Comment chasseurs et piégeurs ont échappé au (premier) confinement

Comment chasseurs et piégeurs ont échappé au (premier) confinement

Pendant que les agents de l’OFB et les bénévoles d’associations naturalistes respectaient le confinement, au sacrifice de suivis scientifiques importants, les chasseurs faisaient pression pour continuer leurs morbides activités sur le terrain. Un clientélisme que l’ASPAS s’est empressée de dénoncer.

Le 16 mars, le président des chasseurs Willy Schraen déclarait à ses troupes que certaines activités de chasse restaient autorisées malgré le confinement (chasse individuelle à l’approche, piégeage, agrainage, …), avant de faire volte-face 48h plus tard, suite à une mise au point du gouvernement dont seul Willy a eu connaissance (puisqu’il n’y a pas eu de communication officielle…) : toute chasse et toute activité de piégeage seraient bel et bien interdites, obligeant les chasseurs à respecter le confinement général comme tout le monde !

Hélas, très vite des dérogations ont commencé à fleurir dans le Jura (tirs de corvidés), dans l’Aube (agrainage des sangliers), dans les Landes (tirs de sangliers)… avant de progressivement s’étendre un peu partout en France. Comble de l’ironie : pour justifier leurs déplacements, les chasseurs étaient invités à cocher la case « pour des missions d’intérêt général » de leur formulaire COVID-19 !

Face à la multiplication des dérogations, l’ASPAS a décidé de lancer le 31 mars aux côtés des associations AVES et Crow Life une pétition pour demander une interdiction totale de la chasse et des opérations de destruction. Au 15 avril, la pétition avait déjà récolté près de 82 000 signatures. Dans le même temps, plusieurs sources nous ont confirmé que les inspecteurs de l’environnement de l’OFB avaient reçu ordre de stopper leurs opérations de contrôle sur le terrain. De crainte que les braconniers multiplient leurs exactions, comme nous le constations, nous avons donc invité tout un chacun à signaler aux autorités des comportements suspects, et nous faire part de leur témoignage à l’adresse : temoignage@aspas-nature.org.

La disparité des réglementations locales a créé un flou inacceptable en cette période où les règles sanitaires pour protéger la population se devaient d’être limpides. C’est pourquoi l’ASPAS a également décidé d’adresser une lettre ouverte au Président de la République, co-signée par 13 associations, pour exiger davantage de transparence et d’équité.

Dernières actualités

16.04.2024

Bouquetins du Bargy : du mieux mais des animaux sains toujours menacés d’abattage !

Trois nouveaux arrêtés sont actuellement soumis à consultation publique jusqu’au 25 avril par la préfecture de Haute-Savoie, visant à lutter contre l’enzootie de brucellose au sein des populations de bouquetins sauvages dans les massifs du Bargy et des Aravis. L’ASPAS vous invite à y participer en refusant toute opération visant à abattre des bouquetins potentiellement […]

16.04.2024

La Poste milite en faveur des renards !

De superbes photos de renards dans leur milieu naturel sur des timbres 20g, et un message de sensibilisation sur la place du petit carnivore dans l’écosystème : l’ASPAS ne peut que saluer cette initiative de La Poste, entreprise de service public, qui propose à la vente dès le 3 juin prochain un « collector » à tirage limité* […]

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]