Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.

 

Et bien, en dépit de cette consultation publique qui s’est montrée défavorable au projet, en dépit des victoires juridiques et en dépit de l’avis négatif des scientifiques du Conseil National de la Protection de la Nature, le préfet a bel et bien autorisé l’abattage indiscriminé de 75 individus.

 

C’est ainsi que les 17 et 18 octobre, 61 bouquetins ont été abattus dans le cadre d’une opération encadrée par la gendarmerie. Estimant que l’objectif initial était d’ores et déjà atteint, le préfet a finalement retiré son arrêté, tout en affirmant que cela « ne remet pas en cause la viabilité de l’espèce dans le massif ». 

 

Pour rappel, les bouquetins du Bargy sont suspectés de véhiculer la brucellose, une zoonose susceptible d’impacter les élevages bovins, et donc dans le cas du Bargy, la production de Reblochon. 

 

Or, les scientifiques estiment que seulement 4% des individus présents dans le massif du Bargy en seraient infectés. Bien que la brucellose soit une préoccupation légitime, rien ne justifie d’abattre une si grande proportion d’animaux sains. Tester les individus et euthanasier uniquement les individus contaminés, voilà la marche qui devrait être suivie, non seulement pour le respect de la vie animale au global, et d’autant plus quand on sait que le bouquetin est une espèce protégée. 

 

Difficile donc de se réjouir du retrait de cet arrêté. Outre le désastre écologique que représente l’abattage d’individus de cette espèce soi-disant protégée, la forme pose question. Le préfet a fait sa loi, cédant à la pression des éleveurs en prenant un arrêté contre l’avis général, et en réalisant l’opération sans laisser aucune latitude pour contester une décision aux conséquences irréversibles. Ce qui n’a pas empêché un collectif d’associations, dont l’ASPAS, de saisir la justice pour que son illégalité soit reconnue. 

 

Qu’adviendra-t-il du reste de la population des bouquetins du Bargy si un nouveau cas de brucellose devait se présenter ? Difficile à dire même si l’expérience récente ne nous pousse pas à l’optimisme. Espérons qu’à l’avenir le statut d’espèce protégée ne sera pas galvaudé, et que la lutte contre la brucellose sera orchestrée de manière à la fois éthique et méthodique, sans céder à la précipitation et aux pressions des lobbies. Dans tous les cas, comptez sur l’ASPAS pour rester vigilante et faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les bouquetins ! 

 

Crédits photo : Thomas Cugnod

Dernières actualités

22.05.2024

Un loup dans un Parc national, quel scandale !

Près du village d’Altier en Lozère, en plein cœur du Parc national des Cévennes, la vidéo de ce qui semble être un loup poursuivi par une voiture sur une route de montagne est devenue virale sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne, le 19 mai 2024. Comme à leur habitude, chasseurs, bergers et […]

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]