48h après le début du confinement : plus de chasse ni de piégeage !

48h après le début du confinement : plus de chasse ni de piégeage !

C’est un sacré désaveu pour le président des chasseurs Willy Schraen qui, dès l’annonce du confinement général le 17 mars, annonçait des mesures dérogatoires pour ses troupes, invitant ces derniers à poursuivre leurs activités de piégeage, de chasse individuelle du sanglier, de remplissage des agrainoirs ou encore de nourrissage des « appelants » (oiseaux captifs utilisés par les chasseurs pour attirer d’autres congénères afin de les tuer).

Comme nous l’expliquions dans notre article publié le 18 mars, des garanties scandaleuses semblaient en effet avoir été obtenues par le patron de la FNC auprès du ministère de la Transition écologique, pour permettre aux chasseurs et piégeurs de continuer leurs macabres activités à l’égard de la faune sauvage, et ce malgré l’état d’urgence sanitaire en vigueur…

Il faut croire que l’indignation a fini par payer, car c’est un tout autre son de cloche que l’on a entendu ce jeudi 19 mars : le même Willy Schraen annonce à ses troupes que finalement, toute chasse (même individuelle) et tout acte de piégeage sont suspendus jusqu’à nouvel ordre ! Seul reste autorisé le nourrissage des animaux (chiens, chevaux « appelants »…), avec obligation de posséder sur soi son attestation de sortie et son permis de chasse.

© Pixabay

Évidemment, ce n’est pas le bon sens qui a été invoqué par Willy Schraen pour justifier ces nouvelles mesures, mais plutôt la victimisation et les effets de « l’écologie punitive » appliquée par ceux qui mèneraient, selon lui, un « travail politique contre les ruraux et la chasse en général »… Plus loin dans son communiqué il se montre même un peu menaçant, en appelant les chasseurs à ne pas « répondre aux abrutis » qui traîneraient selon lui les chasseurs « dans la boue », en promettant de « régler » « tout cela après la crise »…

Oublions… Prenons maintenant un peu de hauteur : la faune va vraiment être tranquille pour les 10 prochains jours, et même sans doute plus longtemps, si la prolongation du confinement se confirme. Déjà les effets se ressentent chez nos voisins italiens : à Venise notamment, des poissons sont revenus dans les eaux claires des canaux, et en Sardaigne, un dauphin a visité le port quasi déserté par les humains !

Nul doute qu’en France, surtout en cette période d’explosion printanière, la nature savourera ce répit inopiné et s’exprimera vite en toute plénitude dans nos parcs, prairies, forêts et montagnes !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]