Victoire contre des tirs de nuit de blaireaux dans l’Oise !

Victoire contre des tirs de nuit de blaireaux dans l’Oise !

Le 19 juillet dernier, la Préfète de l’Oise signait l’arrêt de mort de nombreux blaireaux dans son département, accusés de provoquer des dégâts agricoles et d’affaisser des routes… Saisi par l’ASPAS le 30 août, le Tribunal administratif d’Amiens nous a donné raison le 24 septembre : l’arrêté préfectoral est SUSPENDU !

Les blaireaux, qui subissent déjà la violence du déterrage, ont subi des battues administratives dans 92 communes de l’Oise. Sans l’intervention de l’ASPAS, ces tueries injustifiées auraient continué jusqu’au 31 décembre, et de façon illimitée ! Les lieutenants de louveterie étaient autorisés soit à effectuer des tirs de nuit, soit à poser des pièges trappes, à collet ou à lacets.

Les raisons invoquées par la préfecture pour permettre l’abattage de ces animaux qui, rappelons-le, ne sont pas classés « ESOD » en France (qualification qui remplace « nuisible »), ont été toutes retoquées par le juge :

« L’arrêté attaqué a pour objet d’autoriser des battues (…) dans 92 des 693 communes de l’Oise, soit environ 15% de son territoire. Il est motivé par les circonstances suivantes : les dégâts causés par les blaireaux aux cultures et matériels agricoles, le bon état des populations de blaireaux dans le département et les risques de sécurité publique liés à l’affaissement de toutes et de voies ferrées dû à la présence de terriers de blaireaux sous les chaussées ayant généré des interventions urgentes sur 6 communes depuis un an. Toutefois, le même arrêté évalue à 38 769 euros le montant des dégâts à l’agriculture sur les 92 communes concernées soit une moyenne extrêmement faible de 421 euros par commune, alors qu’il n’y a au dossier pas le moindre élément de nature à établir que ces dégâts sont effectivement le fait de blaireaux. L’arrêté lui-même admet que l’état de populations de blaireaux dans le département est « bon » et n’évoque donc aucune pullulation ou surpopulation. Quant aux dégâts sur la voirie routière ou ferroviaire, ils sont limités à six communes du département depuis un an, sans que la moindre explication sur la gravité des faits ayant nécessité une intervention soit apportée en défense. Il en résulte que le moyen tiré de l’erreur d’appréciation commise par la préfète quant à la nécessité de mesures adoptées par l’arrêté attaqué au vu des risques présentés par la population de blaireaux dans le département est de nature à créer un sérieux doute quant à la légalité de cet arrêté. Il y a lieu d’ordonner la suspension de son exécution. »

> Télécharger le jugement entier (PDF)

On ne sait pas combien de blaireaux ont déjà été malheureusement tués, mais ce qui est certain c’est que beaucoup d’autres vont être sauvés ! Espérons qu’il en ira de même concernant les quelque 1700 renards menacés par un autre arrêté signé par la même préfète, que l’ASPAS a également attaqué en justice aux côtés d’AVES. Verdict le 4 octobre !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]