Arrêté du 25 février 2019 modifiant la chasse à courre : pas de vraie raison de se réjouir…

Arrêté du 25 février 2019 modifiant la chasse à courre : pas de vraie raison de se réjouir…

Depuis le 1er mars 2019, un animal sauvage traqué par un équipage de chasse à courre jusque dans une zone habitée ou commerciale, est maintenant « gracié », selon un décret publié au Journal Officiel. Voilà qui ressemble, à première vue, à une toute petite victoire pour les 84% de Français opposés à la vénerie. A première vue seulement… Explications.

En janvier 2019, l’ASPAS incitait à participer à la consultation publique concernant ce projet d’arrêté, en précisant que si toute limitation de la chasse à courre est bienvenue, seule une interdiction totale de cette pratique injustifiable est acceptable. La souffrance inutile du cerf poignardé après épuisement est la même, qu’elle ait lieu au fin fond des bois que près des habitations. La barbarie n’est pas plus éthique lorsqu’elle se déroule loin des yeux sensibles !

© DR – Le 31 décembre 2019, un cerf traqué se réfugie chez un couple de retraités, à Prémontré (02)

Le diable se cache dans les détails

Dans un communiqué, le collectif AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) qui mène une lutte pacifique contre cette pratique ancestrale, parle de « poudre aux yeux » concernant le nouvel arrêté ministériel, qui a été rédigé en concertation avec la Fédération des Chasseurs et la Société de Vénerie, mais sans impliquer la société civile autrement que par avis consultatif.

En effet, s’il est prévu que l’animal puisse être gracié près des habitations, l’article 7 du nouveau texte prévoit surtout que l’équipage de chasse puisse « faciliter le déplacement de l’animal loin de la zone habitée » … Une fois emmené loin des regards, loin des gendarmes, qu’est-ce qui garantit qu’il ne sera pas achevé par les veneurs ?

La fin de l’article 7 est encore plus troublante : s’il est impossible de l’éloigner, les autorités pourront « procéder à l’anesthésie de l’animal », ou à défaut… de « procéder à sa mise à mort ». Il est donc fort peu probable que ce texte ne change grand-chose… S’il s’agit d’une avancée pour la sensibilité des particuliers qui assistaient impuissants à cette barbarie, il s’agit avant tout d’une mesure proposée par les chasseurs pour tenter de redorer (ou « dés-ensanglanter ») l’image de leur « loisir » morbide. Ne nous y trompons pas !

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]