48h après le début du confinement : plus de chasse ni de piégeage !

48h après le début du confinement : plus de chasse ni de piégeage !

C’est un sacré désaveu pour le président des chasseurs Willy Schraen qui, dès l’annonce du confinement général le 17 mars, annonçait des mesures dérogatoires pour ses troupes, invitant ces derniers à poursuivre leurs activités de piégeage, de chasse individuelle du sanglier, de remplissage des agrainoirs ou encore de nourrissage des « appelants » (oiseaux captifs utilisés par les chasseurs pour attirer d’autres congénères afin de les tuer).

Comme nous l’expliquions dans notre article publié le 18 mars, des garanties scandaleuses semblaient en effet avoir été obtenues par le patron de la FNC auprès du ministère de la Transition écologique, pour permettre aux chasseurs et piégeurs de continuer leurs macabres activités à l’égard de la faune sauvage, et ce malgré l’état d’urgence sanitaire en vigueur…

Il faut croire que l’indignation a fini par payer, car c’est un tout autre son de cloche que l’on a entendu ce jeudi 19 mars : le même Willy Schraen annonce à ses troupes que finalement, toute chasse (même individuelle) et tout acte de piégeage sont suspendus jusqu’à nouvel ordre ! Seul reste autorisé le nourrissage des animaux (chiens, chevaux « appelants »…), avec obligation de posséder sur soi son attestation de sortie et son permis de chasse.

© Pixabay

Évidemment, ce n’est pas le bon sens qui a été invoqué par Willy Schraen pour justifier ces nouvelles mesures, mais plutôt la victimisation et les effets de « l’écologie punitive » appliquée par ceux qui mèneraient, selon lui, un « travail politique contre les ruraux et la chasse en général »… Plus loin dans son communiqué il se montre même un peu menaçant, en appelant les chasseurs à ne pas « répondre aux abrutis » qui traîneraient selon lui les chasseurs « dans la boue », en promettant de « régler » « tout cela après la crise »…

Oublions… Prenons maintenant un peu de hauteur : la faune va vraiment être tranquille pour les 10 prochains jours, et même sans doute plus longtemps, si la prolongation du confinement se confirme. Déjà les effets se ressentent chez nos voisins italiens : à Venise notamment, des poissons sont revenus dans les eaux claires des canaux, et en Sardaigne, un dauphin a visité le port quasi déserté par les humains !

Nul doute qu’en France, surtout en cette période d’explosion printanière, la nature savourera ce répit inopiné et s’exprimera vite en toute plénitude dans nos parcs, prairies, forêts et montagnes !

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]