Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

À l’heure où Emmanuel Macron entame son nouveau mandat de Président, ses liens avec le lobby de la chasse posent question.

 

Police cynégétique, délit d’entrave à la chasse, gestion adaptative des espèces protégées…  La lettre du président Macron adressée à Willy Schraen, président de la Fédération Nationale des Chasseurs, à quelques jours du premier tour de la Présidentielle de 2022, a été un nouveau numéro de charme de celui qui, depuis 2017, a autorisé les silencieux sur les armes à feu, divisé le prix du permis national par deux, donné plus de pouvoir aux fédérations de chasse départementales, privilégié les chasseurs sur le reste de la population pendant les confinements, prolongé la chasse aux sangliers jusqu’au 31 mars, réautorisé les chasses traditionnelles malgré leur interdiction par le Conseil d’État, etc. 

 

Jamais aucun président de la République n’aura autant brossé l’électorat des chasseurs dans le sens du poil qu’Emmanuel Macron. S’il maintient sa litanie de promesses aux auto-proclamés “premiers écolos de France”, les cinq années à venir auront plutôt l’aspect d’un bond de 50 années en arrière…  

 

Les espèces protégées ? Il veut pouvoir les “gérer” (comprendre abattre) quand elles deviennent “surabondantes”.  

 

Les chasses traditionnelles ? Il veut les maintenir car elles “font partie du patrimoine” et “ne représentent pas une menace pour la biodiversité”…  

 

La migration des oies cendrées ? Il envisage “d’étendre les périodes de prélèvement”, s’opposant ainsi à la directive « Oiseaux » de l’Union européenne. 

 

Les cochongliers ? L’État “apportera son concours au financement des dégâts” agricoles qu’ils génèrent, alors que les chasseurs sont largement responsables de leur prolifération !  

 

Le délit d’entrave à la chasse ? Imaginé sous Macron I, il risque bien de voir le jour sous Macron II, avec la création d’une “police cynégétique de proximité”

 

M. Macron, entouré des mêmes lobbies, entend donc continuer jusqu’en 2027 à perpétuer un vieux monde dont une écrasante majorité de Français ne veut pourtant plus. Un entêtement qui finira bien par se retourner contre lui…  

 

Contre les lobbies, comptez sur l’ASPAS pour redoubler d’énergie ! 

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]