Victoire contre des tirs de nuit de blaireaux dans l’Oise !

Victoire contre des tirs de nuit de blaireaux dans l’Oise !

Le 19 juillet dernier, la Préfète de l’Oise signait l’arrêt de mort de nombreux blaireaux dans son département, accusés de provoquer des dégâts agricoles et d’affaisser des routes… Saisi par l’ASPAS le 30 août, le Tribunal administratif d’Amiens nous a donné raison le 24 septembre : l’arrêté préfectoral est SUSPENDU !

Les blaireaux, qui subissent déjà la violence du déterrage, ont subi des battues administratives dans 92 communes de l’Oise. Sans l’intervention de l’ASPAS, ces tueries injustifiées auraient continué jusqu’au 31 décembre, et de façon illimitée ! Les lieutenants de louveterie étaient autorisés soit à effectuer des tirs de nuit, soit à poser des pièges trappes, à collet ou à lacets.

Les raisons invoquées par la préfecture pour permettre l’abattage de ces animaux qui, rappelons-le, ne sont pas classés « ESOD » en France (qualification qui remplace « nuisible »), ont été toutes retoquées par le juge :

« L’arrêté attaqué a pour objet d’autoriser des battues (…) dans 92 des 693 communes de l’Oise, soit environ 15% de son territoire. Il est motivé par les circonstances suivantes : les dégâts causés par les blaireaux aux cultures et matériels agricoles, le bon état des populations de blaireaux dans le département et les risques de sécurité publique liés à l’affaissement de toutes et de voies ferrées dû à la présence de terriers de blaireaux sous les chaussées ayant généré des interventions urgentes sur 6 communes depuis un an. Toutefois, le même arrêté évalue à 38 769 euros le montant des dégâts à l’agriculture sur les 92 communes concernées soit une moyenne extrêmement faible de 421 euros par commune, alors qu’il n’y a au dossier pas le moindre élément de nature à établir que ces dégâts sont effectivement le fait de blaireaux. L’arrêté lui-même admet que l’état de populations de blaireaux dans le département est « bon » et n’évoque donc aucune pullulation ou surpopulation. Quant aux dégâts sur la voirie routière ou ferroviaire, ils sont limités à six communes du département depuis un an, sans que la moindre explication sur la gravité des faits ayant nécessité une intervention soit apportée en défense. Il en résulte que le moyen tiré de l’erreur d’appréciation commise par la préfète quant à la nécessité de mesures adoptées par l’arrêté attaqué au vu des risques présentés par la population de blaireaux dans le département est de nature à créer un sérieux doute quant à la légalité de cet arrêté. Il y a lieu d’ordonner la suspension de son exécution. »

> Télécharger le jugement entier (PDF)

On ne sait pas combien de blaireaux ont déjà été malheureusement tués, mais ce qui est certain c’est que beaucoup d’autres vont être sauvés ! Espérons qu’il en ira de même concernant les quelque 1700 renards menacés par un autre arrêté signé par la même préfète, que l’ASPAS a également attaqué en justice aux côtés d’AVES. Verdict le 4 octobre !

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]