Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, à consulter en ligne ou à commander en version papier.

Le domaine de la chasse rassemble un grand nombre d’acteurs. La surveillance et la police spéciale de la chasse sont encadrées par le ministère par ailleurs chargé de l’écologie, et le préfet est compétent au niveau départemental pour fixer les règles locales de chasse, et notamment pour fixer les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse. Mais la carence de l’État et de ses représentants en matière de protection de la biodiversité et de sécurité pour les non chasseurs conduit tout un chacun à se saisir de la question et à intervenir à son niveau.

Face aux carences de l'État, le maire a un rôle à jouer

Les nombreux accidents et incidents liés à la chasse chaque année en France conduisent toujours plus d’habitants et de promeneurs à demander à leur maire d’intervenir. Les maires ont à ce titre un rôle important à jouer dans la régulation de la chasse sur leur territoire, et ils sont de plus en plus nombreux à mettre en place des actions dans ce domaine.

Si le maire n’a pas le pouvoir de réglementer l’exercice de la chasse à proprement parler, il dispose d’un pouvoir général de police afin d’assurer l’ordre public, dont les composantes sont la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Ainsi, le maire, mais aussi tout élu membre du conseil municipal, peut jouer un rôle ou avoir une influence en ce qui concerne l’exploitation de la chasse sur les biens communaux, l’organisation de battues de destruction ou encore la sécurité publique sur le territoire communal.

À ces titres, il est amené à prendre des décisions ayant un impact sur l’exercice de la chasse, et dispose, pour ce faire, de plusieurs leviers afin de restreindre voire d’interdire la pratique de la chasse sur le territoire de leur commune.

Le guide “Maires et chasse” de l’ASPAS souhaite accompagner les maires dans leurs prises de décisions quant à la pratique de la chasse sur leur commune respective, en clarifiant certains aspects de la réglementation, et en proposant des mesures à la disposition des maires pour limiter la pratique de la chasse sur leur commune et ainsi favoriser à la fois sécurité et biodiversité.

> Rendez-vous sur le site juridique de l’ASPAS pour consulter la version web du guide, chapitre par chapitre

Contact presse : presse@aspas-nature.org

Dernier articles de presse

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]

21.12.2023

Déclassement du statut de protection du loup : Ursula von der Leyen crée un dangereux précédent

COMMUNIQUÉ INTER-ASSOCIATIF – La présidente de la Commission européenne a proposé aux États membres, ce mercredi 20 décembre, un déclassement du statut de protection du loup comme espèce “protégée” plutôt que “strictement protégée”, créant un précédent inédit dans la Convention de Berne… Nos associations réagissent.  Selon la dernière évaluation de l’Union Internationale de Conservation de la […]

30.11.2023

Justice pour le Vivant : en appel, les ONG demandent au juge d’obliger l’Etat à améliorer l’évaluation des risques des pesticides

Ce lundi 20 novembre, les ONG de Justice pour le Vivant ont transmis leurs arguments à la cour administrative d’appel de Paris dans leur mémoire complémentaire. Elles entendent prouver la nécessité de revoir la méthodologie de l’évaluation des risques des pesticides et obliger l’Etat à agir sur ce point afin de lutter efficacement contre l’effondrement […]