Hubert-Louis Vuitton, président de l’ONCFS, défend la barbarie du déterrage

Hubert-Louis Vuitton, président de l’ONCFS, défend la barbarie du déterrage

Hubert-Louis Vuitton, président de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, joue avec la peur pour défendre la pratique cruelle et barbare du déterrage des blaireaux.

Non content de voir l’arrêté autorisant une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux abrogé le 5 août dernier par la préfecture du Loir-et-Cher,  Hubert-Louis Vuitton, qui est également président de la Fédération départementale des chasseurs du Loir-et-Cher, vient de faire une sortie fracassante dans la presse régionale : « Quand des personnes tomberont malades de la tuberculose, on pourra remercier ces gens-là (les associations opposées à l’arrêté). Nous faisons purement et simplement de la régulation de population », déclare-t-il à la Nouvelle République

L’ONCFS, dont les missions sont notamment de produire des études et des recherches sur la faune sauvage et ses habitats, évaluées par un Conseil Scientifique de 10 experts, a donc à la tête de son Conseil d’Administration un chasseur insensible à la souffrance animale et surtout ignorant.

En effet, il devrait savoir, lui qui préside un tel organisme public, que les autorités sanitaires ne préconisent aucunement de déterrer les blaireaux pour lutter contre cette maladie qui affecte surtout et avant tout les bovins, car cela ne ferait que contribuer à son expansion* ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, dans les zones à risque, un arrêté ministériel du 7 décembre 2016 interdit « la pratique de la vénerie sous terre pour toutes les espèces dont la chasse est autorisée en raison du risque de contamination pour les équipages de chiens ».

La tuberculose bovine est une maladie d’origine agricole, potentiellement transmissible à de nombreux animaux domestiques (chiens !) et sauvages, qui peuvent ensuite devenir un réservoir secondaire de la maladie. Mais depuis 2001, la France est considérée comme « officiellement indemne de tuberculose bovine » par l’Union européenne, malgré la persistance chaque année d’une centaine de foyers en élevage.

> A lire aussi : pourquoi il faut interdire le déterrage des blaireaux

* En mai 2019, l’ASPAS a produit un rapport d’expert de 44 pages intitulé “Interdire le déterrage des blaireaux”. Si vous souhaitez en prendre connaissance, n’hésitez pas à nous contacter.

#STOPdéterrage !

Les Français sont à une très grande majorité favorables à l’interdiction du déterrage, et 73% n’imaginaient pas que la vénerie sous terre existait encore, selon un sondage IPSOS de 2018 !

> Des outils pour dire STOP à cette chasse barbare !

Demandez aux côtés de l’ASPAS l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles.

JE SIGNE LA PETITION

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]