Bouquetins du Bargy : le juge conforte la solution expéditive du préfet

Bouquetins du Bargy : le juge conforte la solution expéditive du préfet

bouquetin-110Ce matin 21 octobre, nous avons été informés que le juge du Tribunal Administratif de Grenoble avait rejeté notre référé contre l’arrêté préfectoral du 16 septembre. Cet arrêté, que nous allons contester devant le Conseil d’Etat, autorise le préfet de Haute-Savoie à procéder à l’abattage indiscriminé, de tous les bouquetins du Bargy, à l’exception de quelques dizaines d’animaux marqués ce printemps et réputés sains. Il reste environ 300 bouquetins sur le massif du Bargy, et les 2/3 d’entre eux sont parfaitement sains ; il faut absolument les préserver.

Nous n’allons donc pas en rester là, car nous estimons, avec les experts scientifiques qui ont longuement travaillé ce dossier, qu’il existe d’autres méthodes efficaces – et bien moins radicales pour la vie sauvage – pour éradiquer la brucellose.

IMG_4168A cet effet, sur le plan juridique, nos associations lancent immédiatement un pourvoi en cassation auprès du Conseil d’Etat, de manière à faire suspendre l’arrêté préfectoral. Rappelons que ce n’est que dans plusieurs mois que le juge administratif procèdera à un contrôle approfondi de la légalité de cette décision, ce qui justifie la demande de suspension des tirs dès aujourd’hui.

Sur le plan politique, avec Nicolas Hulot, nous demandons à Ségolène Royal d’intervenir à nouveau, d’ordonner au préfet de Haute-Savoie de ne pas reprendre les tirs et d’écouter les arguments scientifiques et techniques avancés par toutes les instances consultées. Il n’y pas d’urgence à agir de manière brutale et irrémédiable : selon les experts, le risque d’infection des cheptels domestiques est « quasi-nul à minime » et pour l’homme « nul à quasi-nul ». Dans son rapport de juillet 2015, l’ANSES a bien montré qu’il existe une voie médiane, qui permet à la fois de combattre la brucellose, de protéger les élevages domestiques et la filière laitière, et de préserver les bouquetins sains.

Nous ne baisserons pas les bras tant qu’une solution équilibrée n’aura pas été mise en œuvre sur le massif du Bargy.

 

logos123

Dernier articles de presse

21.06.2024

L’extrême droite, une menace pour le Vivant

Depuis plus de 40 ans, l’ASPAS se bat sans relâche pour faire reconnaître les droits des animaux sauvages et défendre l’expression de la nature dans toute sa diversité, toutes ses spécificités. Fière de son indépendance financière et politique, qui lui garantit une totale liberté d’action et de ton, l’ASPAS ne peut aujourd’hui rester silencieuse face […]

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]