Après les bouquetins, le juge laisse prélever 6 loups en Savoie !

Après les bouquetins, le juge laisse prélever 6 loups en Savoie !

loup-110Ce mercredi 21 octobre 2015, le Tribunal Administratif de Grenoble a rejeté nos référés contre le tir de 6 loups en Savoie : le Préfet peut, s’il le souhaite, poursuivre l’abattage de 4 loups après les 2 déjà tués le week-end dernier. Nous ne laisserons pas ces abattages injustifiés se poursuivre sans réagir.

Le juge des référés du Tribunal Administratif de Grenoble a donc rejeté la requête engagée en urgence par nos associations contre l’arrêté du Préfet de la Savoie du 10 septembre 2015. Rappelons que cet arrêté fait suite à une action violente d’éleveurs ayant séquestré le Président, le Directeur et un agent du Parc National de la Vanoise. Ce texte autorise le prélèvement de six loups dans les zones de Belledonne, Thabor et Maurienne pour une durée de six mois. Deux loups ont déjà été abattus ce week-end en Maurienne.

Le nombre de destructions autorisées n’est en effet pas proportionné aux dégâts observés qui plus est, sont en régression par rapport à l’année dernière. Nos associations avaient demandé la suspension en urgence de cette décision qu’elles jugent infondée, car :

  • loup.23.C.JoulotOrdonner l’abattage de six loups, alors que les dégâts observés sont en régression sur certaines zones par rapport à l’année dernière, est disproportionné.
  • Ordonner l’abattage de six loups pendant l’hiver, alors qu’aucun troupeau n’est présent en estive, est injustifiable et illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups, alors que leur population est déjà en régression à la sortie de l’hiver 2015 met en péril leur implantation locale, et est illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups, alors que les troupeaux continuent d’être insuffisamment protégés, est inefficace et illégal.
  • Ordonner l’abattage de six loups en réponse à la séquestration d’agents d’un Parc National, est inacceptable et illégal.

Le loup est une espèce protégée. La France ne peut déroger à cette protection qu’à la triple condition de l’existence de dommages importants à l’élevage, de l’absence d’autre solution satisfaisante, du maintien, dans un état de conservation favorable, des populations de l’espèce dans son aire de répartition naturelle.

Nos associations ne baissent pas les bras et vont se pourvoir en cassation devant le Conseil d’État.

logos987

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]