Le loup solitaire de la plaine des Vosges ne doit pas être abattu !

Le loup solitaire de la plaine des Vosges ne doit pas être abattu !

Le Préfet de Meurthe-et-Moselle veut abattre l’unique loup présent dans l’ouest vosgien au motif que ce loup aurait « un comportement erratique et anormal ». Cette mesure est aberrante et contre-productive.

Jusqu’à preuve du contraire, le comportement de ce loup est normal. Il est erratique parce qu’il est isolé. C’est une caractéristique biologique de l’espèce : certains individus quittent leur groupe (installé sur un territoire) et peuvent parcourir de très grandes distances en étant erratiques, jusqu’à trouver un autre loup de sexe opposé pour s’installer et se reproduire sur un nouveau territoire.

Ce loup attaque des moutons parce qu’ils sont plus faciles à capturer que des chevreuils ou des cerfs (surtout pour un loup isolé) et parce qu’en plaine des Vosges, les moutons sont placés dans des prés dont les clôtures ne sont pas du tout conçues pour empêcher l’intrusion des loups (ou des chiens).

L’espèce Canis lupus est de retour depuis au moins 25 ans en France. Des loups se sont reproduits en 2013 dans le massif des Vosges (près de la plaine des Vosges). Depuis, plusieurs loups isolés ont déjà été identifiés dans la plaine des Vosges. Les éleveurs ont donc eu le temps d’anticiper en adaptant leurs pratiques. Il est encore temps de le faire.

En voulant abattre ce loup isolé, l’objectif de l’État est politicien et court-termiste : faire croire aux éleveurs que le problème sera réglé par le tir. Ceci est contreproductif si les éleveurs ne protègent pas leurs troupeaux, car d’autres loups viendront en Lorraine depuis l’arc alpin ou l’Allemagne, par le phénomène naturel de recolonisation en cours. Si les troupeaux ne sont pas protégés, il y aura donc de nouvelles prédations, d’autant plus difficiles à empêcher qu’on ne peut pas en prévoir les dates ni les lieux.

La Lorraine fait partie de l’aire de répartition naturelle de l’espèce où elle était autrefois présente. La France doit permettre aux loups d’y vivre. C’est même un engagement européen de notre pays. Nos associations attaqueront en justice toute décision d’abattre le loup de la plaine des Vosges.

Les associations de CAP Loup

Dites NON à l’abattage du seul loup de la plaine des Vosges !

Signez la pétition !

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]