts ont été violents en particulier sur les cols comme l’Escrinet devenu un symbole français pour la protection de la nature. La situation délétère a duré des années générant des tensions sociales, et des coûts élevés pour la société. Cette affaire est aujourd’hui classée et tout le monde s’en réjouit.

Pour garantir la sécurité publique et la sécurité des salariés et bénévoles de nos associations qui assureront le suivi de la migration du 1er février au 15 mai 2017, il est impératif de ne pas donner suite à la demande de la FDC de l’Ardèche.

Par ailleurs, nous avons déjà alerté la Commission Européenne qui suit cette affaire depuis la plainte qui avait été déposée et instruite par le service juridique de la Commission.

Pour toutes les raisons évoquées précédemment, nous vous demandons, Monsieur le Préfet, de ne pas donner suite à la demande de la FDC de l’Ardèche de classer nuisible le pigeon ramier dans ce département.

Nous sommes à votre disposition pour vous rencontrer et, dans l’attente, nous vous prions de croire,
Monsieur le Préfet, en l’assurance de nos respectueuses salutations.

Allain BOUGRAIN DUBOURG, Président de la LPO
Madline REYNAUD,  Directrice de l’ASPAS
Denez L’HOSTIS,  Président de FNE
Eric FERAILLE, Président de la FRAPNA

logos-pigeon-ardeche

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]