Hubert-Louis Vuitton, président de l’ONCFS, défend la barbarie du déterrage

Hubert-Louis Vuitton, président de l’ONCFS, défend la barbarie du déterrage

Hubert-Louis Vuitton, président de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, joue avec la peur pour défendre la pratique cruelle et barbare du déterrage des blaireaux.

Non content de voir l’arrêté autorisant une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux abrogé le 5 août dernier par la préfecture du Loir-et-Cher,  Hubert-Louis Vuitton, qui est également président de la Fédération départementale des chasseurs du Loir-et-Cher, vient de faire une sortie fracassante dans la presse régionale : « Quand des personnes tomberont malades de la tuberculose, on pourra remercier ces gens-là (les associations opposées à l’arrêté). Nous faisons purement et simplement de la régulation de population », déclare-t-il à la Nouvelle République

L’ONCFS, dont les missions sont notamment de produire des études et des recherches sur la faune sauvage et ses habitats, évaluées par un Conseil Scientifique de 10 experts, a donc à la tête de son Conseil d’Administration un chasseur insensible à la souffrance animale et surtout ignorant.

En effet, il devrait savoir, lui qui préside un tel organisme public, que les autorités sanitaires ne préconisent aucunement de déterrer les blaireaux pour lutter contre cette maladie qui affecte surtout et avant tout les bovins, car cela ne ferait que contribuer à son expansion* ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, dans les zones à risque, un arrêté ministériel du 7 décembre 2016 interdit « la pratique de la vénerie sous terre pour toutes les espèces dont la chasse est autorisée en raison du risque de contamination pour les équipages de chiens ».

La tuberculose bovine est une maladie d’origine agricole, potentiellement transmissible à de nombreux animaux domestiques (chiens !) et sauvages, qui peuvent ensuite devenir un réservoir secondaire de la maladie. Mais depuis 2001, la France est considérée comme « officiellement indemne de tuberculose bovine » par l’Union européenne, malgré la persistance chaque année d’une centaine de foyers en élevage.

> A lire aussi : pourquoi il faut interdire le déterrage des blaireaux

* En mai 2019, l’ASPAS a produit un rapport d’expert de 44 pages intitulé “Interdire le déterrage des blaireaux”. Si vous souhaitez en prendre connaissance, n’hésitez pas à nous contacter.

#STOPdéterrage !

Les Français sont à une très grande majorité favorables à l’interdiction du déterrage, et 73% n’imaginaient pas que la vénerie sous terre existait encore, selon un sondage IPSOS de 2018 !

> Des outils pour dire STOP à cette chasse barbare !

Demandez aux côtés de l’ASPAS l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles.

JE SIGNE LA PETITION

Dernières actualités

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]

09.02.2024

“GOUPIL” n°156, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce premier Goupil de l’année 2024, outre un gros dossier central consacré à la chasse et à ses nuisances, vous découvrirez nos dernières actions pour les loups, les ours, les blaireaux, les bouquetins du Bargy, les oiseaux menacés dans les Antilles et bien d’autres espèces encore… Avec, comme d’habitude, vos rubriques juridiques préférées (coin […]