Les actions de l’ASFA et de l’ASPAS couronnées de succès : nouvelle victoire en faveur d’une espèce menacée aux Antilles

Les actions de l’ASFA et de l’ASPAS couronnées de succès : nouvelle victoire en faveur d’une espèce menacée aux Antilles

Saisi par l’ASFA (1) et l’ASPAS, le Tribunal administratif de Basse-Terre vient de suspendre en urgence la chasse du pigeon à couronne blanche sur toute la Guadeloupe ainsi qu’à Saint-Martin ! En déclin mondial et menacée d’extinction en Guadeloupe, cette espèce endémique des Caraïbes pouvait être encore chassée grâce à un préfet plus attentif au lobby des chasseurs qu’à la sauvegarde de notre biodiversité.

Le 9 août 2016, le juge administratif a retenu les arguments des associations en considérant notamment que le préfet aurait dû prendre en compte le statut de conservation de l’espèce classée sur liste rouge nationale de l’UICN (2) « En danger de disparition » en Guadeloupe. Cet organisme identifie clairement la chasse comme étant une des principales menaces pesant sur cet oiseau.

En l’absence d’études spécifiques, le préfet n’a pas été en mesure de donner le moindre élément sur la dynamique de la population de ce pigeon mais il en autorisait pourtant la chasse ! Qui plus est, pendant la période de reproduction et de dépendance des jeunes oiseaux. Une contradiction totale avec le code de l’environnement !

Patagioenas-leucocephala-KQ-03Cette décision qui intervient pendant la période de nidification devrait permettre à la population d’étoffer enfin ses effectifs. Toutefois, une protection légale forte de l’espèce serait un minima pour l’aider à retrouver un niveau de conservation acceptable.

En inscrivant le pigeon à couronne blanche sur la liste des espèces protégées de Guadeloupe et Martinique la France respecterait enfin ses engagements internationaux : le protocole SPAW (3) pour la conservation de la faune et de la flore menacées des Caraïbes, ratifié par la France en 2002, impose en effet aux États d’attribuer à leurs espèces menacées le statut d’espèces protégées.

Le 13 juillet dernier, face à la mobilisation scientifique et citoyenne qui a fait suite aux procédures juridiques de nos associations, et à la demande expresse de la ministre en charge de la Biodiversité, ce même préfet avait déjà dû interdire la chasse de la grive à pieds jaunes, oiseau endémique également menacé d’extinction.
Il est grand temps que les représentants de l’État et les instances cynégétiques en Guadeloupe prennent en compte les statuts ainsi que les particularités écologiques et biologiques de chaque espèce. La préservation de la riche et fragile biodiversité des Antilles en dépend.

La chasse au pigeon à couronne blanche est désormais interdite sur tout le territoire de Guadeloupe et Saint-Martin. Nous comptons sur les chasseurs et sur les administrations et services de contrôle pour respecter et faire respecter cette interdiction.

Télécharger l’ordonnance

logos

(1) Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles
(2) Union Internationale pour la Conservation de la nature
(3) Specially Protected Areas and Wildlife

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]