Déterrage de blaireaux au Sénat : l’ASPAS dénonce un rapport atterrant

Déterrage de blaireaux au Sénat : l’ASPAS dénonce un rapport atterrant

Plus de 6 mois après avoir obtenu et dépassé les 100 000 signatures citoyennes requises, la pétition contre le déterrage des blaireaux lancée par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a débouché sur un rapport sénatorial pro-chasse, dévoilé le 29 mars. Malgré quelques points encourageants, notre association, forte de nombreuses victoires pour les blaireaux devant les tribunaux, dénonce un flagrant déni de démocratie et une publication biaisée très à charge contre la vie sauvage.  

Dans l’objectif d’obtenir l’interdiction de la vénerie sous terre, une pratique de chasse particulièrement violente dénoncée par 83% de Français*, l’ASPAS a lancé en mars 2022 une pétition officielle sur la plateforme e-Senat, un outil démocratique mis à disposition des citoyens par l’État.  

Grâce aux 104 745 signatures obtenues en moins de six mois, la commission des affaires économiques a accepté d’examiner notre demande en confiant à Pierre Cuypers la rédaction d’un rapport, dévoilé le 29 mars 2023.   

Avec une note globale de 0,2/20 attribuée au sénateur pour ses engagements envers les animaux*, il faut sans doute s’estimer heureux de lire dans les propositions finales du rapport l’évocation de “méthodes non létales” pour gérer les populations de blaireaux, comme l’ASPAS a pu les lui présenter lors de son audition, le 22 février dernier.

Déni de démocratie et mépris pour les blaireaux

Il faut aussi noter, même si cela va davantage de soi, la volonté d’augmenter le nombre de contrôles des veneurs par les inspecteurs de l’environnement (OFB), ainsi que la proposition – plus anecdotique – d’une journée de formation obligatoire (dispensée par les fédérations de chasse…) pour s’assurer que les maîtres d’équipage maîtrisent la réglementation en vigueur.  

Le reste, hélas, va très largement dans le sens des chasseurs, et ne laisse présager rien de bon. Non seulement le Sénat rejette en bloc la demande d’interdiction de la vénerie, considérant qu’elle est une “activité légitime” et un “loisir”, mais il détourne l’objet originel de la demande en se focalisant sur la nécessité de réguler le blaireau, accusé de causer “de graves dégâts” et de présenter “une menace pour les élevages” 

Pire : alors que le rapport admet que le “besoin de régulation ne justifie pas en soi la chasse sous terre”, les propositions finales ne visent qu’à sanctuariser davantage cette pratique cruelle d’un autre âge, dans un scandaleux déni de justice et de démocratie… Outre le souhait de développer des études scientifiques qui seraient menées par les chasseurs eux-mêmes (!), l’ASPAS s’indigne en particulier du souhait de passer de 1 à 3 ans les arrêtés préfectoraux qui autorisent une période complémentaire de vénerie sous terre dès le 15 mai: une telle proposition, qui ne tient aucunement compte des études scientifiques objectives sur le non-sevrage des blaireautins au printemps et notre jurisprudence accumulée pour ce motif ces dernières années, vise surtout à désarmer les associations de protection des animaux et protéger les veneurs!  

Des victoires juridiques et une Journée mondiale des blaireaux

Pour terminer néanmoins sur une note moins défaitiste, alors que l’ASPAS se félicite d’une nouvelle victoire en justice pour les blaireaux le 30 mars (dans la Nièvre), nul doute que le contenu scandaleux de ce rapport accentuera encore davantage l’indignation des Français sensibles au bien-être animal, et aura pour effet de renforcer la pression citoyenne sur nos décideurs, pour qu’enfin, les blaireaux obtiennent les évolutions législatives tant attendues.  

En attendant, l’ASPAS invite tout un chacun à prendre part à la Journée mondiale des blaireauxorganisée le 15 mai prochain, pour que ces animaux discrets soient connus de toutes et tous et que la réalité atroce du déterrage continue à être dénoncée, partout en France.  

Contact presse : presse@aspas-nature.org 

* Sondage IPSOS de 2018
** politique-animaux.fr 

Dernier articles de presse

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]