Encore une victoire pour le renard dans le Grand Est !

Encore une victoire pour le renard dans le Grand Est !

Le tribunal administratif de Nancy vient de donner raison à l’ASPAS. Il a déclaré illégal l’arrêté du 22 décembre 2016 par lequel le préfet de Meurthe-et-Moselle autorisait les tirs de nuit du renard roux pour répondre aux demandes des chasseurs !

Le tribunal a considéré que l’activité de chasse ne pouvait justifier le recours aux mesures exceptionnelles que sont les battues administratives :

« l’encouragement à la réorientation des pratiques de chasse et l’accroissement d’une population faunistique afin de la rendre disponible pour cette activité n’entrent dans aucun des cas pour lesquels les dispositions de l’article L. 427-6 précité du code de l’environnement permettent au préfet d’autoriser des opérations de destruction de spécimens d’espèces non domestiques ».

Il a également retenu que le renard n’apparaissait pas comme le responsable du déclin des populations sauvages, dont la cause est multifactorielle, et principalement due à la dégradation de leur habitat résultant notamment de mauvaises pratiques agricoles :

« la principale cause de la disparition ou de la raréfaction des espèces lièvre et perdrix grise, espèces de plaine, est multifactorielle et tient essentiellement à la dégradation de leurs habitats en raison d’un appauvrissement du milieu en particulier lié à une agriculture de moins en moins diversifiée, utilisant des assolements courts et des rotations rapides, à une recrudescence de plantes qui n’offrent pas de couverts hivernaux, à un usage excessif de la chimie et à la disparition des haies »

Enfin, le juge a suivi l’argumentation de l’ASPAS selon laquelle la nécessité même des tirs de nuit pour atteindre l’objectif avancé de « régulation vulpine » n’était pas démontrée dès lors que les prélèvements de renards dans ce département étaient principalement réalisés par la chasse et le piégeage.

Ce nouveau jugement s’ajoute à ceux déjà obtenus en Moselle, dans l’Aube et les Ardennes. Les préfets utilisent trop souvent leurs pouvoirs pour satisfaire les intérêts particuliers d’un lobby qui s’accapare la nature. L’ASPAS et ses partenaires continueront à dénoncer ces pratiques anti-démocratiques, dévastatrices pour la faune sauvage et sources de souffrances.

Dernières actualités

16.04.2024

Bouquetins du Bargy : du mieux mais des animaux sains toujours menacés d’abattage !

Trois nouveaux arrêtés sont actuellement soumis à consultation publique jusqu’au 25 avril par la préfecture de Haute-Savoie, visant à lutter contre l’enzootie de brucellose au sein des populations de bouquetins sauvages dans les massifs du Bargy et des Aravis. L’ASPAS vous invite à y participer en refusant toute opération visant à abattre des bouquetins potentiellement […]

16.04.2024

La Poste milite en faveur des renards !

De superbes photos de renards dans leur milieu naturel sur des timbres 20g, et un message de sensibilisation sur la place du petit carnivore dans l’écosystème : l’ASPAS ne peut que saluer cette initiative de La Poste, entreprise de service public, qui propose à la vente dès le 3 juin prochain un « collector » à tirage limité* […]

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]