15 mai : fête des barbares, mais pas des blaireaux !

15 mai : fête des barbares, mais pas des blaireaux !

Le 15 mai s’ouvre la chasse aux blaireaux, et pour 9 mois et demi ! Cela, dans 74 départements français, en pleine période de reproduction des animaux. Un régime tout particulier pour cette espèce protégée dans la plupart de nos pays voisins, mais qui permet de pratiquer le mode de chasse le plus violent d’Europe : la vènerie sous terre.

Pourquoi cette ouverture de la chasse au blaireau 4 mois avant l’ouverture générale de la chasse ? Pour satisfaire les adeptes de la vènerie sous terre, ou déterrage. Les chasseurs, réunis en « équipage » font rentrer leurs chiens dans les terriers de blaireau. L’animal, acculé au fond de sa galerie, et constamment mordu par les chiens, est repéré par les chasseurs au son des aboiements. Il leur reste à creuser, jusqu’à atteindre leur cible. Ce qui prend de 3 à 10 heures ! Une fois mis au jour, le blaireau, complètement stressé, est saisi par les chasseurs à l’aide de grandes pinces métalliques, qui mesurent de 1,5 à 1,8 mètre, puis généralement achevé à coups de dague dans le cœur, de bâton, ou de carabine, et enfin jeté – parfois encore vivant – aux chiens qui en feront la curée.

En cette époque, non seulement les blaireaux adultes, mais aussi les jeunes blaireautins sont condamnés à subir le même sort.

Loin d’être une activité marginale, ou même en déclin, cette pratique est, au contraire, encouragée par les instances de la chasse française. Ses adeptes sont de plus en plus nombreux :

  •  en 2006, le ministère de l’Écologie comptait 1500 équipages de vènerie sous terre. Ce qui représentait 40 000 pratiquants, 60 à 70 000 chiens.[1]
  •  en 2009, à Cluny (championnat de France de déterrage) la Fédération Nationale des Chasseurs annonçait qu’elle avait enregistré plus de 3000 équipages (70 à 80 000 pratiquants, plus de 100 000 chiens).

Si chaque équipage ne chasse que 15 jours par an (ce qui est largement sous-estimé) et qu’il massacre trois blaireaux par opération , cela totaliserait quelque 165 000 blaireaux ainsi cruellement exterminés, chaque année, par ce  seul mode de chasse.

Le blaireau d’Eurasie (Meles meles) est une espèce protégée en Belgique, Angleterre, Irlande, Pays-Bas, Danemark, Portugal, Espagne, Italie et Grèce.

L’ASPAS demande la fin de la période complémentaire de chasse au blaireau, et l’interdiction de ce mode de chasse, pour son inadmissible cruauté, mais aussi, parce qu’il détruit les habitats d’espèces protégées au statut de conservation défavorable : petit rhinolophe [2] ou chat forestier (encore appelé chat sauvage).

[1] chiffres extraits du rapport de la DNP pour le CNPN du 20 juin 2006
[2] une espèce de chauve-souris se reposant souvent sans les terriers

Agissez pour les blaireaux !

Pour faire vivre cette campagne et donner plus de poids à nos revendications, nous comptons sur votre participation. Merci d’envoyer dès que possible le courrier-type à l’attention du Premier Ministre. Vous pouvez vous en inspirer ou le reprendre tel quel. Complétez simplement le courrier avec vos coordonnées en haut à gauche puis datez et signez en bas à droite. Écrivez également au ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

  • Télécharger le courrier-type à l’attention du ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie :
    en format word ou en format pdf

Merci de nous signaler votre participation afin de mieux évaluer l’impact de cette campagne :
– soit par mail à actions@aspas-nature.org
– soit par courrier (ASPAS – B.P. 505 – 26401 CREST Cedex)

Enfin, n’oubliez pas de signer notre pétition en ligne si vous ne l’avez pas encore fait. Vous ne pouvez la signer qu’une fois : pétition en ligne

Afin d’élargir encore la portée de cette campagne, n’hésitez pas à diffuser ce mail à votre entourage.

 En savoir plus sur cette campagne

 Ensemble, obtenons l’abolition du déterrage !

 Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la biologie du blaireau et sur son statut en France, commandez la brochure ASPAS Vive le blaireau !

Dernier articles de presse

09.05.2022

Le 15 Mai, Journée Mondiale des Blaireaux

COMMUNIQUÉ – Pour améliorer les connaissances sur le blaireau et alerter sur la cruauté de la chasse par déterrage, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) consacre une Journée Mondiale à ces petits mammifères injustement persécutés en France. Avec le soutien de nombreuses associations partenaires, des animations sont proposées partout à travers le pays, […]

02.05.2022

Pyrénées : le Conseil d’État déclare une nouvelle fois l’effarouchement des ours illégal

Communiqué de l’ASPAS, FERUS, Pays de l’Ours-ADET, Comité Écologique Ariégeois, Nature en Occitanie, FIEP, SNPN, Animal Cross. Le Conseil d’Etat vient de censurer l’arrêté ministériel de 2020 autorisant l’effarouchement renforcé des ours dans les Pyrénées. Celui de 2019 a déjà été censuré, et tout laisse penser que celui de 2021 le sera également dans quelques mois. […]

05.04.2022

Cerfs sika échappés : c’est déjà arrivé !

Depuis quelques jours, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) est la cible de critiques alarmistes qui laisseraient entendre qu’elle serait responsable de la disparition prochaine du cerf élaphe dans le Vercors… En cause, l’évasion de quelques cerfs sika de Valfanjouse, un ancien enclos de chasse que l’ASPAS est en train de transformer en Réserve de […]

21.11.2021

Un ours tué ? Cherchez le chasseur…

! MISE À JOUR DU 25 NOVEMBRE 2021 ! L’OURSE A-T-ELLE ÉTÉ ABATTUE DANS UNE RÉSERVE ?! Selon nos informations, le chasseur auteur des coups de feu mortels sur l’ourse samedi dernier était posté 200 mètres à l’intérieur de la Réserve domaniale du Mont Valier, une zone naturelle grande de 9037 hectares “protégée” depuis 1937, […]

29.07.2021

Tirs de nuits de renards dans l’Oise : des arrêtés illégaux retirés face à la pression de nos associations

Le vendredi 23 juillet 2021, à la suite d’un recours gracieux déposé par AVES France et soutenu par l’ASPAS, la préfecture de l’Oise s’est résignée, dans l’urgence, à publier un arrêté de retrait des arrêtés préfectoraux illégaux autorisant des lieutenants de louveterie à réguler le renard.