Arrêté du 25 février 2019 modifiant la chasse à courre : pas de vraie raison de se réjouir…

Arrêté du 25 février 2019 modifiant la chasse à courre : pas de vraie raison de se réjouir…

Depuis le 1er mars 2019, un animal sauvage traqué par un équipage de chasse à courre jusque dans une zone habitée ou commerciale, est maintenant « gracié », selon un décret publié au Journal Officiel. Voilà qui ressemble, à première vue, à une toute petite victoire pour les 84% de Français opposés à la vénerie. A première vue seulement… Explications.

En janvier 2019, l’ASPAS incitait à participer à la consultation publique concernant ce projet d’arrêté, en précisant que si toute limitation de la chasse à courre est bienvenue, seule une interdiction totale de cette pratique injustifiable est acceptable. La souffrance inutile du cerf poignardé après épuisement est la même, qu’elle ait lieu au fin fond des bois que près des habitations. La barbarie n’est pas plus éthique lorsqu’elle se déroule loin des yeux sensibles !

© DR – Le 31 décembre 2019, un cerf traqué se réfugie chez un couple de retraités, à Prémontré (02)

Le diable se cache dans les détails

Dans un communiqué, le collectif AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) qui mène une lutte pacifique contre cette pratique ancestrale, parle de « poudre aux yeux » concernant le nouvel arrêté ministériel, qui a été rédigé en concertation avec la Fédération des Chasseurs et la Société de Vénerie, mais sans impliquer la société civile autrement que par avis consultatif.

En effet, s’il est prévu que l’animal puisse être gracié près des habitations, l’article 7 du nouveau texte prévoit surtout que l’équipage de chasse puisse « faciliter le déplacement de l’animal loin de la zone habitée » … Une fois emmené loin des regards, loin des gendarmes, qu’est-ce qui garantit qu’il ne sera pas achevé par les veneurs ?

La fin de l’article 7 est encore plus troublante : s’il est impossible de l’éloigner, les autorités pourront « procéder à l’anesthésie de l’animal », ou à défaut… de « procéder à sa mise à mort ». Il est donc fort peu probable que ce texte ne change grand-chose… S’il s’agit d’une avancée pour la sensibilité des particuliers qui assistaient impuissants à cette barbarie, il s’agit avant tout d’une mesure proposée par les chasseurs pour tenter de redorer (ou « dés-ensanglanter ») l’image de leur « loisir » morbide. Ne nous y trompons pas !

Dernières actualités

11.06.2024

« Goupil score » : déclare ton massacre de renards à la FDC 87 !

Après la « brigade d’action contre les corvidés » (BACC 87) en partenariat avec la FNSEA, le défilé « Au bonheur des veneurs1 » à Limoges pour défendre la passion barbare du déterrage, la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne innove encore un peu plus dans le genre massacre ludique d’animaux sauvages : via sa plateforme baptisée « Goupil score », lancée […]

07.06.2024

Elections européennes : votez pour la nature !!

Chasse aux loups, recul sur les pesticides, destruction des habitats naturels… Contre les graves risques de régressions actuelles, votre vote pour la nature est essentiel ce 9 juin ! Voici quelques pistes pour vous aider dans votre choix… Fidèle à sa volonté de conserver toute son indépendance politique et sa liberté d’action, l’ASPAS se gardera bien […]

06.06.2024

Crise agricole et biodiversité : non à la loi qui facilitera la destruction d’espèces protégées !

L’ASPAS est co-signataire de la pétition interassociative initiée par Animal Cross pour demander au gouvernement de revoir l’article 13 du projet de loi sur l’orientation agricole : en l’état, le texte prévoit une dépénalisation de l’atteinte aux espèces protégées, ce qui constituerait une atteinte gravissime à la protection de la nature avec un retour en […]

29.05.2024

Agissons contre la chasse d’été !

Comme si la chasse en automne et en hiver ne suffisait pas, une majorité de préfectures autorise aussi la chasse d’été, et ce à partir du 1er juin ! Les animaux à subir ces nouveaux assauts sont principalement les sangliers, les chevreuils (surtout les mâles qui font de beaux trophées), et les renards… Les renards […]

29.05.2024

L’Ardèche déclare la guerre aux loups !

“La place du loup c’est à Peaugres” (un zoo…), affirme Olivier Amrane*, le président du département de l’Ardèche, qui vient de lancer une campagne d’affichage ouvertement hostile au grand prédateur en partenariat avec la Fédé de chasse 07 et la Chambre d’agriculture… Même Sophie Elizéon, la préfète de l’Ardèche prend position contre le grand canidé, en […]