Contre le déterrage des blaireaux : rendez-vous à Blois le 13 août !

Contre le déterrage des blaireaux : rendez-vous à Blois le 13 août !

Dans le Loir-et-Cher, 72,5% des participants à la consultation publique se sont exprimés CONTRE la période complémentaire de vènerie sous terre des blaireaux. L’ASPAS vous avait invité à y participer le 2 juillet dernier, nombreux arguments à l’appui.

Cette majorité écrasante a été balayée d’un revers de main par la Préfecture de ce département qui, sous la pression des chasseurs et de certains syndicats agricoles, a adopté son arrêté sans en changer la moindre virgule. Par cette décision, la Préfecture va également à l’encontre du vœu adopté par le Conseil régional Centre-Val de Loire, le 2 juillet dernier à Orléans, du vœu adopté par le conseil municipal de la ville de Blois, le 29 juin. Voeu adopté également par les communes de Chaumont-sur-Loire, Villerbon, Valencisse, Vineuil et Saint Gervais la Forêt.

Les blaireaux, êtres discrets et sensibles, subissent donc à nouveau la terreur du déterrage depuis le 30 juillet. Les arguments fallacieux avancés par les défenseurs de cette pratique cruelle, interdite dans la quasi-totalité des autres pays d’Europe, ne visent qu’à préserver le divertissement macabre de quelques individus destructeurs.

Contrairement à ce qui est avancé, le nombre de blaireaux dans le Loir-et-Cher n’est pas précisément connu, les dégâts agricoles qu’on leur impute sont imprécis et largement exagérés, et les blaireautins peuvent encore être dépendants de leur mère en période estivale. Surtout : rien ne justifie l’abattage de ces animaux quand il existe, si besoin, des solutions alternatives expérimentées ailleurs (protection des cultures, déplacement des terriers à risque, vaccination en cas de tuberculose, etc.)

L’ASPAS n’en restera pas là. Notre association a décidé, de pair avec l’association AVES, d’attaquer en justice cet arrêté.

Venez manifester votre indignation lors du rassemblement interassociatif
qui aura lieu le 13 août à 15h, à Blois, devant la Préfecture, place de la République.

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]