Victoire : battues aux loups stoppées dans les Alpes de Haute-Provence

Victoire : battues aux loups stoppées dans les Alpes de Haute-Provence

Loup110-04La justice vient de donner raison à l’ASPAS et ses partenaires associatifs Ferus et One Voice qui demandaient la suspension d’un arrêté de tirs de loups dans les Alpes-de-Haute-Provence, considérant qu’il était illégal. Décision illégale stoppée, loups sauvés !

À la demande de nos associations, le tribunal de Marseille vient de suspendre l’arrêté du 9 juin qui ordonnait le tir d’un nombre indéterminé de loups sur la commune de Seyne.
Dans son ordonnance du 19 juin, le juge des référés estime ainsi que cet arrêté ne respecte pas le protocole fixé par l’arrêté ministériel du 15 mai 2013. En particulier il relève l’illégalité de l’absence de précision du nombre de loups à tuer, et l’absence de « dommage exceptionnel » pouvant seul justifier le recours aux tirs de prélèvement. Ces tirs avaient en effet été ordonnés à la suite de deux attaques sur bovins seulement, faisant deux victimes dont l’une n’a été que blessée.

Loups-0148Cette autorisation de tir était manifestement la réponse purement politicienne apportée par la préfète à quelques cas de prédation sur des bovins insuffisamment protégés et surtout à l’histoire fumeuse de l’adolescent qui racontait avoir été attaqué par une meute de 13 loups. Les invraisemblances dans cette histoire n’avaient pas empêché son succès médiatique et sa récupération grossière par les syndicats d’éleveurs anti-loups et par quelques politiciens locaux.

Avant que l’arrêté ne soit suspendu, les chasseurs ont eu le temps de faire plusieurs battues, sans qu’aucun loup n’ait été officiellement tué. En auraient-ils abattu que ça n’aurait rien changé au problème de l’élevage bovin dans cette commune où des veaux pâturent dans des prés dont les clôtures sont de vraies passoires à loups. Depuis une dizaine d’années que des loups sont de retour dans ce secteur, les pouvoirs publics feraient mieux d’inciter enfin les éleveurs à protéger leur bétail, plutôt que chercher à tuer des loups, illégalement ou non.

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]