Arrêté du 25 février 2019 modifiant la chasse à courre : pas de vraie raison de se réjouir…

Arrêté du 25 février 2019 modifiant la chasse à courre : pas de vraie raison de se réjouir…

Depuis le 1er mars 2019, un animal sauvage traqué par un équipage de chasse à courre jusque dans une zone habitée ou commerciale, est maintenant « gracié », selon un décret publié au Journal Officiel. Voilà qui ressemble, à première vue, à une toute petite victoire pour les 84% de Français opposés à la vénerie. A première vue seulement… Explications.

En janvier 2019, l’ASPAS incitait à participer à la consultation publique concernant ce projet d’arrêté, en précisant que si toute limitation de la chasse à courre est bienvenue, seule une interdiction totale de cette pratique injustifiable est acceptable. La souffrance inutile du cerf poignardé après épuisement est la même, qu’elle ait lieu au fin fond des bois que près des habitations. La barbarie n’est pas plus éthique lorsqu’elle se déroule loin des yeux sensibles !

© DR – Le 31 décembre 2019, un cerf traqué se réfugie chez un couple de retraités, à Prémontré (02)

Le diable se cache dans les détails

Dans un communiqué, le collectif AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) qui mène une lutte pacifique contre cette pratique ancestrale, parle de « poudre aux yeux » concernant le nouvel arrêté ministériel, qui a été rédigé en concertation avec la Fédération des Chasseurs et la Société de Vénerie, mais sans impliquer la société civile autrement que par avis consultatif.

En effet, s’il est prévu que l’animal puisse être gracié près des habitations, l’article 7 du nouveau texte prévoit surtout que l’équipage de chasse puisse « faciliter le déplacement de l’animal loin de la zone habitée » … Une fois emmené loin des regards, loin des gendarmes, qu’est-ce qui garantit qu’il ne sera pas achevé par les veneurs ?

La fin de l’article 7 est encore plus troublante : s’il est impossible de l’éloigner, les autorités pourront « procéder à l’anesthésie de l’animal », ou à défaut… de « procéder à sa mise à mort ». Il est donc fort peu probable que ce texte ne change grand-chose… S’il s’agit d’une avancée pour la sensibilité des particuliers qui assistaient impuissants à cette barbarie, il s’agit avant tout d’une mesure proposée par les chasseurs pour tenter de redorer (ou « dés-ensanglanter ») l’image de leur « loisir » morbide. Ne nous y trompons pas !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]