CAP Loup : Le massacre des loups dicté par une minorité violente

CAP Loup : Le massacre des loups dicté par une minorité violente

canis110Prise d’otages, agressions, saccages et autres exactions sont désormais les façons de revendiquer des éleveurs. L’État cède à leurs exigences, mais refuse d’écouter la grande majorité des Français qui voudraient sauvegarder les loups. Faut-il en venir à la force et à la menace pour se faire entendre ?
Depuis juillet : préfecture de Gap murée, agents du Parc national de la Vanoise pris en otage, écologiste agressée sur son lieu de travail et brebis mourante maltraitée en public à Briançon, cadavres d’ovins régulièrement jetés sur la voie publique en toute illégalité, dégradations habituelles aux frais du contribuable, appels à tuer « les loups et les écolos »… Ces éleveurs voyous, qui agissent en toute impunité, ont déjà obtenu l’abattage officiel de 20 loups depuis juillet. Cette tuerie ne solutionne rien, puisque la prédation continue tant que des éleveurs ne veulent pas protéger leurs troupeaux.

Les méthodes de l’État ne sont pas plus reluisantes : rétention d’information par les préfectures, comme celle des Alpes-Maritimes nous affirmant ne pas être au courant de tirs effectués trois jours plus tôt par des agents de l’État, abattages délégués sans aucun contrôle à des milliers de chasseurs incompétents au point de blesser des loups allant agoniser lentement, argent public pour embaucher une brigade anti-loups au lieu de lutter contre le braconnage, aucune vérification du bon usage des subventions données pour la protection du bétail, indemnisation systématique des éleveurs même s’ils ne protègent pas leurs troupeaux… L’État est au garde-à-vous des lobbies agricoles et cynégétiques.

Tag-morts-aux-loups-et-aux-verts-rLes associations de CAP Loup agissent sur tous les plans : suivi des loups sur le terrain, aide aux bergers volontaires, suivi des pratiques douteuses de la filière ovine (des alpages aux abattoirs), recours juridiques et plaintes aux niveaux local, national et européen pour tenter d’empêcher les tirs, ce que souhaite l’immense majorité des Français. CAP Loup compte plus de 100 000 adhérents directs et remettra très bientôt une pétition recueillant autant de signatures à la ministre de l’écologie qui refuse de nous recevoir.

Contrairement aux éleveurs extrémistes, nous restons évidemment pacifistes, non-violents et dans la légalité, prônant un dialogue que nous refuse obstinément l’État. Mais la colère des citoyens choqués par cette politique du carnage se fait de plus en plus entendre. Des manifestations auront lieu avant la fin de l’année. Faut-il que cette colère s’exprime plus directement ?

Les associations de CAP Loup

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]