Les actions de l’ASFA et de l’ASPAS couronnées de succès : nouvelle victoire en faveur d’une espèce menacée aux Antilles

Les actions de l’ASFA et de l’ASPAS couronnées de succès : nouvelle victoire en faveur d’une espèce menacée aux Antilles

Saisi par l’ASFA (1) et l’ASPAS, le Tribunal administratif de Basse-Terre vient de suspendre en urgence la chasse du pigeon à couronne blanche sur toute la Guadeloupe ainsi qu’à Saint-Martin ! En déclin mondial et menacée d’extinction en Guadeloupe, cette espèce endémique des Caraïbes pouvait être encore chassée grâce à un préfet plus attentif au lobby des chasseurs qu’à la sauvegarde de notre biodiversité.

Le 9 août 2016, le juge administratif a retenu les arguments des associations en considérant notamment que le préfet aurait dû prendre en compte le statut de conservation de l’espèce classée sur liste rouge nationale de l’UICN (2) « En danger de disparition » en Guadeloupe. Cet organisme identifie clairement la chasse comme étant une des principales menaces pesant sur cet oiseau.

En l’absence d’études spécifiques, le préfet n’a pas été en mesure de donner le moindre élément sur la dynamique de la population de ce pigeon mais il en autorisait pourtant la chasse ! Qui plus est, pendant la période de reproduction et de dépendance des jeunes oiseaux. Une contradiction totale avec le code de l’environnement !

Patagioenas-leucocephala-KQ-03Cette décision qui intervient pendant la période de nidification devrait permettre à la population d’étoffer enfin ses effectifs. Toutefois, une protection légale forte de l’espèce serait un minima pour l’aider à retrouver un niveau de conservation acceptable.

En inscrivant le pigeon à couronne blanche sur la liste des espèces protégées de Guadeloupe et Martinique la France respecterait enfin ses engagements internationaux : le protocole SPAW (3) pour la conservation de la faune et de la flore menacées des Caraïbes, ratifié par la France en 2002, impose en effet aux États d’attribuer à leurs espèces menacées le statut d’espèces protégées.

Le 13 juillet dernier, face à la mobilisation scientifique et citoyenne qui a fait suite aux procédures juridiques de nos associations, et à la demande expresse de la ministre en charge de la Biodiversité, ce même préfet avait déjà dû interdire la chasse de la grive à pieds jaunes, oiseau endémique également menacé d’extinction.
Il est grand temps que les représentants de l’État et les instances cynégétiques en Guadeloupe prennent en compte les statuts ainsi que les particularités écologiques et biologiques de chaque espèce. La préservation de la riche et fragile biodiversité des Antilles en dépend.

La chasse au pigeon à couronne blanche est désormais interdite sur tout le territoire de Guadeloupe et Saint-Martin. Nous comptons sur les chasseurs et sur les administrations et services de contrôle pour respecter et faire respecter cette interdiction.

Télécharger l’ordonnance

logos

(1) Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles
(2) Union Internationale pour la Conservation de la nature
(3) Specially Protected Areas and Wildlife

Dernier articles de presse

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]