Comment chasseurs et piégeurs ont échappé au (premier) confinement

Comment chasseurs et piégeurs ont échappé au (premier) confinement

Pendant que les agents de l’OFB et les bénévoles d’associations naturalistes respectaient le confinement, au sacrifice de suivis scientifiques importants, les chasseurs faisaient pression pour continuer leurs morbides activités sur le terrain. Un clientélisme que l’ASPAS s’est empressée de dénoncer.

Le 16 mars, le président des chasseurs Willy Schraen déclarait à ses troupes que certaines activités de chasse restaient autorisées malgré le confinement (chasse individuelle à l’approche, piégeage, agrainage, …), avant de faire volte-face 48h plus tard, suite à une mise au point du gouvernement dont seul Willy a eu connaissance (puisqu’il n’y a pas eu de communication officielle…) : toute chasse et toute activité de piégeage seraient bel et bien interdites, obligeant les chasseurs à respecter le confinement général comme tout le monde !

Hélas, très vite des dérogations ont commencé à fleurir dans le Jura (tirs de corvidés), dans l’Aube (agrainage des sangliers), dans les Landes (tirs de sangliers)… avant de progressivement s’étendre un peu partout en France. Comble de l’ironie : pour justifier leurs déplacements, les chasseurs étaient invités à cocher la case « pour des missions d’intérêt général » de leur formulaire COVID-19 !

Face à la multiplication des dérogations, l’ASPAS a décidé de lancer le 31 mars aux côtés des associations AVES et Crow Life une pétition pour demander une interdiction totale de la chasse et des opérations de destruction. Au 15 avril, la pétition avait déjà récolté près de 82 000 signatures. Dans le même temps, plusieurs sources nous ont confirmé que les inspecteurs de l’environnement de l’OFB avaient reçu ordre de stopper leurs opérations de contrôle sur le terrain. De crainte que les braconniers multiplient leurs exactions, comme nous le constations, nous avons donc invité tout un chacun à signaler aux autorités des comportements suspects, et nous faire part de leur témoignage à l’adresse : temoignage@aspas-nature.org.

La disparité des réglementations locales a créé un flou inacceptable en cette période où les règles sanitaires pour protéger la population se devaient d’être limpides. C’est pourquoi l’ASPAS a également décidé d’adresser une lettre ouverte au Président de la République, co-signée par 13 associations, pour exiger davantage de transparence et d’équité.

Dernières actualités

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]

09.02.2024

“GOUPIL” n°156, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce premier Goupil de l’année 2024, outre un gros dossier central consacré à la chasse et à ses nuisances, vous découvrirez nos dernières actions pour les loups, les ours, les blaireaux, les bouquetins du Bargy, les oiseaux menacés dans les Antilles et bien d’autres espèces encore… Avec, comme d’habitude, vos rubriques juridiques préférées (coin […]