L’ASPAS demande l’interdiction des instruments barbares : NON aux pièges tuants !

L’ASPAS demande l’interdiction des instruments barbares : NON aux pièges tuants !

Chaton piégéQui sait qu’aujourd’hui encore, dans nos campagnes, les piégeurs installent un peu partout, et toute l’année, des engins de mort capables d’abattre aveuglément des chats, des chiens et des animaux protégés ? L’ASPAS demande l’interdiction totale de ces pratiques d’un autre âge.

Répartis en 5 catégories, il existe, globalement, deux sortes de pièges : ceux qui tuent et ceux qui attrapent. Les pièges dits « tuants » tuent instantanément, soit en se refermant violemment sur le dos ou le cou de l’animal, soit par noyade.

Aucun ne peut être adapté à une espèce précise. Attirés par l’appât, tous les animaux au même régime alimentaire peuvent se faire prendre. Les appâts carnés sont en effet susceptibles d’attirer tous les carnivores, protégés ou non, « nuisibles », et bien sûr domestiques.

Indépendamment des appâts, les similitudes morphologiques impliquent également des prises accidentelles inévitables. Les bilans de captures par piégeage en témoignent : genettes, chats forestiers, blaireaux, hérissons ou encore castors d’Europe, espèces dont les niveaux de conservation sont extrêmement faibles (notamment à cause de leur piégeage intensif, autrefois légal).

Alors qu’en France, près de deux foyers sur trois possèdent au moins un animal de compagnie, les chats et chiens domestiques sont souvent victimes de captures accidentelles. Ainsi, le piège à œuf attire de nombreux chats mais également des hérissons.

L’ASPAS dénonce la barbarie de ces pièges et demande l’interdiction définitive de leur utilisation au ministère de l’Écologie, afin que plus aucun piège tuant ne puisse être tendu en pleine nature ou proche de nos maisons et porter une atteinte grave à notre faune sauvage et domestique.

L’ASPAS met à disposition de toute personne intéressée un dépliant gratuit, pour reconnaître les pièges tuants et faire respecter la législation grâce à des conseils juridiques. Ce document contient également deux cartes détachables pour participer activement à cette campagne : une destinée au ministère de l’Écologie et une autre à envoyer à l’ASPAS pour évaluer l’impact de la campagne. Pour obtenir ce document il suffit de contacter l’ASPAS par courrier en joignant une enveloppe A5 timbrée à 0,95 euros.

 Une pétition en ligne pour obtenir l’interdiction des pièges tuants est accessible sur le site internet de l’ASPAS.

En savoir plus sur cette campagne

Dépliant et dossier de presse envoyés gracieusement aux journalistes en faisant la demande
(Photographies en 300 dpi également disponibles)

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]