Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.

 

Et bien, en dépit de cette consultation publique qui s’est montrée défavorable au projet, en dépit des victoires juridiques et en dépit de l’avis négatif des scientifiques du Conseil National de la Protection de la Nature, le préfet a bel et bien autorisé l’abattage indiscriminé de 75 individus.

 

C’est ainsi que les 17 et 18 octobre, 61 bouquetins ont été abattus dans le cadre d’une opération encadrée par la gendarmerie. Estimant que l’objectif initial était d’ores et déjà atteint, le préfet a finalement retiré son arrêté, tout en affirmant que cela « ne remet pas en cause la viabilité de l’espèce dans le massif ». 

 

Pour rappel, les bouquetins du Bargy sont suspectés de véhiculer la brucellose, une zoonose susceptible d’impacter les élevages bovins, et donc dans le cas du Bargy, la production de Reblochon. 

 

Or, les scientifiques estiment que seulement 4% des individus présents dans le massif du Bargy en seraient infectés. Bien que la brucellose soit une préoccupation légitime, rien ne justifie d’abattre une si grande proportion d’animaux sains. Tester les individus et euthanasier uniquement les individus contaminés, voilà la marche qui devrait être suivie, non seulement pour le respect de la vie animale au global, et d’autant plus quand on sait que le bouquetin est une espèce protégée. 

 

Difficile donc de se réjouir du retrait de cet arrêté. Outre le désastre écologique que représente l’abattage d’individus de cette espèce soi-disant protégée, la forme pose question. Le préfet a fait sa loi, cédant à la pression des éleveurs en prenant un arrêté contre l’avis général, et en réalisant l’opération sans laisser aucune latitude pour contester une décision aux conséquences irréversibles. Ce qui n’a pas empêché un collectif d’associations, dont l’ASPAS, de saisir la justice pour que son illégalité soit reconnue. 

 

Qu’adviendra-t-il du reste de la population des bouquetins du Bargy si un nouveau cas de brucellose devait se présenter ? Difficile à dire même si l’expérience récente ne nous pousse pas à l’optimisme. Espérons qu’à l’avenir le statut d’espèce protégée ne sera pas galvaudé, et que la lutte contre la brucellose sera orchestrée de manière à la fois éthique et méthodique, sans céder à la précipitation et aux pressions des lobbies. Dans tous les cas, comptez sur l’ASPAS pour rester vigilante et faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les bouquetins ! 

 

Crédits photo : Thomas Cugnod

Dernières actualités

26.01.2023

Enfin une loi pour restreindre la chasse en enclos  !

Le 25 janvier 2023, la proposition de loi visant à limiter l’engrillagement des espaces naturels a été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale. L’ASPAS, qui mène une campagne active contre la chasse en enclos depuis 2019, regrette que le texte ne vise pas le principe même d’autoriser la chasse sur des animaux maintenus en captivité, mais […]

11.01.2023

Les actions phares de l’ASPAS en 2023

Cohabitation avec les loups, les ours ; accompagnement des maires contre les abus de la chasse ; mobilisation générale pour les “nuisibles”… Petit aperçu des combats que l’ASPAS va mener à vos côtés au cours de cette nouvelle année !  https://youtube.com/watch?v=vIodcPfORG0&si=EnSIkaIECMiOmarE Imaginez de vieilles forêts sauvages qui grouillent de vie, que de discrets humains viendraient […]

29.12.2022

Parole d’ex-chasseur : “Ils ont pollué la génétique des sangliers” 

C’est Michel qui le dit, ancien chasseur de petit gibier installé dans le Lot, pas loin de Calvignac où le jeune Morgan Keane a été tué, confondu avec la bête noire en décembre 2020, en plein confinement.   Michel s’exprime dans le cadre d’un reportage de France Inter, diffusé en 5 épisodes début décembre 2022, […]

26.12.2022

Une belle année de blaireaux ! 

Attention, ça décoiffe. Dans ce contexte si morose pour le vivant, l’ASPAS a accumulé les succès tout au long de l’année 2022, et nous n’allons pas nous priver de nous en vanter ! Petite rétrospective en texte et en images…

09.12.2022

Les chasseurs ont tué 1,5 million d’ongulés en 2021-2022

Moins de chasseurs mais plus d’animaux tués… Le dernier « bilan des prélèvements* » publié cet automne par l’Office Français de la Biodiversité révèle une nette augmentation des tueries perpétrées à l’égard des cerfs, chevreuils, sangliers, chamois, daims et autres ongulés présents en France. 74 927 cerfs élaphe, 602 866 chevreuils, 842 802 sangliers… Pas de […]