Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

À l’heure où Emmanuel Macron entame son nouveau mandat de Président, ses liens avec le lobby de la chasse posent question.

 

Police cynégétique, délit d’entrave à la chasse, gestion adaptative des espèces protégées…  La lettre du président Macron adressée à Willy Schraen, président de la Fédération Nationale des Chasseurs, à quelques jours du premier tour de la Présidentielle de 2022, a été un nouveau numéro de charme de celui qui, depuis 2017, a autorisé les silencieux sur les armes à feu, divisé le prix du permis national par deux, donné plus de pouvoir aux fédérations de chasse départementales, privilégié les chasseurs sur le reste de la population pendant les confinements, prolongé la chasse aux sangliers jusqu’au 31 mars, réautorisé les chasses traditionnelles malgré leur interdiction par le Conseil d’État, etc. 

 

Jamais aucun président de la République n’aura autant brossé l’électorat des chasseurs dans le sens du poil qu’Emmanuel Macron. S’il maintient sa litanie de promesses aux auto-proclamés “premiers écolos de France”, les cinq années à venir auront plutôt l’aspect d’un bond de 50 années en arrière…  

 

Les espèces protégées ? Il veut pouvoir les “gérer” (comprendre abattre) quand elles deviennent “surabondantes”.  

 

Les chasses traditionnelles ? Il veut les maintenir car elles “font partie du patrimoine” et “ne représentent pas une menace pour la biodiversité”…  

 

La migration des oies cendrées ? Il envisage “d’étendre les périodes de prélèvement”, s’opposant ainsi à la directive « Oiseaux » de l’Union européenne. 

 

Les cochongliers ? L’État “apportera son concours au financement des dégâts” agricoles qu’ils génèrent, alors que les chasseurs sont largement responsables de leur prolifération !  

 

Le délit d’entrave à la chasse ? Imaginé sous Macron I, il risque bien de voir le jour sous Macron II, avec la création d’une “police cynégétique de proximité”

 

M. Macron, entouré des mêmes lobbies, entend donc continuer jusqu’en 2027 à perpétuer un vieux monde dont une écrasante majorité de Français ne veut pourtant plus. Un entêtement qui finira bien par se retourner contre lui…  

 

Contre les lobbies, comptez sur l’ASPAS pour redoubler d’énergie ! 

Dernières actualités

18.05.2022

Dites NON aux effarouchements d’ours !

L’ASPAS appelle toutes les personnes favorables à la protection des ours dans les Pyrénées à participer à la consultation publique avant le 19 mai 2022 sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire. Contrairement aux années précédentes, cet arrêté sera sans limitation de durée !  Commencez votre texte par : “Je suis contre l’arrêté autorisant […]

09.05.2022

Engagement Animaux 2022 : CAP sur les Législatives !

30 ONG dont l’ASPAS font appel à votre mobilisation pour engager un maximum de candidats aux élections législatives sur 22 mesures prioritaires pour les animaux. Découvrez les actions proposées aux citoyens pour soutenir la campagne Engagement Animaux 2022 ! https://www.youtube.com/watch?v=sZW8GFCZ-Y4 Les 577 députés élus le 19 juin 2022 auront la responsabilité, dans le cadre de leur mandat, d’améliorer la […]

08.04.2022

Emmanuel Macron : avec vous… les chasseurs !

Police cynégétique, délit d’entrave à la chasse, gestion adaptative des espèces protégées, retour des chasses traditionnelles, dégâts de cochongliers payés avec les impôts des citoyens… Dans une lettre de séduction adressée le 6 avril 2022 à Willy Schraen, le président de la République candidat à sa réélection retourne à la pêche aux voix des chasseurs […]

05.04.2022

Des cerfs sika en liberté en France, une réalité depuis 40 ans !

Début avril, l’ASPAS a fait l’objet de critiques parfois virulentes de la part de chasseurs, suite à l’évasion de quelques cerfs sika de Valfanjouse, dans le Vercors, un ancien enclos de chasse devenu propriété de l’association. Nous nous sommes expliqués sur la situation dans un article publié le 31 mars (à lire ici). D’une extrême mauvaise foi, ces […]