Silencieux pour la chasse : l’ASPAS dégaine

28/03/2018

L’ASPAS, forte du soutien de plus de 82 000 personnes, fait parvenir une demande de recours gracieux à M. Hulot pour l’exhorter à adopter une réglementation contraignante limitant les capacités techniques des silencieux autorisés pour la chasse.

Par un arrêté du 2 janvier 2018, le Ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a autorisé l’utilisation des « modérateurs de sons » ou « silencieux » pour toutes les armes autorisées à la chasse, pour tous les modes de chasse, et pour toutes les espèces gibiers et dites « nuisibles ». L’ASPAS s’est indignée contre cet arrêté qui représente une porte ouverte au braconnage et à l’augmentation de l’insécurité.

Ces dispositifs étaient explicitement et formellement interdits depuis 32 ans, et pour cause. Une arme plus silencieuse, c’est :

  • Permettre le braconnage avec plus de discrétion.
  • Permettre de tuer plus d’animaux.
  • Ne plus permettre aux promeneurs de repérer de loin et d’éviter, pour leur sécurité, les secteurs où des actions de chasse sont en cours.

Selon la note de présentation du projet d’arrêté, cette disposition aurait été adoptée pour la protection de l’audition des chasseurs, qui « rechignent souvent au port des protections auditives. » ! Il est inacceptable que la protection de l’audition des chasseurs qui « rechignent » à porter un casque antibruit, représente un intérêt supérieur à celui de la lutte contre le braconnage, le maintien de la biodiversité et la sécurité publique !

Cet avis est partagé par plus de 82 000 citoyens, qui ont dit « NON aux silencieux sur les armes de chasse ! » en signant notre pétition en quelques semaines.

L’ASPAS a donc envoyé un recours gracieux à M. Hulot, en lui demandant d’adopter une réglementation contraignante, limitant les capacités techniques des silencieux autorisés pour la chasse.

Lire le courrier