Chasse 2020-2021 : 6 morts, au moins 34 blessés et des centaines de bavures

Chasse 2020-2021 : 6 morts, au moins 34 blessés et des centaines de bavures

En dépit des restrictions sanitaires, la saison de chasse qui se termine aura été placée (comme, hélas, toutes les autres…) sous le signe de l’insécurité et des abus en tous genres. La veille média assurée par l’ASPAS a relevé : 6 morts par arme à feu (dont Morgan Keane, qui coupait du bois au fond de son jardin), 34 blessés (dont 2 non-chasseurs), 8 maisons et 3 voitures touchées par des balles ou du plomb, et des dizaines d’animaux de ferme ou de compagnie abattus par des fusils, victimes de pièges ou encore attaqués par des chiens de chasse…

Il faut aussi rajouter à tout cela les innombrables incidents liés à la chasse à courre, recensés par AVA France dont la saison n’est toujours pas terminée (oui, cette barbarie est autorisée jusqu’au 31 mars !).

La majorité de ces tragédies et divers méfaits ont eu lieu le week-end, principalement le dimanche.

Des centaines de témoignages reçus à l’ASPAS…

Toutes les dérives de la chasse ne se retrouvent pas à la une des journaux : c’est pourquoi l’ASPAS a décidé, dès l’ouverture générale le 15 septembre 2020, de lancer l’appel à témoignage #OSEZPARLER. En parcourant les centaines de réponses qui nous sont parvenues, nous avons tout de suite compris que d’innombrables faits-divers étaient complètement passés sous silence, la plupart du temps parce que les victimes n’ont pas osé porter plainte, par peur de représailles. C’est ainsi que pour le dossier de notre magazine Goupil n°144, réservé aux adhérents, beaucoup des témoins que nous avons sélectionnés ont souhaité garder l’anonymat.

… et des milliers d’hectares de terrain retirés de la chasse

La ruralité tant vantée par le monde de la chasse prend très souvent la forme d’un cauchemar pour les familles installées à la campagne qui cherchent la sérénité au contact de la nature… Voilà pourquoi l’ASPAS aide depuis plusieurs décennies les propriétaires moralement opposés à la chasse à mettre leurs terrains en refuge ASPAS : une démarche pas toujours simple, mais qui est entreprise par un nombre croissant de personnes chaque année.

Au 9 mars 2021, 1 129 refuges ASPAS sont actifs en France, soit 11 347 hectares de nature protégée des fusils ! Pour retirer vos terrains de la chasse, cliquez ici.

Un bilan (incomplet) des accidents et dérives de la chasse en 2020-2021

Les quelques liens listés ci-dessous ont été glanés au cours de la saison, suite à une veille dans les médias et les réseaux sociaux. Traditionnellement, le bilan officiel diffusé par l’Office Français de la Biodiversité (diffusé au cours du printemps) informe uniquement sur le nombre d’accidents corporels : il ne mentionne ni les incidents (balles dans les maisons, les voitures…), ni les tragédies concernant les animaux domestiques.

Accidents corporels impliquant des non-chasseurs :

Incidents graves : 

Animaux domestiques victimes de la chasse : 

Lupi, tuée le 19/09/20

Pour une réforme majeure et en profondeur de la chasse !

Dès 2017, l’ASPAS a écrit au Président de la République Emmanuel Macron pour lui exhorter de procéder à une réforme majeure et en profondeur de la chasse en France. Au lieu de cela, M. Macron a opté pour une réforme qui favorise surtout les intérêts des chasseurs (autorisation des silencieux sur les armes, prix du permis national divisé par 2, nouveaux pouvoirs accordés aux Fédérations de chasse, etc.).

La généralisation du port de gilets fluorescents, la pose de panneaux « chasse en cours » et la remise à niveau décennale obligatoire portant sur les règles élémentaires de sécurité sont des mesures nationales entrées en vigueur par arrêté ministériel le 5 octobre 2020. C’est mieux que rien, mais c’est largement insuffisant : les Français attendent une réforme beaucoup plus ambitieuse !

Dans notre démocratie, il est inacceptable qu’autant de pouvoir et d’attention soient accordés à cette pratique qui concerne moins de 2% de la population.

> Lire la proposition de réforme de l’ASPAS et signez la pétition

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]