Chasse et confinement : la carte de France des dérogations

Chasse et confinement : la carte de France des dérogations

La France est re-confinée depuis début novembre. Plus de balades en forêt, plus de ramassages de champignons, plus d’observations naturalistes… sauf bien sûr, dans le fameux rayon d’1km autour de chez soi. Pour ne pas avoir respecté cette règle, 11 promeneurs ont écopé d’une amende de 135 euros en forêt du Gavre (Loire-Atlantique).

Même sentence pour des ramasseurs de champignons, dans l’Aveyron. Dans le Puy-de-Dôme aussi, des gendarmes patrouillent les volcans pour verbaliser quelques dangereux confinés évadés…

Pendant ce temps-là, dans le monde parallèle des chasseurs, les Préfets autorisent les porteurs d’arme à sortir tuer des sangliers, des chevreuils, des cerfs, mais aussi des mouflons, des chamois, des cormorans, des renards, des corneilles, des chiens viverrins, des ragondins et bien d’autres espèces encore…

Pour cela, ils ont juste à cocher la case « mission d’intérêt public » sur leur attestation, et se plier à certaines règles sanitaires et administratives.

L’ASPAS, qui avait déjà investi énormément de temps et d’énergie aux scandaleuses dérogations attribuées aux chasseurs lors du 1er confinement, a choisi cette fois-ci de mettre à contribution une armada de sympathisants qui, 5 jours durant, nous ont aidés à mettre la main sur des informations précieuses et à éplucher le contenu des différents arrêtés préfectoraux. C’est un travail de longue haleine, dont nos juristes ont la formule magique, mais qui n’est pas simple à mener tant l’homogénéité des territoires n’est pas de mise ! Cette forte mobilisation (plus de 800 bénévoles !) pour nous soutenir dans cette action indispensable nous a donné du baume au cœur. Plus que jamais nous avons compris qu’il fallait ouvrir l’œil et pu constater, encore une fois, tous les bénéfices d’un réseau solide, à l’écoute et attaché aux valeurs d’équité et de solidarité. Merci à tous les contributeurs de cette action d’avoir pris et donné ce temps précieux !

Maintenant, place aux résultats. Le travail de recherche et de décryptage auquel nous vous avons mis à contribution nous a permis de façonner cette nouvelle carte, qui permet de voir en un coup d’œil quelles préfectures ont le plus cédé au lobby de la chasse…

 

Nous avons indiqué les « bons » élèves en jaune : c’est-à-dire les départements qui ont respecté a minima la circulaire ministérielle, qui demande aux chasseurs de « réguler » les populations de sangliers et de cervidés.

Les départements en orange sont ceux qui, en plus des sangliers et des cervidés, ont autorisé la chasse ou le piégeage d’au moins un des animaux qui figurent sur la liste des « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ESOD), ceux qu’on qualifiait jusqu’à récemment de « nuisibles ». Sur cette liste figurent la belette, la martre, le putois, la fouine, le renard, la pie bavarde, la corneille noire, le corbeau freux, l’étourneau sansonnet et le geai des chênes.

D’autres animaux, non indigènes, sont également concernés par des autorisations de « destruction », car jugées « nuisibles » ou « envahissantes »… C’est le cas du ragondin, du rat musqué, du chien viverrin ou encore du raton laveur.

Enfin, les départements en rouge sont ceux qui ont autorisé la chasse aux sangliers, aux cervidés, aux ESOD, ainsi que d’autres espèces qui ont un impact extrêmement faible sur les activités humaines, et qui ne répondent clairement à aucun impératif d’urgence cynégétique… Bref, dans ces départements, la chasse aux trophées est autorisée !

N’oublions pas non plus le gros flou qui entoure les enclos de chasse : dans ces lieux privés, où les chasseurs payent le prix fort pour chasser et repartir avec le trophée de leur choix, aucun contrôle de police n’est effectué… On estime à 1300 le nombre de parcs et enclos de chasse en France. Des lieux très opaques, où il se passe des choses sordides à l’abri des regards. Pour en savoir plus, rendez-vous sur aspas-nature.org/chasse-enclos

Soutenez les actions de l’ASPAS

L’ASPAS est une association 100% indépendante qui a fait le choix de ne recevoir aucune subvention publique, pour préserver sa liberté de ton et d’action.

Afin que nous puissions continuer sereinement notre rôle de lanceurs d’alerte et de sensibilisation du grand public, et engager des recours devant les tribunaux, nous avons besoin de VOUS ! Merci pour votre soutien ! 🙂

Faire un don

A lire aussi : 

> Passion vs régulation; le confinement va-t-il faire éclater le monde de la chasse ? (09/11/20)
> La lettre au Père Noël de Willy et ses amis (04/11/20)
> Confinement d’automne : le lobby chasse à l’oeuvre pour négocier des dérogations… (03/11/20)
> Comment chasseurs & piégeurs ont échappé au premier confinement (juin 2020)

Dernières actualités

16.04.2024

Bouquetins du Bargy : du mieux mais des animaux sains toujours menacés d’abattage !

Trois nouveaux arrêtés sont actuellement soumis à consultation publique jusqu’au 25 avril par la préfecture de Haute-Savoie, visant à lutter contre l’enzootie de brucellose au sein des populations de bouquetins sauvages dans les massifs du Bargy et des Aravis. L’ASPAS vous invite à y participer en refusant toute opération visant à abattre des bouquetins potentiellement […]

16.04.2024

La Poste milite en faveur des renards !

De superbes photos de renards dans leur milieu naturel sur des timbres 20g, et un message de sensibilisation sur la place du petit carnivore dans l’écosystème : l’ASPAS ne peut que saluer cette initiative de La Poste, entreprise de service public, qui propose à la vente dès le 3 juin prochain un « collector » à tirage limité* […]

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]