Après les bouquetins, le juge laisse prélever 6 loups en Savoie !

Après les bouquetins, le juge laisse prélever 6 loups en Savoie !

loup-110Ce mercredi 21 octobre 2015, le Tribunal Administratif de Grenoble a rejeté nos référés contre le tir de 6 loups en Savoie : le Préfet peut, s’il le souhaite, poursuivre l’abattage de 4 loups après les 2 déjà tués le week-end dernier. Nous ne laisserons pas ces abattages injustifiés se poursuivre sans réagir.

Le juge des référés du Tribunal Administratif de Grenoble a donc rejeté la requête engagée en urgence par nos associations contre l’arrêté du Préfet de la Savoie du 10 septembre 2015. Rappelons que cet arrêté fait suite à une action violente d’éleveurs ayant séquestré le Président, le Directeur et un agent du Parc National de la Vanoise. Ce texte autorise le prélèvement de six loups dans les zones de Belledonne, Thabor et Maurienne pour une durée de six mois. Deux loups ont déjà été abattus ce week-end en Maurienne.

Le nombre de destructions autorisées n’est en effet pas proportionné aux dégâts observés qui plus est, sont en régression par rapport à l’année dernière. Nos associations avaient demandé la suspension en urgence de cette décision qu’elles jugent infondée, car :

  • loup.23.C.JoulotOrdonner l’abattage de six loups, alors que les dégâts observés sont en régression sur certaines zones par rapport à l’année dernière, est disproportionné.
  • Ordonner l’abattage de six loups pendant l’hiver, alors qu’aucun troupeau n’est présent en estive, est injustifiable et illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups, alors que leur population est déjà en régression à la sortie de l’hiver 2015 met en péril leur implantation locale, et est illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups, alors que les troupeaux continuent d’être insuffisamment protégés, est inefficace et illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups en réponse à la séquestration d’agents d’un Parc National, est inacceptable et illégal.

Le loup est une espèce protégée. La France ne peut déroger à cette protection qu’à la triple condition de l’existence de dommages importants à l’élevage, de l’absence d’autre solution satisfaisante, du maintien, dans un état de conservation favorable, des populations de l’espèce dans son aire de répartition naturelle.

Nos associations ne baissent pas les bras et vont se pourvoir en cassation devant le Conseil d’État.

logos987

Dernier articles de presse

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]