Sécheresse, incendies : moins de chasse = moins de casse, M. le Ministre !

Sécheresse, incendies : moins de chasse = moins de casse, M. le Ministre !

Après son appel “La faune a besoin d’eau, pas de fusils !” lancé le 12 août dernier, l’ASPAS enfonce le clou en cette rentrée en s’adressant solennellement à Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique, pour lui demander de prendre des mesures fortes en faveur de la faune sauvage mise à très rude épreuve cet été par les incendies, les canicules et le manque d’eau et de nourriture. Réduisez la pression de chasse, laissez respirer la nature ! 

Monsieur le Ministre,

Depuis plusieurs mois déjà, la France fait face à une période de sécheresse historique. Selon Météo France, le mois de juillet 2022 est le mois de juillet le plus sec jamais enregistré et le 2e mois le plus sec depuis le début des mesures en 1958. Tous les départements de France sont sous surveillance, dont 77 en « état de crise ».

Or, les humains ne sont pas les seuls à souffrir du manque d’eau. Les animaux sauvages sont eux aussi particulièrement touchés, comme l’attestent – entre autres – de nombreux témoignages dans les centres de soins.

Vagues de chaleur, manque de nourriture, manque d’eau… La faune sauvage se retrouve très fragilisée. Outre la déshydratation, le manque d’eau conduit à un affaiblissement du système immunitaire qui rend les espèces plus vulnérables face aux risques de maladies infectieuses. Chez les mammifères, par exemple, le lait des femelles n’est pas assez nutritif du fait du manque de nourriture. Le risque de carence des petits est alors élevé et la reproduction des animaux s’en trouve ralentie. De plus, en période de canicule, les animaux dépensent beaucoup d’énergie pour réguler leur température corporelle. Par instinct de survie, de nombreux oisillons ont sauté de leur nid pour échapper à la chaleur, à leurs risques et périls. On constate un effet domino qui va de la microfaune du sol aux plus gros animaux.

Cette période critique a considérablement accru les feux de forêt, qui ont atteint un niveau record en 2022 avec plus de 62 000 hectares incendiés au 20 août, un bilan qui pourrait encore s’aggraver, l’été n’étant pas terminé. De nombreux animaux ont été blessés, tués ou retrouvés en détresse respiratoires. De nombreux écosystèmes ont été durablement anéantis par les flammes, et ils mettront des années à se régénérer.

La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, trop affaiblis pour fuir.

Malheureusement, ces épisodes sont amenés à se répéter. Le premier volet du 6e rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui porte sur les constats scientifiques, prévoit l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des épisodes de sécheresses dans le monde entier, y compris en France.

La biodiversité est aujourd’hui en crise, à un point tel que la communauté scientifique parle de sixième extinction de masse. D’ailleurs, dans le résumé de son rapport à l’intention des décideurs, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IBPES) explique que l’exploitation directe, et en particulier la surexploitation des animaux (la chasse est expressément citée) est le 2e facteur direct ayant l’incidence relative la plus néfaste sur la nature depuis 1970 (p.12 §B1).

Face à ce constat, il est nécessaire d’agir. Dans ces circonstances, maintenir une pression de chasse de septembre à février, sans compter les nombreuses exceptions qui existent – tirs anticipés dès le 1er juin, période complémentaire de vénerie sous terre dès le 15 mai, chasse prolongée du sanglier jusqu’à fin mars – porte un grave préjudice à toute la faune sauvage. De plus, des herbivores comme les chevreuils sont d’indispensables débroussailleurs naturels, et doivent être maintenus en quantité maximale.

En vertu de l’article L.424-1 du code de l’environnement : « Sans qu’il soit ainsi dérogé au droit de destruction des bêtes fauves édicté à l’article L. 427-9, le ministre chargé de la chasse prend des arrêtés pour : prévenir la destruction ou favoriser le repeuplement des oiseaux ou de toutes espèces de gibier ; reporter la date de broyage de la jachère de tous terrains à usage agricole afin de prévenir la destruction ou de favoriser le repeuplement de toutes les espèces de gibier. »

Aussi, pour permettre aux animaux de résister dans les meilleures conditions possibles aux contraintes sévères qu’ils subissent, nous vous demandons de réduire les dates d’ouverture et de clôture de la chasse, a minima pour la saison 2022-2023, ou de prendre toute mesure propre à réduire la pression de chasse.

Nous vous remercions par avance de l’attention que vous porterez à ce courrier et vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération.

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]