Bouquetins du Bargy : le juge conforte la solution expéditive du préfet

Bouquetins du Bargy : le juge conforte la solution expéditive du préfet

bouquetin-110Ce matin 21 octobre, nous avons été informés que le juge du Tribunal Administratif de Grenoble avait rejeté notre référé contre l’arrêté préfectoral du 16 septembre. Cet arrêté, que nous allons contester devant le Conseil d’Etat, autorise le préfet de Haute-Savoie à procéder à l’abattage indiscriminé, de tous les bouquetins du Bargy, à l’exception de quelques dizaines d’animaux marqués ce printemps et réputés sains. Il reste environ 300 bouquetins sur le massif du Bargy, et les 2/3 d’entre eux sont parfaitement sains ; il faut absolument les préserver.

Nous n’allons donc pas en rester là, car nous estimons, avec les experts scientifiques qui ont longuement travaillé ce dossier, qu’il existe d’autres méthodes efficaces – et bien moins radicales pour la vie sauvage – pour éradiquer la brucellose.

IMG_4168A cet effet, sur le plan juridique, nos associations lancent immédiatement un pourvoi en cassation auprès du Conseil d’Etat, de manière à faire suspendre l’arrêté préfectoral. Rappelons que ce n’est que dans plusieurs mois que le juge administratif procèdera à un contrôle approfondi de la légalité de cette décision, ce qui justifie la demande de suspension des tirs dès aujourd’hui.

Sur le plan politique, avec Nicolas Hulot, nous demandons à Ségolène Royal d’intervenir à nouveau, d’ordonner au préfet de Haute-Savoie de ne pas reprendre les tirs et d’écouter les arguments scientifiques et techniques avancés par toutes les instances consultées. Il n’y pas d’urgence à agir de manière brutale et irrémédiable : selon les experts, le risque d’infection des cheptels domestiques est « quasi-nul à minime » et pour l’homme « nul à quasi-nul ». Dans son rapport de juillet 2015, l’ANSES a bien montré qu’il existe une voie médiane, qui permet à la fois de combattre la brucellose, de protéger les élevages domestiques et la filière laitière, et de préserver les bouquetins sains.

Nous ne baisserons pas les bras tant qu’une solution équilibrée n’aura pas été mise en œuvre sur le massif du Bargy.

 

logos123

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]