Réforme de la chasse ? Circulez, y’a rien à voir !

Réforme de la chasse ? Circulez, y’a rien à voir !

La réforme de la chasse tant attendue a accouché d’une souris. En lieu et place du dimanche sans chasse, le gouvernement propose une appli smartphone aussi inutile que bouffonne !

Tout ça pour ça. Après le succès de la pétition citoyenne au Sénat, une grosse pression des associations, des mois de travaux parlementaires qui ont débouché sur un rapport sénatorial mi-figue mi-raisin, les annonces du gouvernement le 10 janvier 2023 pour lutter contre l’insécurité à la chasse ont implosé comme un pétard mouillé.

Avec un président Macron qui cajole les chasseurs depuis son élection comme aucun autre avant lui, on n’attendait pas vraiment de miracle… Mais il y avait ce petit espoir malgré tout, depuis que la ministre Bérangère Couillard avait évoqué en octobre dernier la possibilité d’un dimanche après-midi interdit aux fusils. Le dimanche sans chasse, c’est depuis longtemps l’une des campagnes phares de l’ASPAS ; les multiples actions que nous avons lancées ont mobilisé des centaines de milliers de Français, tous lassés de la prise d’otage des forêts et des villages par des hommes armés aussi dangereux qu’imprévisibles, où même dans son propre jardin on n’est pas à l’abri…

Le 21 novembre 2022, pour mettre la pression sur l’exécutif, l’ASPAS a cosigné une lettre adressée au président Macron lui demandant d’instaurer non pas un, mais deux jours sans chasse. Ensuite, courant décembre, l’ASPAS et 6 autres ONG ont commandé une nouvelle enquête auprès de l’IFOP. Résultat : comme à chaque sondage depuis 2016, une écrasante majorité de Français est favorable au dimanche sans chasse (78%) ! Et contrairement aux clichés véhiculés par les chasseurs qui se disent incarner « la ruralité », 74% des habitants à la campagne se sentent en insécurité en période de chasse !

Chasseurs 1, les autres 0

Malgré les sondages, les témoignages, malgré les morts, les blessés, les balles tirées vers les maisons, les voitures… Malgré nos sempiternelles demandes de réforme, l’État continue de faire la sourde-oreille préférant défendre les intérêts d’une minorité armée… Parmi les mesurettes annoncées le 10 janvier : chasser bourré sera dorénavant pénalisé (oui oui, c’était légal jusqu’à présent !), les pratiquants devront se former davantage au maniement des armes (!) et… une application smartphone sera prochainement développée pour que les chasseurs signalent au reste de la population les zones à éviter s’ils ne veulent pas se risquer à prendre une balle…

Avec un collectif d’associations, l’ASPAS a vivement réagi dans un communiqué contre ce gadget qui nous paraît aussi inutile que dangereux : il n’y a pas de réseau dans de nombreuses zones de chasse ; seules les forêts domaniales sont concernées, soit 25% des forêts françaises ; l’appli ne sera obligatoire que pour les battues, et elle donnerait une fausse impression de sécurité aux promeneurs… Surtout, elle donnerait bonne conscience aux chasseurs qui se sentiraient libérés de toute contrainte et responsabilité : en cas d’accident qui serait fautif, le promeneur ou le chasseur ?!

Au fond, une telle appli ne rendrait pas les chasseurs moins dangereux, et ne ferait que renforcer leur mainmise sur la nature et légitimer encore plus la pratique d’un « loisir » morbide dont le caractère d’utilité publique et écologique reste encore à prouver… En résumé, le message c’est « Dégagez, on chasse ! ». 

© Photo d’en-tête : Pierre Gleizes

Dernières actualités

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]

26.03.2024

La préfète du Rhône veut autoriser le déterrage de blaireaux dès le 15 mai !

Sous la pression des chasseurs du département du Rhône, la préfecture entend autoriser une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux la saison prochaine, du 15 mai au 15 août 2025… Soyons nombreux à dire NON à ce projet d’arrêté en participant à la consultation publique jusqu’au 4 avril !  Le projet d’arrêté est […]

21.03.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Ce samedi 23 mars, c’est la Journée mondiale des ours ! L’occasion pour l’ASPAS de faire un focus sur l’ours brun et de rappeler nos actions en faveur du grand plantigrade en France. Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup […]