Contre le déterrage des blaireaux : rendez-vous à Blois le 13 août !

Contre le déterrage des blaireaux : rendez-vous à Blois le 13 août !

Dans le Loir-et-Cher, 72,5% des participants à la consultation publique se sont exprimés CONTRE la période complémentaire de vènerie sous terre des blaireaux. L’ASPAS vous avait invité à y participer le 2 juillet dernier, nombreux arguments à l’appui.

Cette majorité écrasante a été balayée d’un revers de main par la Préfecture de ce département qui, sous la pression des chasseurs et de certains syndicats agricoles, a adopté son arrêté sans en changer la moindre virgule. Par cette décision, la Préfecture va également à l’encontre du vœu adopté par le Conseil régional Centre-Val de Loire, le 2 juillet dernier à Orléans, du vœu adopté par le conseil municipal de la ville de Blois, le 29 juin. Voeu adopté également par les communes de Chaumont-sur-Loire, Villerbon, Valencisse, Vineuil et Saint Gervais la Forêt.

Les blaireaux, êtres discrets et sensibles, subissent donc à nouveau la terreur du déterrage depuis le 30 juillet. Les arguments fallacieux avancés par les défenseurs de cette pratique cruelle, interdite dans la quasi-totalité des autres pays d’Europe, ne visent qu’à préserver le divertissement macabre de quelques individus destructeurs.

Contrairement à ce qui est avancé, le nombre de blaireaux dans le Loir-et-Cher n’est pas précisément connu, les dégâts agricoles qu’on leur impute sont imprécis et largement exagérés, et les blaireautins peuvent encore être dépendants de leur mère en période estivale. Surtout : rien ne justifie l’abattage de ces animaux quand il existe, si besoin, des solutions alternatives expérimentées ailleurs (protection des cultures, déplacement des terriers à risque, vaccination en cas de tuberculose, etc.)

L’ASPAS n’en restera pas là. Notre association a décidé, de pair avec l’association AVES, d’attaquer en justice cet arrêté.

Venez manifester votre indignation lors du rassemblement interassociatif
qui aura lieu le 13 août à 15h, à Blois, devant la Préfecture, place de la République.

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]