Von der Leyen et les loups : des propos irresponsables et mensongers

Von der Leyen et les loups : des propos irresponsables et mensongers

Suite au communiqué anti-loup de la Commission européenne en date du 4 septembre 2023, nos associations dénoncent aujourd’hui des propos gravissimes et un message négatif pour la conservation de la biodiversité.

Ursula von der Leyen, présidente de la commission européenne, ne nous avait pas habitués à de telles déclarations d’un niveau rare d’ignorance et d’irresponsabilité. Sur quelle base scientifique se fonde-t-elle pour affirmer que le loup est un danger pour les humains ? Il y a 1000 loups en France, davantage en Allemagne, 2000 en Espagne, plus de 3000 en Italie, 3500 en Roumanie et d’autres populations importantes résident en Europe de l’Est, d’où l’espèce n’a jamais disparu. Si le loup s’attaquait aux humains, on le saurait depuis longtemps ! Même si un accident est toujours possible, comme avec n’importe quelle espèce animale sauvage comme domestique, il n’existe aujourd’hui aucun témoignage sérieux d’attaque de loup sur l’homme en Europe. Ces allégations alarmistes sont scandaleuses venant d’une responsable politique d’un tel rang.

Ursula von der Leyen lance-t-elle une vindicte personnelle contre le loup suite à la mort de son poney en septembre 2022 (tué par un loup) ou utilise-t-elle l’animal comme manœuvre politique pour s’assurer le renouvellement de son mandat en 2024 ? Il serait déplorable de la part d’une présidente de la Commission Européenne de mélanger ainsi affaire personnelle et intérêt général.

Quoiqu’il en soit, les lobbies et élus anti-nature désirant déclasser le loup depuis des années ont trouvé en elle une alliée de choix alors que jusqu’à présent la révision du statut loup n’était pas du tout à l’ordre du jour de la Commission. Même si les populations de loups sont en expansion grâce à une certaine dynamique démographique et à la présence de nombreuses proies sauvages, en particulier des ongulés, sur tout le territoire européen, l’espèce reste encore vulnérable compte-tenu de la pression politique et lobbyiste qui est exercée suite à son retour.

Ursula von der Leyen appelle ensuite les « autorités locales et nationales à prendre les mesures qui s’imposent. En effet, la législation européenne actuelle leur permet déjà de le faire », sous-entendu « vous pouvez tuer des loups ». En France, nos associations déplorent déjà depuis des années que les pouvoirs publics usent et abusent des exceptions permises par la Directive Habitat-Faune-Flore pour abattre des loups à outrance (jusqu’à 21 % de la population selon l’arrêté cadre) sans même respecter les conditions nécessaires et alors même que les scientifiques (rapport 2017 OFB / MNHN) ont alerté sur le trop grand nombre de tirs de loups pour garantir la conservation de l’espèce à long terme.

Rappelons que l’Italie et l’Espagne ont mis un terme à leur politique de tirs en constatant leur inefficacité. Seule la France maintient un niveau élevé de tirs : 200 loups peuvent être abattus cette année alors même que la population donne des signes de faiblesse (1)…

Enfin, si la Commission européenne envisage, sous l’impulsion de sa Présidente, de proposer une modification de la directive Habitat en vue de réduire, voire de supprimer les textes protecteurs du loup, elle s’expose à méconnaître gravement ses engagements internationaux, ainsi qu’à commettre une atteinte aux dispositions de l’article 191 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). En effet, l’Union européenne a signé la convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe, et doit, de ce fait, respecter ses engagements, dont la protection stricte du loup fait partie. Fort heureusement, l’infléchissement de la protection du loup à travers les textes nationaux comme européens n’est possible qu’en empruntant un chemin  juridiquement long.

Alors Madame Von der Leyen, s’agit-il d’un effet d’annonce pour contenter certains lobbies ? Ou envisagez-vous de méconnaître les textes fondateurs que vous êtes censée respecter et protéger ?  Vos seuls propos trahissent les engagements de l’Union européenne à l’égard de la protection de la biodiversité.

Nos associations continueront de soutenir qu’une cohabitation apaisée avec l’élevage et les humains est possible et que le retour du loup est une chance pour nos écosystèmes. Elles rappellent que seules les mesures de protection (berger, chiens de protection, filets électriques notamment) sont efficaces pour protéger les troupeaux.

(1) Les dernières données OFB montrent une croissance de la population de loups de seulement 0.73 % (alors qu’elle était de 12 % il y a 5-6 ans).

Contact presse : presse@aspas-nature.org 

© Photo d’en-tête : Gabriele Brancati / Pexels

Dernières actualités

16.04.2024

Bouquetins du Bargy : du mieux mais des animaux sains toujours menacés d’abattage !

Trois nouveaux arrêtés sont actuellement soumis à consultation publique jusqu’au 25 avril par la préfecture de Haute-Savoie, visant à lutter contre l’enzootie de brucellose au sein des populations de bouquetins sauvages dans les massifs du Bargy et des Aravis. L’ASPAS vous invite à y participer en refusant toute opération visant à abattre des bouquetins potentiellement […]

16.04.2024

La Poste milite en faveur des renards !

De superbes photos de renards dans leur milieu naturel sur des timbres 20g, et un message de sensibilisation sur la place du petit carnivore dans l’écosystème : l’ASPAS ne peut que saluer cette initiative de La Poste, entreprise de service public, qui propose à la vente dès le 3 juin prochain un « collector » à tirage limité* […]

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]