Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

Macron II : après la chasse aux voix, la voie aux chasseurs

À l’heure où Emmanuel Macron entame son nouveau mandat de Président, ses liens avec le lobby de la chasse posent question.

 

Police cynégétique, délit d’entrave à la chasse, gestion adaptative des espèces protégées…  La lettre du président Macron adressée à Willy Schraen, président de la Fédération Nationale des Chasseurs, à quelques jours du premier tour de la Présidentielle de 2022, a été un nouveau numéro de charme de celui qui, depuis 2017, a autorisé les silencieux sur les armes à feu, divisé le prix du permis national par deux, donné plus de pouvoir aux fédérations de chasse départementales, privilégié les chasseurs sur le reste de la population pendant les confinements, prolongé la chasse aux sangliers jusqu’au 31 mars, réautorisé les chasses traditionnelles malgré leur interdiction par le Conseil d’État, etc. 

 

Jamais aucun président de la République n’aura autant brossé l’électorat des chasseurs dans le sens du poil qu’Emmanuel Macron. S’il maintient sa litanie de promesses aux auto-proclamés “premiers écolos de France”, les cinq années à venir auront plutôt l’aspect d’un bond de 50 années en arrière…  

 

Les espèces protégées ? Il veut pouvoir les “gérer” (comprendre abattre) quand elles deviennent “surabondantes”.  

 

Les chasses traditionnelles ? Il veut les maintenir car elles “font partie du patrimoine” et “ne représentent pas une menace pour la biodiversité”…  

 

La migration des oies cendrées ? Il envisage “d’étendre les périodes de prélèvement”, s’opposant ainsi à la directive « Oiseaux » de l’Union européenne. 

 

Les cochongliers ? L’État “apportera son concours au financement des dégâts” agricoles qu’ils génèrent, alors que les chasseurs sont largement responsables de leur prolifération !  

 

Le délit d’entrave à la chasse ? Imaginé sous Macron I, il risque bien de voir le jour sous Macron II, avec la création d’une “police cynégétique de proximité”

 

M. Macron, entouré des mêmes lobbies, entend donc continuer jusqu’en 2027 à perpétuer un vieux monde dont une écrasante majorité de Français ne veut pourtant plus. Un entêtement qui finira bien par se retourner contre lui…  

 

Contre les lobbies, comptez sur l’ASPAS pour redoubler d’énergie ! 

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]