Braconnage d’un loup : l’ASPAS demande une condamnation exemplaire

Braconnage d’un loup : l’ASPAS demande une condamnation exemplaire

Un chasseur de Haute-Savoie a avoué avoir abattu un loup, six mois plus tôt. L’ASPAS condamne cet odieux acte de braconnage et saisit la justice en se portant partie-civile. Le délit de destruction d’espèce protégée est passible de deux ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

Le 1er octobre 2017, le cadavre d’un loup est découvert à Féternes, en Haute-Savoie. L’autopsie révèlera que ce mâle d’une trentaine de kilos, a été abattu par balle.

Après six mois d’une enquête remarquable, diligentée sous l’autorité du procureur de la République pour destruction d’espèce protégée, les gendarmes de la brigade territoriale d’Évian-les-Bains et les agents de l’ONCFS* cible un suspect. Il est convoqué en audition libre à la gendarmerie de Thonon-les-Bains début avril.

Des tirs pour le plaisir de tuer

Face aux solides preuves des enquêteurs, l’homme avoue rapidement les faits.

Ce chasseur de 65 ans, à la retraite, n’est pas connu pour être « quelqu’un d’engagé dans la lutte contre le loup », rapporte une source judiciaire.  Il ne s’est pas senti menacé non plus. Mais « Il a vu passer l’animal à une trentaine de mètres de lui et a tiré à trois reprises. » L’intention ne pouvait être que de donner la mort à ce malheureux loup, dont le seul tort était de passer à portée de balle !

2 ans de prison, 150 000 euros d’amende

Faut-il rappeler que le loup est une espèce protégée ?  Sa destruction est un délit ! Et la peine maximale encourue est de 2 ans de prison et de 150 000 euros d’amende. L’ASPAS va saisir le Parquet de Thonon-les-Bains et se portera partie civile. L’association demande à la justice de faire preuve de fermeté, et l’application d’une peine exemplaire et dissuasive. Il est grand temps que la justice française fasse preuve d’efficacité dans la répression du braconnage, sous peine de décrédibiliser les engagements nationaux et internationaux de l’État.

* Voir le communiqué de presse de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]