Des bombes pour les renards !

Des bombes pour les renards !

Du 8 au 22 septembre 2021, l’ASPAS lance avec LUSH une grande opération de sensibilisation pour réhabiliter le renard, l’un des animaux sauvages les plus persécutés de France. Objectif : 1 million de signatures pour déclasser le goupil de la liste des animaux considérés comme « nuisibles » !

Un partenariat “cosméthique” !

La campagne de l’ASPAS pour la défense des renards reçoit en cette rentrée 2021 le soutien précieux de LUSH, entreprise végétarienne de cosmétiques non testés sur les animaux.

Pendant 2 semaines, du 8 au 22 septembre, les magasins participants en France sont redécorés à l’effigie du goupil, et proposent à leurs clients de signer la pétition inter-associative « Renards. Nuisibles, Vraiment ?! ».

Des bénévoles ASPAS sont également présents dans certains magasins à certaines dates pour faire de la sensibilisation (Paris St Lazare, Paris Montparnasse, Toulouse, Lyon, Lille…).

Une bombe de bain spécialement créée pour l’opération est également mise en vente, dont les bénéfices sont intégralement reversés à l’ASPAS pour financer de nouvelles actions en faveur des renards : procédures judiciaires pour lutter contre les abattages cruels et injustifiés, actions de sensibilisation auprès du grand public et des politiques, acquisition d’espaces naturels sans chasse.

Le renard, un allié du paysan injustement persécuté

Battues administratives, tirs de nuit, piégeage, déterrage… au total, entre 600 000 et un million de renards sont tués chaque année en France.  Ces tueries massives n’ont aucune justification écologique ni sanitaire. Accumulée depuis plusieurs décennies, la littérature scientifique est désormais suffisamment dense et précise pour dédouaner le renard roux des maux dont on l’accuse.

En consommant chaque année plusieurs milliers de rongeurs susceptibles de ravager les cultures, un seul renard se révèle d’une grande utilité à l’agriculteur, et lui rapporte plus de 1000 euros chaque année. Par ailleurs, les micromammifères étant souvent infestés de tiques, leur « régulation » naturelle par les renards permet de limiter la propagation de la maladie de Lyme, dont sont victimes chaque année de nombreux Français.

Animal territorial dont les portées s’adaptent à la quantité de nourriture disponible, le Renard roux est une espèce qui s’auto-régule. De plus, un territoire libéré par un renard victime de la chasse sera vite réoccupé par un autre renard, révélant ainsi l’inutilité de la « régulation » par les fusils.

Une pétition déjà signée par 470 000 personnes

Co-lancée par les associations ASPAS, One Voice et Anymal, la pétition « Renards. Nuisibles, Vraiment ?! » s’adresse à Barbara Pompili, ministre de l’Ecologie, pour lui demander de retirer le renard de la liste des « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ESOD), établi tous les 3 ans. Après avoir atteint le premier pallier symbolique de 400 000 signatures, ce qui correspond à l’estimation du nombre de renards rués par la seule chasse à tir chaque année, nous visons désormais 1 million !

SIGNER LA PÉTITION

Des déclarations de non-dégât pour la défense de Goupil !

© Thomas Nazaret

En juin 2022, le Ministère publiera son prochain arrêté triennal établissant la liste des animaux sauvages considérés comme nuisibles… Un travail de fond est actuellement mené par l’ASPAS pour contrôler la manière dont sont recueillies au niveau préfectoral les données accusant les renards, et un appel a été lancé auprès d’éleveurs avicoles ou de simples particuliers possédant une basse-cour, afin d’accumuler des déclarations de… non-dégât !

La liste des « ESOD » échappe en effet à toute logique écologique et scientifique, et elle est honteusement déterminée sous la pression des chasseurs, qui voient dans les prédateurs naturels des concurrents et des trouble-fêtes pour leur funeste divertissement.

Pour participer à cette action, cliquez ici.

 

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]