Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

À l’heure où Emmanuel Macron entame son nouveau mandat de Président, ses liens avec le lobby de la chasse posent question.

 

Police cynégétique, délit d’entrave à la chasse, gestion adaptative des espèces protégées…  La lettre du président Macron adressée à Willy Schraen, président de la Fédération Nationale des Chasseurs, à quelques jours du premier tour de la Présidentielle de 2022, a été un nouveau numéro de charme de celui qui, depuis 2017, a autorisé les silencieux sur les armes à feu, divisé le prix du permis national par deux, donné plus de pouvoir aux fédérations de chasse départementales, privilégié les chasseurs sur le reste de la population pendant les confinements, prolongé la chasse aux sangliers jusqu’au 31 mars, réautorisé les chasses traditionnelles malgré leur interdiction par le Conseil d’État, etc. 

 

Jamais aucun président de la République n’aura autant brossé l’électorat des chasseurs dans le sens du poil qu’Emmanuel Macron. S’il maintient sa litanie de promesses aux auto-proclamés “premiers écolos de France”, les cinq années à venir auront plutôt l’aspect d’un bond de 50 années en arrière…  

 

Les espèces protégées ? Il veut pouvoir les “gérer” (comprendre abattre) quand elles deviennent “surabondantes”.  

 

Les chasses traditionnelles ? Il veut les maintenir car elles “font partie du patrimoine” et “ne représentent pas une menace pour la biodiversité”…  

 

La migration des oies cendrées ? Il envisage “d’étendre les périodes de prélèvement”, s’opposant ainsi à la directive « Oiseaux » de l’Union européenne. 

 

Les cochongliers ? L’État “apportera son concours au financement des dégâts” agricoles qu’ils génèrent, alors que les chasseurs sont largement responsables de leur prolifération !  

 

Le délit d’entrave à la chasse ? Imaginé sous Macron I, il risque bien de voir le jour sous Macron II, avec la création d’une “police cynégétique de proximité”

 

M. Macron, entouré des mêmes lobbies, entend donc continuer jusqu’en 2027 à perpétuer un vieux monde dont une écrasante majorité de Français ne veut pourtant plus. Un entêtement qui finira bien par se retourner contre lui…  

 

Contre les lobbies, comptez sur l’ASPAS pour redoubler d’énergie ! 

Dernières actualités

11.06.2024

« Goupil score » : déclare ton massacre de renards à la FDC 87 !

Après la « brigade d’action contre les corvidés » (BACC 87) en partenariat avec la FNSEA, le défilé « Au bonheur des veneurs1 » à Limoges pour défendre la passion barbare du déterrage, la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne innove encore un peu plus dans le genre massacre ludique d’animaux sauvages : via sa plateforme baptisée « Goupil score », lancée […]

07.06.2024

Elections européennes : votez pour la nature !!

Chasse aux loups, recul sur les pesticides, destruction des habitats naturels… Contre les graves risques de régressions actuelles, votre vote pour la nature est essentiel ce 9 juin ! Voici quelques pistes pour vous aider dans votre choix… Fidèle à sa volonté de conserver toute son indépendance politique et sa liberté d’action, l’ASPAS se gardera bien […]

06.06.2024

Crise agricole et biodiversité : non à la loi qui facilitera la destruction d’espèces protégées !

L’ASPAS est co-signataire de la pétition interassociative initiée par Animal Cross pour demander au gouvernement de revoir l’article 13 du projet de loi sur l’orientation agricole : en l’état, le texte prévoit une dépénalisation de l’atteinte aux espèces protégées, ce qui constituerait une atteinte gravissime à la protection de la nature avec un retour en […]

29.05.2024

Agissons contre la chasse d’été !

Comme si la chasse en automne et en hiver ne suffisait pas, une majorité de préfectures autorise aussi la chasse d’été, et ce à partir du 1er juin ! Les animaux à subir ces nouveaux assauts sont principalement les sangliers, les chevreuils (surtout les mâles qui font de beaux trophées), et les renards… Les renards […]

29.05.2024

L’Ardèche déclare la guerre aux loups !

“La place du loup c’est à Peaugres” (un zoo…), affirme Olivier Amrane*, le président du département de l’Ardèche, qui vient de lancer une campagne d’affichage ouvertement hostile au grand prédateur en partenariat avec la Fédé de chasse 07 et la Chambre d’agriculture… Même Sophie Elizéon, la préfète de l’Ardèche prend position contre le grand canidé, en […]