CAP Loup : Le massacre des loups dicté par une minorité violente

CAP Loup : Le massacre des loups dicté par une minorité violente

canis110Prise d’otages, agressions, saccages et autres exactions sont désormais les façons de revendiquer des éleveurs. L’État cède à leurs exigences, mais refuse d’écouter la grande majorité des Français qui voudraient sauvegarder les loups. Faut-il en venir à la force et à la menace pour se faire entendre ?
Depuis juillet : préfecture de Gap murée, agents du Parc national de la Vanoise pris en otage, écologiste agressée sur son lieu de travail et brebis mourante maltraitée en public à Briançon, cadavres d’ovins régulièrement jetés sur la voie publique en toute illégalité, dégradations habituelles aux frais du contribuable, appels à tuer « les loups et les écolos »… Ces éleveurs voyous, qui agissent en toute impunité, ont déjà obtenu l’abattage officiel de 20 loups depuis juillet. Cette tuerie ne solutionne rien, puisque la prédation continue tant que des éleveurs ne veulent pas protéger leurs troupeaux.

Les méthodes de l’État ne sont pas plus reluisantes : rétention d’information par les préfectures, comme celle des Alpes-Maritimes nous affirmant ne pas être au courant de tirs effectués trois jours plus tôt par des agents de l’État, abattages délégués sans aucun contrôle à des milliers de chasseurs incompétents au point de blesser des loups allant agoniser lentement, argent public pour embaucher une brigade anti-loups au lieu de lutter contre le braconnage, aucune vérification du bon usage des subventions données pour la protection du bétail, indemnisation systématique des éleveurs même s’ils ne protègent pas leurs troupeaux… L’État est au garde-à-vous des lobbies agricoles et cynégétiques.

Tag-morts-aux-loups-et-aux-verts-rLes associations de CAP Loup agissent sur tous les plans : suivi des loups sur le terrain, aide aux bergers volontaires, suivi des pratiques douteuses de la filière ovine (des alpages aux abattoirs), recours juridiques et plaintes aux niveaux local, national et européen pour tenter d’empêcher les tirs, ce que souhaite l’immense majorité des Français. CAP Loup compte plus de 100 000 adhérents directs et remettra très bientôt une pétition recueillant autant de signatures à la ministre de l’écologie qui refuse de nous recevoir.

Contrairement aux éleveurs extrémistes, nous restons évidemment pacifistes, non-violents et dans la légalité, prônant un dialogue que nous refuse obstinément l’État. Mais la colère des citoyens choqués par cette politique du carnage se fait de plus en plus entendre. Des manifestations auront lieu avant la fin de l’année. Faut-il que cette colère s’exprime plus directement ?

Les associations de CAP Loup

Dernier articles de presse

09.05.2022

Le 15 Mai, Journée Mondiale des Blaireaux

COMMUNIQUÉ – Pour améliorer les connaissances sur le blaireau et alerter sur la cruauté de la chasse par déterrage, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) consacre une Journée Mondiale à ces petits mammifères injustement persécutés en France. Avec le soutien de nombreuses associations partenaires, des animations sont proposées partout à travers le pays, […]

02.05.2022

Pyrénées : le Conseil d’État déclare une nouvelle fois l’effarouchement des ours illégal

Communiqué de l’ASPAS, FERUS, Pays de l’Ours-ADET, Comité Écologique Ariégeois, Nature en Occitanie, FIEP, SNPN, Animal Cross. Le Conseil d’Etat vient de censurer l’arrêté ministériel de 2020 autorisant l’effarouchement renforcé des ours dans les Pyrénées. Celui de 2019 a déjà été censuré, et tout laisse penser que celui de 2021 le sera également dans quelques mois. […]

05.04.2022

Cerfs sika échappés : c’est déjà arrivé !

Depuis quelques jours, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) est la cible de critiques alarmistes qui laisseraient entendre qu’elle serait responsable de la disparition prochaine du cerf élaphe dans le Vercors… En cause, l’évasion de quelques cerfs sika de Valfanjouse, un ancien enclos de chasse que l’ASPAS est en train de transformer en Réserve de […]

21.11.2021

Un ours tué ? Cherchez le chasseur…

! MISE À JOUR DU 25 NOVEMBRE 2021 ! L’OURSE A-T-ELLE ÉTÉ ABATTUE DANS UNE RÉSERVE ?! Selon nos informations, le chasseur auteur des coups de feu mortels sur l’ourse samedi dernier était posté 200 mètres à l’intérieur de la Réserve domaniale du Mont Valier, une zone naturelle grande de 9037 hectares “protégée” depuis 1937, […]

29.07.2021

Tirs de nuits de renards dans l’Oise : des arrêtés illégaux retirés face à la pression de nos associations

Le vendredi 23 juillet 2021, à la suite d’un recours gracieux déposé par AVES France et soutenu par l’ASPAS, la préfecture de l’Oise s’est résignée, dans l’urgence, à publier un arrêté de retrait des arrêtés préfectoraux illégaux autorisant des lieutenants de louveterie à réguler le renard.