Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.

 

Et bien, en dépit de cette consultation publique qui s’est montrée défavorable au projet, en dépit des victoires juridiques et en dépit de l’avis négatif des scientifiques du Conseil National de la Protection de la Nature, le préfet a bel et bien autorisé l’abattage indiscriminé de 75 individus.

 

C’est ainsi que les 17 et 18 octobre, 61 bouquetins ont été abattus dans le cadre d’une opération encadrée par la gendarmerie. Estimant que l’objectif initial était d’ores et déjà atteint, le préfet a finalement retiré son arrêté, tout en affirmant que cela « ne remet pas en cause la viabilité de l’espèce dans le massif ». 

 

Pour rappel, les bouquetins du Bargy sont suspectés de véhiculer la brucellose, une zoonose susceptible d’impacter les élevages bovins, et donc dans le cas du Bargy, la production de Reblochon. 

 

Or, les scientifiques estiment que seulement 4% des individus présents dans le massif du Bargy en seraient infectés. Bien que la brucellose soit une préoccupation légitime, rien ne justifie d’abattre une si grande proportion d’animaux sains. Tester les individus et euthanasier uniquement les individus contaminés, voilà la marche qui devrait être suivie, non seulement pour le respect de la vie animale au global, et d’autant plus quand on sait que le bouquetin est une espèce protégée. 

 

Difficile donc de se réjouir du retrait de cet arrêté. Outre le désastre écologique que représente l’abattage d’individus de cette espèce soi-disant protégée, la forme pose question. Le préfet a fait sa loi, cédant à la pression des éleveurs en prenant un arrêté contre l’avis général, et en réalisant l’opération sans laisser aucune latitude pour contester une décision aux conséquences irréversibles. Ce qui n’a pas empêché un collectif d’associations, dont l’ASPAS, de saisir la justice pour que son illégalité soit reconnue. 

 

Qu’adviendra-t-il du reste de la population des bouquetins du Bargy si un nouveau cas de brucellose devait se présenter ? Difficile à dire même si l’expérience récente ne nous pousse pas à l’optimisme. Espérons qu’à l’avenir le statut d’espèce protégée ne sera pas galvaudé, et que la lutte contre la brucellose sera orchestrée de manière à la fois éthique et méthodique, sans céder à la précipitation et aux pressions des lobbies. Dans tous les cas, comptez sur l’ASPAS pour rester vigilante et faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les bouquetins ! 

 

Crédits photo : Thomas Cugnod

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]