Après la Conférence Environnementale, la chasse aux espèces protégées est ouverte

Après la Conférence Environnementale, la chasse aux espèces protégées est ouverte

Un nouveau loup a encore été tué, par un chasseur, ce matin en Haute-Savoie. Officiellement, il ne s’agit pas de chasse, mais de « tir de défense », sous couvert d’un arrêté préfectoral de complaisance qui autorisait un éleveur à déléguer à 3 chasseurs le tir d’un loup. Bien loin de ce que les initiateurs du « protocole loup » avaient décidé lors de sa publication, nous arrivons à ce jour à la résurgence de la chasse au loup, revendiquée depuis 2008 par la Fédération Nationale des Chasseurs.

Ce matin, vers 8h30 à Montmin (Haute-Savoie), un des trois chasseurs mandatés par un éleveur a abattu une louve. Cela dans le cadre d’un arrêté de tir de défense, c’est-à-dire un tir censé défendre un troupeau en cas d’attaque. Mais on voit bien là, la démonstration de ce que nous craignions et dénoncions depuis la mise en place de ce dispositif : une mascarade qui cache en fait la résurgence de la chasse au loup, alors qu’officiellement et légalement ce dernier est toujours protégé par le droit français et européen.

Cette mascarade, avec les tirs de défense qui se transforment en chasse à l’affût au loup, a son pendant avec les « tirs de prélèvement » qui localement se transforment en battue au loup réunissant le banc et l’arrière banc des fédérations de chasse.

Au lendemain de la « Conférence Environnementale » l’ASPAS en appelle à Mme La Ministre de l’Écologie pour une meilleure maîtrise de ce dossier, certes difficile, mais qui ne trouvera pas de solution en transformant le loup en espèce gibier.

L’ASPAS demande l’arrêt immédiat des dizaines d’autorisations qui ont été délivrées sans retenue par les préfets des départements concernés, puisque nous en sommes aujourd’hui à quelque 119 arrêtés de tirs de défense, et 5 arrêtés de tirs de prélèvement, tout cela pour 150 à 200 loups actuellement présents en France.

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, il y a plus d’autorisations de tirs d’animaux (44 arrêtés !!!) que de loups présents dans ce département !!! 

C’est la démonstration de l’anarchie totale de ce dossier qui a complètement échappé au ministère de l’Écologie. Tout ce gâchis, sans pour autant qu’apparaisse le moindre apaisement dans ce conflit qui oppose la profession agricole aux protecteurs de la nature. Et pour lequel le ministère de l’Écologie s’est fait complètement déborder. Le seul écho qui nous parvient du ministère, c’est celui des fusils des chasseurs.

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]