Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

À l’heure où Emmanuel Macron entame son nouveau mandat de Président, ses liens avec le lobby de la chasse posent question.

 

Police cynégétique, délit d’entrave à la chasse, gestion adaptative des espèces protégées…  La lettre du président Macron adressée à Willy Schraen, président de la Fédération Nationale des Chasseurs, à quelques jours du premier tour de la Présidentielle de 2022, a été un nouveau numéro de charme de celui qui, depuis 2017, a autorisé les silencieux sur les armes à feu, divisé le prix du permis national par deux, donné plus de pouvoir aux fédérations de chasse départementales, privilégié les chasseurs sur le reste de la population pendant les confinements, prolongé la chasse aux sangliers jusqu’au 31 mars, réautorisé les chasses traditionnelles malgré leur interdiction par le Conseil d’État, etc. 

 

Jamais aucun président de la République n’aura autant brossé l’électorat des chasseurs dans le sens du poil qu’Emmanuel Macron. S’il maintient sa litanie de promesses aux auto-proclamés “premiers écolos de France”, les cinq années à venir auront plutôt l’aspect d’un bond de 50 années en arrière…  

 

Les espèces protégées ? Il veut pouvoir les “gérer” (comprendre abattre) quand elles deviennent “surabondantes”.  

 

Les chasses traditionnelles ? Il veut les maintenir car elles “font partie du patrimoine” et “ne représentent pas une menace pour la biodiversité”…  

 

La migration des oies cendrées ? Il envisage “d’étendre les périodes de prélèvement”, s’opposant ainsi à la directive « Oiseaux » de l’Union européenne. 

 

Les cochongliers ? L’État “apportera son concours au financement des dégâts” agricoles qu’ils génèrent, alors que les chasseurs sont largement responsables de leur prolifération !  

 

Le délit d’entrave à la chasse ? Imaginé sous Macron I, il risque bien de voir le jour sous Macron II, avec la création d’une “police cynégétique de proximité”

 

M. Macron, entouré des mêmes lobbies, entend donc continuer jusqu’en 2027 à perpétuer un vieux monde dont une écrasante majorité de Français ne veut pourtant plus. Un entêtement qui finira bien par se retourner contre lui…  

 

Contre les lobbies, comptez sur l’ASPAS pour redoubler d’énergie ! 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]