Les braconniers se frottent les mains, les promeneurs serrent les fesses ! Dites NON aux silencieux sur les armes de chasse !

Les braconniers se frottent les mains, les promeneurs serrent les fesses ! Dites NON aux silencieux sur les armes de chasse !

Encore un cadeau de l’État aux chasseurs : l’utilisation des « modérateurs de sons », ou « silencieux », est désormais autorisée pour la chasse et la destruction des dits « nuisibles », par arrêté du 2 janvier 2018. Mais le cadeau est empoisonné ! Même les chasseurs, sur les réseaux sociaux, y voient majoritairement une porte ouverte au braconnage et à l’augmentation de l’insécurité. Ce n’est sans doute pas pour rien que cet arrêté a été adopté sans aucune consultation du public, « silencieusement » en somme !

  • Pour les braconniers, qui doivent agir dans la discrétion, c’est une permission encourageante. Ils sont désormais plus libres, car impossibles à repérer à l’ouïe. La tâche des gardes de l’ONCFS*, en perpétuel sous-effectif, était déjà difficile, ça ne devait pas être suffisant.
  • Pour les chasseurs, tuer sera encore plus facile. En battue ou à l’approche, ils pourront tirer sans faire fuir les animaux, et multiplier les cartons. Trente millions d’animaux abattus chaque année, ça ne devait pas être suffisant.
  • Pour la majorité des citoyens, amateurs pacifiques de la nature, l’insécurité due aux fusils sera encore plus inquiétante, parce qu’impossible à repérer. Les promeneurs ne découvriront qu’ils sont en danger que lorsqu’ils se retrouveront face au chasseur ou au beau milieu d’une partie de chasse. La chasse fait déjà 15 morts et 200 blessés par an, ça ne devait pas être suffisant.

Que la France ait la plus longue saison de chasse d’Europe, le plus grand nombre d’espèces chassables (91), des battues organisées toute l’année, des tirs de nuit, pas de visite médicale annuelle obligatoire des chasseurs pour renouveler leur permis de chasser, pas de mise en place d’un seuil légal de concentration d’alcool dans le sang et dans l’air expiré au-delà duquel chasser est interdit, pas de règle nationale de sécurité à la chasse, ça ne devait pas être suffisant.

Pourtant 91 % des Français souhaitent une réforme complète de l’organisation et de la réglementation de la chasse (sondage IFOP de septembre 2016).

Mais l’ASPAS ne compte pas en rester là et examinera la légalité de cette décision !

Après la mort bruyante, la mort sournoise ?

* Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

Avec l’ASPAS, luttez pour un retour à l’éthique et à la sécurité,
exigez l’interdiction des silencieux !

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

08.11.2022

10 victoires contre le déterrage des blaireaux

Depuis le début de l’année 2022, sur les 11 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 10 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Dernière […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]