Dans l’Aveyron (aussi), les agriculteurs manquent de renards !

Dans l’Aveyron (aussi), les agriculteurs manquent de renards !

Un article du Midi Libre daté du 7 novembre 2020, fait état de nombreux dégâts subis par des maraîchers du Sud-Aveyron sur certaines de leurs cultures. Sangliers ? Non, campagnols !

Un technicien explique : « les campagnols vont sectionner des racines, des cultures semées comme des pois ou des fèves. Ils vont suivre les lignes des semis pour manger les graines. »

Dans les solutions proposées, il est question d’installer notamment des perchoirs pour les rapaces (buses, faucons, chouettes), grands consommateurs de rongeurs. Très bien ! Mais il est un autre redoutable prédateur, nullement évoqué dans l’article, pourtant capable de rendre des services énormes aux agriculteurs démunis : le renard !

On estime en effet qu’un seul renard peut chasser environ 5000 campagnols par an. Une prédation naturelle totalement gratuite, qui permet aux agriculteurs qui l’ont compris de faire bien des économies…

Oui mais problème : contrairement aux rapaces, qui bénéficient du statut d’espèce protégée depuis les années 70, le renard est toujours injustement considéré comme « nuisible » dans l’Aveyron comme quasiment partout en France, pour des dégâts que lui-même ferait aux élevages avicoles… La note du Préfet datée du 6 novembre 2020 encadrant la chasse pendant le confinement, confirme la poursuite des opérations des “interventions” contre les ESOD, y compris le renard… (lire ici). Cet acharnement est bien entendu piloté par les chasseurs, qui voient surtout dans le renard un concurrent qui ose chasser “leur” petit gibier. Et quand bien même un renard s’attaquerait à des cocottes domestiques, là aussi la solution est simplissime : poulailler bien fermé = problème réglé !

Autrefois empoisonné, gazé, le renard subit aujourd’hui toujours le piégeage, le déterrage, la chasse à tir ou encore les battues administratives… On estime à  600 000 renards le nombre de renards massacrés chaque année en France. Un acharnement terrible et totalement injustifié au regard des connaissances scientifiques actuelles ! Pour que ça change, signez notre pétition déjà soutenue par plus de 400 000 Français.

En 2019, l’ASPAS avait déjà réagi à un article similaire, dans la Haute-Loire (lire ici).

 Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]

03.05.2024

Les chasseurs dans la rue pour défendre la barbarie du déterrage !

Ils veulent continuer à déterrer et à massacrer des familles entières de blaireaux, et ils entendent bien le faire savoir : détournant le véritable objet de la Journée mondiale des blaireaux – une grande action de sensibilisation lancée par l’ASPAS en 2022 pour dénoncer, justement, la cruauté de la vénerie sous terre, – la Fédération des […]