Arrêté du 25 février 2019 modifiant la chasse à courre : pas de vraie raison de se réjouir…

Arrêté du 25 février 2019 modifiant la chasse à courre : pas de vraie raison de se réjouir…

Depuis le 1er mars 2019, un animal sauvage traqué par un équipage de chasse à courre jusque dans une zone habitée ou commerciale, est maintenant « gracié », selon un décret publié au Journal Officiel. Voilà qui ressemble, à première vue, à une toute petite victoire pour les 84% de Français opposés à la vénerie. A première vue seulement… Explications.

En janvier 2019, l’ASPAS incitait à participer à la consultation publique concernant ce projet d’arrêté, en précisant que si toute limitation de la chasse à courre est bienvenue, seule une interdiction totale de cette pratique injustifiable est acceptable. La souffrance inutile du cerf poignardé après épuisement est la même, qu’elle ait lieu au fin fond des bois que près des habitations. La barbarie n’est pas plus éthique lorsqu’elle se déroule loin des yeux sensibles !

© DR – Le 31 décembre 2019, un cerf traqué se réfugie chez un couple de retraités, à Prémontré (02)

Le diable se cache dans les détails

Dans un communiqué, le collectif AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) qui mène une lutte pacifique contre cette pratique ancestrale, parle de « poudre aux yeux » concernant le nouvel arrêté ministériel, qui a été rédigé en concertation avec la Fédération des Chasseurs et la Société de Vénerie, mais sans impliquer la société civile autrement que par avis consultatif.

En effet, s’il est prévu que l’animal puisse être gracié près des habitations, l’article 7 du nouveau texte prévoit surtout que l’équipage de chasse puisse « faciliter le déplacement de l’animal loin de la zone habitée » … Une fois emmené loin des regards, loin des gendarmes, qu’est-ce qui garantit qu’il ne sera pas achevé par les veneurs ?

La fin de l’article 7 est encore plus troublante : s’il est impossible de l’éloigner, les autorités pourront « procéder à l’anesthésie de l’animal », ou à défaut… de « procéder à sa mise à mort ». Il est donc fort peu probable que ce texte ne change grand-chose… S’il s’agit d’une avancée pour la sensibilité des particuliers qui assistaient impuissants à cette barbarie, il s’agit avant tout d’une mesure proposée par les chasseurs pour tenter de redorer (ou « dés-ensanglanter ») l’image de leur « loisir » morbide. Ne nous y trompons pas !

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]