Vérité sur la chasse en France 6/10 : on chasse tous les jours, même dans les parcs naturels !

Vérité sur la chasse en France 6/10 : on chasse tous les jours, même dans les parcs naturels !

Ce que l’on appelle l’« ouverture générale » est seulement celle de la chasse à tir (armes à feu et arcs) et au vol (fauconnerie). La chasse s’ouvre en 2 temps du sud au nord de la France, dès septembre (août pour l’Alsace) jusqu’à fin février. Cependant, la période « normale » est truffée de rallonges et, pour certains animaux, il n’existe aucune trêve.

verite6L’enchevêtrement des périodes de chasse, selon les espèces et les différents modes de chasse, est assez complexe. Mais il permet d’aboutir à un constat très simple : on peut chasser tout au long de l’année, même de nuit ! En effet, la définition administrative du jour ne correspondant pas à la luminosité réelle, les chasseurs peuvent tirer dans l’obscurité.

Se rajoutant aux périodes de chasse à rallonge, des battues administratives sont possibles toute l’année, de jour comme de nuit, en groupe et même organisées par des tireurs solitaires.

La chasse peut être pratiquée dans la majorité des réserves naturelles. Quant aux parcs naturels régionaux, elle n’y est jamais interdite. En France, sous la pression des lobbys, les lois sur la protection des espaces ont été progressivement vidées de leur substance et ne signifient plus rien.

Dans les « zones coeur » des parcs nationaux, la chasse est en principe interdite. En principe seulement. Sous la pression des chasseurs locaux, le parc national des Cévennes, a dû dresser une liste des personnes autorisées à la pratiquer. Dans le parc national des Calanques de Marseille, les chasseurs non contents de pouvoir y pratiquer leur loisir, sont aussi autorisés à y lâcher du gibier d’élevage ou encore à y attraper des oiseaux à la glu (cf vérité 5 – chasses traditionnelles). Ce ne sont pas les espaces qui sont protégés, c’est la chasse.

Pour pallier l’incurie de l’État, l’ASPAS acquiert des espaces qu’elle libère de toute chasse et de toute exploitation, et qu’elle laisse en libre évolution : les Réserves de vie sauvage®. Jacques Perrin, qui est notre parrain, a déjà inauguré deux de ces magnifiques espaces dédiés à la vraie nature.

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

08.11.2022

10 victoires contre le déterrage des blaireaux

Depuis le début de l’année 2022, sur les 11 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 10 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Dernière […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]