Des agriculteurs manifestent en faisant souffrir des animaux

Des agriculteurs manifestent en faisant souffrir des animaux

ragondin.R.CollangeHier, 5 novembre 2014, rassemblés devant la Préfecture de Loire-Atlantique à Nantes , des agriculteurs ont maltraité des ragondins, en leur assenant des coups de pied, en les jetant par dessus les grilles du bâtiment, en les recouvrant de peinture, avant d’en écraser certains avec leurs tracteurs (voir le reportage de Télénantes).

Sur les réseaux sociaux, les commentaires sont très nombreux et unanimes pour dénoncer ce déchaînement de violence gratuite envers des animaux qui n’ont aucun lien avec les conflits qui opposent les agriculteurs au gouvernement.

L’ASPAS rappelle que le ragondin est originaire d’Amérique du Sud et qu’une fois encore, c’est l’homme qui par intérêt financier (commerce de la fourrure) est à l’origine de son introduction en France. Le fait qu’il figure parmi les espèces qui peuvent avoir un impact négatif sur les activités humaines, ne justifie en rien de les faire souffrir.

capture-ecranCes comportements de cruauté vont conforter ceux qui doutent de la bonne foi des éleveurs, lorsque leurs représentants syndicaux répètent à l’envi, que tous les agriculteurs aiment leurs animaux et les traitent avec respect…

Dans le cadre d’une société civilisée, l’ASPAS considère qu’une limite vient d’être largement dépassée. Aucune colère, aucun mécontentement social ne justifie de telles atrocités commises gratuitement sur une espèce animale.

Notons que ces agriculteurs militent contre des restrictions de pollution, au mépris de la santé publique. Mépris des bêtes va de pair avec mépris des autres…

L’ASPAS dépose plainte contre X, ce jour, devant le Tribunal de grande instance de Nantes pour sévices graves et actes de cruauté infligés à des animaux sauvages tenus en captivité, et insiste sur l’atteinte grave à l’ordre public que constituent ces faits emplis de violence.

Contact presse : Roger Mathieu, administrateur de l’ASPAS

 

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]