L’ASPAS au secours des chauves-souris antillaises

L’ASPAS au secours des chauves-souris antillaises

Les chauves-souris, derniers mammifères indigènes présents dans les Antilles françaises, sont des espèces fragiles. Dans un arrêté du 17 janvier 2018, le ministre chargé de l’écologie a fixé des conditions de protection de ces dernières insuffisantes, alors même que la France s’est engagée à les protéger. L’ASPAS et l’ASFA ont fait parvenir un recours gracieux à M. Hulot et envisagent de saisir le Conseil d’État si le ministre de la Transition écologique et solidaire n’accède pas à leurs demandes.

Les chauves-souris sont des espèces fragiles, à l’origine de nombreux services écosystémiques primordiaux : auxiliaires biologiques dans la lutte contre les insectes (protection agricole et contre les zoonoses), pollinisateurs de nombreuses plantes indigènes et d’arbres fruitiers, disséminateurs essentiels de graines (production de fruits, régénération forestière, etc.).

Certaines de ces espèces sont inscrites sur les listes rouges des espèces menacées fixées par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Tadaride du Brésil © USFWS Ann-Froschauer

La France possède une responsabilité très importante dans la conservation de ces espèces puisque les îles françaises regroupent l’une des plus grandes diversités mais surtout l’endémisme le plus marqué. En effet, parmi les 16 espèces recensées, 9 sont endémiques des Antilles, dont 7 des Petites Antilles (dont font partie les îles françaises), c’est-à-dire que ces espèces ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde. De plus, la France s’est engagée au niveau international à protéger ces espèces et à veiller à leur conservation.

Le 17 janvier 2018, le ministre chargé de l’écologie a fixé les conditions de protections des chauves-souris dans les Antilles (Guadeloupe, Martinique et Saint Martin). Si ces textes permettent de mieux encadrer la protection de cette faune fragile, nous avons soulevé des insuffisances réglementaires :

  1. La perturbation intentionnelle des espèces n’est interdite que si cette perturbation remet en cause le cycle biologique de l’espèce concernée. Or l’enjeu de conservation de ces espèces nécessite une interdiction totale de cette perturbation. Ces espèces n’ont pas beaucoup de possibilités de gîtes : les cavités favorables sont très peu nombreuses. Si elles sont dérangées, elles utiliseront des sites moins favorables, ce qui aura automatiquement un impact sur l’état sanitaire des colonies. Sans compter qu’elles peuvent se blesser ou être prédatées lors d’un déplacement diurne forcé.

Nous demandons donc à ce que la perturbation intentionnelle soit réprimée, quel que soit lé période où elle intervient.

  1. La perturbation intentionnelle des deux espèces de molossidés ( Tadaride du Brésil et Molosse commun) n’est pas interdite. Or ces espèces sont les plus susceptibles de vivre près des activités humaines et d’être dérangées. De plus, il n’y a aucune distinction entre le milieu anthropique et le milieu naturel, ce qui signifie qu’une personne peut s’introduire dans une grotte et déranger une colonie entière en toute impunité.

Nous demandons à ce que la perturbation de ces espèces en milieu naturel soit interdite, et à ce que leur perturbation en milieu anthropique soit encadrée. Pour se débarrasser des chauves-souris, de nombreuses personnes font appel à des entreprises spécialisées dans la lutte contre les animaux sauvages. Nous proposons de mettre en place une formation à destination de ces entreprises, afin de les former et de les sensibiliser aux méthodes douces pour déplacer les animaux en occasionnant le moins de perturbation possible.

Les modifications de ces arrêtés sont d’autant plus nécessaires que cette zone géographique connaît des événements météorologiques de grande ampleur faisant de nombreuses victimes au sein de la faune sauvage, comme nous l’ont rappelé les ouragans survenus à la fin de l’été 2017.

L’ASPAS et l’ASFA (Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles) envisagent de saisir le Conseil d’État si le ministre de la Transition écologique et solidaire n’accède pas à leurs demandes.

Dernières actualités

19.09.2023

Chasser alcoolisé, c’est toujours autorisé !

A la différence des conducteurs, aucune limite d’alcoolémie chiffrée n’est imposée aux chasseurs qui se promènent avec des armes de guerre entre les mains. Ils peuvent même se permettre un taux 3 fois supérieur ! Annoncée comme l’une des mesures phares du projet de réforme de la chasse en France, l’interdiction totale de l’alcool en […]

18.09.2023

Les ONGs quittent le Groupe National Loup

Ce 18 septembre, les 6 organisations de protection de la nature (WWF, LPO, FNE, Ferus, ASPAS, Humanité & Biodiversité) représentées au Groupe National Loup ont annoncé leur retrait de cette instance consultative, indignées par le contenu déséquilibré du nouveau Plan national d’action (PNA) « Loup et activités d’élevage » présenté par le gouvernement pour la période 2024-2029. Nos organisations regrettent l’absence […]

18.09.2023

La chasse aux loups est ouverte !

L’ASPAS, comme toutes les associations de protection de la nature (APN) présentes, a décidé de quitter ce matin la réunion de présentation du nouveau Plan National d’Action (PNA) Loup, pour ne pas être complice de ces décisions scandaleuses de l’État et de ce très mauvais coup porté à la biodiversité. Après pourtant de nombreux mois […]

17.09.2023

EN IMAGES – Le 1er Havre de Vie Sauvage® a été inauguré à Melle

Dimanche 17 septembre, le tout premier Havre de Vie Sauvage® de France a été inauguré au Moulin de Charzay à Melle (79), en présence des propriétaires, de l’ASPAS, d’élus de la commune et du département ainsi que de l’ancienne ministre de l’Environnement, Delphine Batho. Dans cette oasis constitué de zone humides, bois et prairies, la […]

15.09.2023

Mieux protéger les moutons, c’est mieux protéger les loups !

À l’aube du dévoilement du nouveau Plan national d’actions Loup 2024-2029 prévu ce lundi 18 septembre, l’ASPAS tient à rappeler que seule une bonne protection des troupeaux permettra de réduire les attaques, et que le retour progressif des loups en France est une chance incommensurable pour l’ensemble du Vivant à l’ère de la 6e extinction […]